Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à vent de Vincelotte

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Cap-Saint-Ignace

Date :

  • 1690 – 1691 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

Le moulin à vent de Vincelotte est un moulin à farine construit en 1690 et 1691. Le bâtiment est constitué d'une tour cylindrique en pierre, coiffée d'un toit octogonal. Le moulin à vent de Vincelotte est situé en bordure du fleuve Saint-Laurent, à l'Anse-à-Gilles, dans la municipalité de Cap-Saint-Ignace.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique également au terrain.

Plan au sol :

Circulaire

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre

Toit :

  • Forme : Conique
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-06-21

Statuts antérieurs

  • Classement, 1957-01-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à vent de Vincelotte présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment constitue un témoin du régime seigneurial. Un moulin comme le moulin de Vincelotte est dit « moulin banal », car le régime seigneurial impose aux seigneurs l'obligation de construire un moulin à farine pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Avec le manoir et l'église, le moulin banal constitue le noyau de la seigneurie. Il subsiste très peu de moulins à vent dans la vallée du Saint-Laurent, et le moulin de Cap-Saint-Ignace est le seul encore debout sur la rive sud du fleuve entre Bécancour et Gaspé.

Le moulin à vent de Vincelotte présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale. Le bâtiment est représentatif d'un type de bâtiment industriel, le moulin à farine. Les premiers moulins à farine de la vallée du Saint-Laurent remontent au milieu du XVIIe siècle, alors que les seigneuries commencent à se peupler. Le type le plus répandu en Nouvelle-France est le moulin-tour, conçu selon des traditions européennes et conforme à une technologie séculaire. Celui de Vincelotte en est une illustration notamment par sa tour cylindrique en pierre. À l'origine, le moulin était doté d'une calotte pivotante et d'une hélice composée de quatre ou six pales. Actionnées par le vent, ces pales transmettaient l'énergie à la meule grâce à un mécanisme aujourd'hui disparu. L'énergie éolienne se révèle toutefois moins efficace que l'énergie hydraulique, et les moulins à vent disparaissent progressivement, du moins dans certaines régions, au profit des moulins à eau.

Le moulin à vent de Vincelotte présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec le seigneur Charles-Joseph Amyot de Vincelotte (1665-1735). Navigateur, lieutenant dans la marine et commandant de milice de la côte sud, Amyot de Vincelotte reçoit la seigneurie de Vincelotte de sa mère Geneviève de Chavigny en 1690. Personnage important de l'histoire de la Côte-du-Sud, il entreprend aussitôt la construction d'un moulin banal afin de favoriser la colonisation de son fief et de percevoir ses droits de mouture.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du moulin à vent de Vincelotte liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure du fleuve Saint-Laurent, à l'extrémité est de l'Anse-à-Gilles, dans la municipalité de Cap-Saint-Ignace;
- son volume, dont la structure cylindrique en pierre et le toit octogonal;
- ses ouvertures, dont les fenêtres à battants à grands carreaux et une porte en bois;
- les traces des deux portes d'origine et d'une ouverture en forme de meurtrière, toujours lisibles dans la maçonnerie;
- l'épi surmontant le toit.

Haut de la page

Informations historiques

Geneviève de Chavigny cède, par héritage, la seigneurie de Vincelotte à son fils Charles-Joseph Amyot de Vincelotte en 1690. Navigateur, lieutenant dans la marine et commandant de milice de la côte sud, Amyot de Vincelotte est un personnage important de l'histoire de la Côte-du-Sud. Le nouveau seigneur entreprend rapidement la construction d'un moulin à vent en bordure du fleuve Saint-Laurent. Le moulin cesse d'être utilisé au milieu du XIXe siècle, alors qu'un moulin à eau est érigé dans la seigneurie. Après plusieurs années d'inoccupation pendant lesquelles il perd son toit et ses mécanismes, le moulin est restauré une première fois par la Commission des monuments historiques en 1924.

Le moulin à vent de Vincelotte est classé en 1957. En 1965, un nouveau classement vise la protection supplémentaire du terrain. Le moulin est restauré en 1980.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Montmagny

Municipalité :

  • Cap-Saint-Ignace

Adresse :

  • 641, chemin des Pionniers Est

Latitude :

  • 47° 3' 48.1"

Longitude :

  • -70° 27' 11.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmagny Paroisse de Cap-Saint-Ignace Absent 77 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BÉLANGER, Noël. « Amiot (Amyot) de Vincelotte, Charles-Joseph ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DIONNE, Pierre-Yves. « Moulin de Vincelotte ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 385.
  • GAGNON, Laval et Kathy PARADIS. La tournée des vieux moulins à vent du Québec. Cap-Saint-Ignace, La Plume d'oie, 1999. 191 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013