Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Façade de l'Édifice-Alexander-Cross

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Édifice Maxwell-Cummings
  • Facade 43-51, rue Saint-Jacques Ouest

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1869 (Construction)

Usage :

  • Fonction commerciale (Commerces de vente au détail)
  • Services et institutions (Immeubles de bureaux)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La façade de l'Édifice-Alexander-Cross caractérise un magasin-entrepôt de styles néo-Renaissance et Second Empire construit en 1869. Haute de quatre étages et demi et revêtue de pierre de taille grise de la région de Montréal, cette façade est divisée en trois registres et neuf travées; elle est couronnée par une corniche proéminente et coiffée d'un toit mansardé percé de lucarnes. La façade de l'Édifice-Alexander-Cross fait partie d'un ensemble de trois façades contiguës, comprenant aussi celle de l'Édifice-de-la-Great Scottish Life Insurance et celle de la Banque-du-Peuple. La façade est située dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La façade de l'Édifice-Alexander-Cross est située dans le site patrimonial de Montréal.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

4 ½

Groupement :

En rangée

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Agrandissement

Saillies :

  • Porche

Élévations :

  • Façade avant : Pierre (Taillée)

Toit :

  • Forme : Fausse mansarde
    Matériau : Tôle
  • Forme : Plat
    Matériau : Composite, multicouche

Fenêtre(s) :

  • à arc surbaissé, À guillotine
  • cintrée, À guillotine
  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, Fixe

Lucarne(s) :

  • À fronton

Éléments architecturaux :

  • Appui
  • Arc
  • Bandeau
  • Chambranle
  • Clé
  • Console
  • Corniche à consoles
  • Corniche à denticules
  • Corniche moulurée
  • Écusson
  • Entablement
  • Frise
  • Linteau
  • Ornement sculpté
  • Pilastre

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1976-01-26
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-01-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La façade de l'Édifice-Alexander-Cross présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite en 1869 pour l'avocat Alexander Cross (1821-1895), elle exprime bien la rencontre de deux courants architecturaux, les styles néo-Renaissance et Second Empire. D'une part, certains traits la rapprochent des bâtiments commerciaux néo-Renaissance du Vieux-Montréal. Ainsi, les neuf travées, qui s'étalent sur trois registres bien définis par des entablements, rythment verticalement la façade par la présence de pilastres et par la hauteur des fenêtres. Au rez-de-chaussée, de petits pilastres séparent de grandes vitrines rectangulaires. Le registre intermédiaire est composé d'arcs cintrés et de pilastres colossaux qui s'élèvent sur deux étages. La corniche proéminente est elle aussi caractéristique du style néo-Renaissance. D'autre part, le style Second Empire, apparu à Montréal vers la fin des années 1860, s'exprime entre autres ici par la présence d'un toit mansardé percé de lucarnes, ce qui contraste avec les toits plats ou légèrement inclinés des magasins-entrepôts construits dans le Vieux-Montréal depuis le début des années 1850. La présence de baies à arcs segmentaires au dernier étage témoigne aussi de l'arrivée de ce nouveau vocabulaire à Montréal. Par ailleurs, cette façade est insérée dans un ensemble remarquable de trois immeubles contigus construits vers 1870. D'une grande homogénéité stylistique, ces façades témoignent du souci des architectes de valoriser l'harmonie des compositions plutôt que l'architecture individuelle. La façade de l'Édifice-Alexander-Cross, construite en 1869, est la plus ancienne. De ce fait, elle a manifestement influencé la conception des autres par la répétition de ses formes, de ses lignes et de sa hauteur. Elle est aussi la seule à avoir conservé son élévation d'origine, ce qui en fait un témoin essentiel pour la compréhension de l'ensemble.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la façade de l'Édifice-Alexander-Cross liés à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- son insertion dans une série d'immeubles mitoyens construits à la même époque;
- sa situation voisine de deux autres façades classées (celles de l'Édifice-de-la-Great Scottish Life Insurance et de la Banque-du-Peuple), rue Saint-Jacques, dans le site patrimonial de Montréal;
- son architecture similaire à celle des immeubles adjacents utilisant entre autres le vocabulaire néo-Renaissance et Second Empire;
- la conservation de sa hauteur d'origine;
- ses caractéristiques associées au style Second Empire, dont le toit mansardé, les motifs décoratifs en pierre et les baies à arcs segmentaires au dernier étage;
- les caractéristiques associées au style néo-Renaissance, dont les trois registres à ordres superposés, la fenestration accentuant l'effet de verticalité (grande au rez-de-chaussée et plus petite aux étages supérieurs), les pilastres à chapiteaux variés, les pilastres colossaux, la corniche proéminente et les baies cintrées;
- la symétrie de la façade en pierre de taille;
- la composition de la façade de quatre étages et demi, divisée en trois registres et neuf travées et couronnée par une corniche proéminente;
- ses éléments décoratifs, dont les cordons et les lucarnes à fronton triangulaire.

Haut de la page

Informations historiques

En 1867 et 1868, l'avocat Alexander Cross (1821-1895) acquiert des terrains sur la petite rue Saint-Jacques, quelque temps seulement avant son élargissement. En 1869, il y fait construire un magasin-entrepôt de quatre étages et demi composé de cinq unités séparées par des murs mitoyens. Dans les années suivantes, on construit d'autres immeubles dans le même esprit sur la petite rue Saint-Jacques, constituant ainsi un ensemble très homogène, qui se distingue par sa monumentalité de l'architecture présente à cette époque dans cette partie du Vieux-Montréal. Au fil des ans, l'édifice Alexander-Cross est occupé, aux étages supérieurs, par des grossistes et, au rez-de-chaussée, par des commerces, dont un restaurant dès la fin du XIXe siècle, et des bureaux.

En 1885, puis en 1892 ou 1893, deux incendies causent des dommages considérables au bâtiment. En 1890, Alexander Cross vend deux unités du magasin-entrepôt à son voisin, la Banque du Peuple. Celle-ci les démolit et procède à l'agrandissement de son siège social. L'étage des combles de la partie restante de l'édifice Alexander-Cross est rehaussé dans les années 1910 ou 1920, modifiant ainsi le toit mansardé. Administré par la succession d'Alexander Cross jusqu'en 1929, l'édifice passe ensuite aux mains du courtier en valeurs mobilières Maxwell Cummings (1898-2001), qui en demeure propriétaire jusqu'en 1977.

La façade de l'édifice Alexander-Cross est classée en 1976. En 2005, elle fait l'objet d'une restauration soignée. Le toit mansardé retrouve alors son aspect d'origine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 43, rue Saint-Jacques
  • 45, rue Saint-Jacques
  • 47, rue Saint-Jacques
  • 49, rue Saint-Jacques
  • 51, rue Saint-Jacques

Latitude :

  • 45° 30' 20.7"

Longitude :

  • -73° 33' 25.4"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 180 835
  • Lot 1 180 839
  • Lot 1 180 840

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LACHAPELLE, Jacques. « Façades des 43-59, rue Saint-Jacques Ouest ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 59.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 5. Montréal, Éditions du Méridien, 1992. 500 p.
  • s.a. Inventaire architectural du Vieux-Montréal (Dossiers). Montréal, Ville de Montréal/ Ministère des Affaires culturelles, 1980. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013