Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison William-Notman

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1844 – 1845 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (7)

Images

Carte

Description

La maison William-Notman est une luxueuse demeure bourgeoise de style néoclassique érigée en 1844 et 1845. L'édifice en pierre et en brique à deux étages se compose d'un corps de logis de plan carré et d'une annexe. Le corps de logis est coiffé d'un toit en pavillon formant une large corniche soulignée de modillons. La façade en pierre de taille est dotée d'un portique d'inspiration classique. Une annexe rectangulaire, à deux étages et coiffée d'un toit à deux versants, est rattachée à la façade latérale gauche. La maison William-Notman se situe dans un milieu urbain, légèrement en retrait de la rue Sherbrooke, dans l'arrondissement municipal du Plateau-Mont-Royal de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison William-Notman bénéficie d'une aire de protection.

Plan au sol :

Carré

Nombre d'étages :

2

Groupement :

Adossé

Structure :

  • Composite
  • Maçonnerie en brique

Annexes :

  • Agrandissement
  • Agrandissement

Saillies :

  • Balcon
  • Cheminée
  • Escalier monumental
  • Portique

Fondations :

  • Brique
  • Pierre

Élévations :

  • Façade est : Brique (Structure apparente)
  • Façade ouest : Brique (Structure apparente)
  • Façade nord : Brique (Structure apparente)
  • Façade sud : Pierre (Taillée), Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : En pavillon
    Matériau : Tôle à baguettes

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte et à baies latérales

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte
  • métallique, à battants

Fenêtre(s) :

  • cintrée, À guillotine
  • cintrée, À guillotine, à carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, À guillotine, à carreaux

Éléments architecturaux :

  • Applique
  • Bandeau
  • Chambranle
  • Colonne
  • Corniche à denticules
  • Corniche à modillons
  • Fronton
  • Pilastre
  • Portail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1979-12-08
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1984-03-28

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison William-Notman présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La demeure évoque le développement de la rue Sherbrooke durant la première moitié du XIXe siècle. À cette époque, l'accroissement des activités portuaires ainsi que les épidémies de choléra (1832 et 1854) et de typhus (1847) amènent la bourgeoisie à quitter la ville. La rue Sherbrooke devient l'un des lieux privilégiés par les hommes d'affaires de Montréal et leur famille. Les terres de ce secteur, peu développé auparavant parce que situé sur un coteau et éloigné de la ville fortifiée, sont alors divisées en grandes parcelles et vendues à des membres de la haute bourgeoisie. Ceux-ci construisent de somptueuses résidences souvent entourées de dépendances et de jardins. Érigées en 1844 et 1845, la maison William-Notman est l'une d'elles. Le quartier change de visage après 1860 avec l'augmentation de la population et la densification de la trame urbaine. Les grandes propriétés disparaissent au profit de maisons en rangée. La maison William-Notman est aujourd'hui l'une des rares habitations de ce type qui subsistent dans ce secteur.

La maison William-Notman présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Élevée selon les plans de l'architecte et entrepreneur John Wells (1789-1864), la demeure d'inspiration néoclassique comporte des détails propres au style néogrec. Le néoclassicisme est introduit au Québec au début du XIXe siècle, à la faveur de l'arrivée d'immigrants britanniques. L'architecture résidentielle n'en retient souvent que les éléments essentiels. La maison William-Notman est caractéristique de cette esthétique par la symétrie de la composition de sa façade et l'ordonnance régulière de ses ouvertures. Le style néogrec, popularisé notamment par l'américain Minard Lafever (1798-1854), connaît une diffusion limitée au Bas-Canada dans les années 1830 et 1840. La maison William-Notman en est une illustration par son ornementation raffinée comportant des chambranles en pierre taillée, une large corniche à modillons et un bandeau orné d'entrelacs. Au moment de sa construction, Wells jouit d'une renommée considérable à Montréal. Originaire d'Angleterre, il avait immigré au Bas-Canada en 1825. Il a supervisé notamment les travaux de la prison du Pied-du-Courant et dessiné les plans du marché Sainte-Anne ainsi que ceux du siège social de la Banque de Montréal, rue Saint-Jacques.

La maison William-Notman présente également un intérêt pour sa valeur historique reposant sur la renommée de plusieurs de ses occupants. La demeure est tour à tour la résidence de sir William Collis Meredith (1812-1894), de Thomas Evans Blackwell (né en 1819), d'Alexander Molson ainsi que de William Notman (1826-1891). Meredith, qui la fait construire, est un éminent juriste qui sera juge à la Cour supérieure du Canada. Blackwell, locataire de 1858 à 1862, préside la compagnie ferroviaire du Grand Tronc. Alexander Molson, membre de la famille de brasseurs et d'hommes d'affaires montréalais, possède la maison de 1866 à 1876. Quant à Notman, qui est propriétaire de 1876 à 1891, il s'agit de l'un des photographes canadiens les plus réputés de son temps. Il immortalisera différents aspects de la vie au Québec et au Canada au cours la seconde moitié du XIXe siècle. La maison William-Notman a donc abrité d'éminents représentants de la haute bourgeoisie montréalaise.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison William-Notman liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, entre autres :
- sa situation, légèrement en retrait de la rue Sherbrooke, dans l'arrondissement municipal du Plateau-Mont-Royal de la ville de Montréal;
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages et le toit en pavillon;
- ses matériaux, dont le parement en pierre de taille de la façade principale et en brique pour les autres façades ainsi que la couverture en tôle à baguettes;
- les éléments du corps de logis d'inspiration néoclassique, dont la composition tripartite de la façade formant des ressauts de part et d'autre du portique, l'ordonnance régulière des ouvertures (fenêtres à guillotine triples au rez-de-chaussée et simples à l'étage) ainsi que le traitement différent de la pierre du rez-de-chaussée et de l'étage;
- les éléments de style néogrec, dont le portique avec ses pilastres couronnés de motifs floraux stylisés, son entablement orné de rosettes et son fronton, les chambranles moulurés en pierre (dont ceux du rez-de-chaussée décoré d'un motif en éventail au sommet), la large corniche à modillons ainsi que le bandeau orné d'entrelacs et de denticules couronnant les deux ressauts en façade;
- les éléments intérieurs, dont le hall d'entrée avec son arche supportée par des colonnes corinthiennes et son escalier d'honneur, les chambranles des portes avec leurs pilastres et leur entablement, le plafond à caissons ainsi que les plinthes, les cimaises et les corniches;
- l'annexe rattachée à la façade latérale gauche (ouest), de plan rectangulaire à deux étages (maçonnerie en brique), coiffée d'un toit à deux versants droits de faible pente (tôle à baguettes) et percée de fenêtres à guillotine et à carreaux.

Haut de la page

Informations historiques

Cette demeure de la rue Sherbrooke est érigée en 1844 et 1845 pour le juriste William Collis Meredith (1812-1894). Meredith confie la réalisation des plans à l'architecte John Wells (1789-1864), l'un des plus renommés à Montréal dans la première moitié du XIXe siècle. Le juriste quitte la ville dès la fin des années 1840. La maison est alors louée, entre autres à Thomas Evans Blackwell (né en 1819) de 1858 à 1862, président de la compagnie ferroviaire du Grand Tronc. Elle est ensuite la propriété de l'avocat Alexander Molson, de 1866 à 1876, date où il la vend à William Notman (1826-1891). Ce dernier, qui habite la résidence jusqu'à sa mort, est l'un des photographes canadiens les plus réputés de son temps. Il immortalisera différents aspects de la vie au Québec et au Canada au cours la seconde moitié du XIXe siècle et laissera plus de 400 000 images à la postérité.

La communauté anglicane des Soeurs de Sainte-Margaret occupe l'immeuble de 1894 au début des années 1990. Durant cette période, elle fait construire un hôpital derrière le bâtiment, qui subit également quelques modifications. Une annexe en brique est notamment rattachée à la façade latérale gauche en 1935, selon les plans des architectes Harold Lea Fetherstonhaugh et Thomas T. Rutherford.

La maison William-Notman est classée en 1979.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Le Plateau-Mont-Royal

Adresse :

  • 51, rue Sherbrooke Ouest

Latitude :

  • 45° 30' 42.8"

Longitude :

  • -73° 34' 12.2"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 160 893

Code Borden

BjFj-145(en réservation)      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BELRECHID, Nedjma. « Maison Notman ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 98.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 1. Montréal, Les Éditions La Presse, 1987. 346 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013