Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial du Manoir-Dénéchaud

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site historique du Manoir-Dénéchaud

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Berthier-sur-Mer

Usage :

  • Fonction résidentielle (Manoirs seigneuriaux)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial du Manoir-Dénéchaud est un terrain comprenant les vestiges d'un ancien domaine seigneurial. Les restes de la cheminée du manoir ainsi que des pierres au sol figurent parmi les éléments toujours visibles. Le site patrimonial du Manoir-Dénéchaud est situé entre la voie publique et le fleuve Saint-Laurent, dans un parc municipal de Berthier-sur-Mer.

Ce bien est classé site patrimonial. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1980-07-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial du Manoir-Dénéchaud présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'emplacement est fréquenté par les Amérindiens pendant la préhistoire. En 1720, le seigneur de Bellechasse, Nicolas Blaise des Bergères de Rigauville (1679-1739), s'y fait construire un manoir. En 1780, la famille Bergères de Rigauville lègue la seigneurie à l'Hôpital général de Québec. Le marchand et homme politique Claude Dénéchau (1768-1836) fait l'acquisition du manoir et du domaine seigneurial en 1811. Deux ans plus tard, il loue le reste de la seigneurie de l'Hôpital général qui en est toujours propriétaire, par un bail emphytéotique de 29 ans. La même année, Dénéchau fait ériger une nouvelle résidence seigneuriale. L'ancien manoir est annexé et transformé en cuisine. Une laiterie est également bâtie à proximité. Au milieu du XIXe siècle, le domaine seigneurial est divisé en plusieurs lots. Le manoir passe entre les mains de nombreux propriétaires. Il sert notamment d'auberge pour accueillir les marins de passage au quai de Berthier. Entre 1940 et 1980, le manoir tombe en ruine. Il est incendié en 1991. De nos jours, une cheminée et des pierres au sol témoignent de l'histoire de cet ancien domaine seigneurial.

Le site patrimonial du Manoir-Dénéchaud présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur archéologique. Des fouilles ont confirmé le potentiel préhistorique et historique exceptionnel du lieu. Elles ont révélé des traces d'une occupation amérindienne des périodes archaïque et sylvicole (1 000 à 1 500 ans avant aujourd'hui), le havre naturel étant un endroit privilégié de campement lors des activités de pêche et de chasse. Le site contient aussi les vestiges de l'ancien domaine seigneurial, qui comprenait notamment le manoir et une laiterie.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial du Manoir-Dénéchaud liés à ses valeurs historique et archéologique comprennent, notamment :
- sa situation entre la voie publique et le fleuve Saint-Laurent, dans un parc municipal de Berthier-sur-Mer;
- les vestiges archéologiques « in situ », dont la cheminée de l'ancien manoir et les pierres au sol, et le potentiel préhistorique et historique du lieu.

Haut de la page

Informations historiques

L'emplacement du site patrimonial du Manoir-Dénéchaud est fréquenté par les Amérindiens pendant la préhistoire. Les fouilles archéologiques ont révélé des traces d'une occupation pendant les périodes archaïque et sylvicole (1 000 à 1 500 ans avant aujourd'hui), le havre naturel étant un endroit privilégié de campement lors des activités de pêche et de chasse. Plus tard, le lieu fait partie de la seigneurie de Bellechasse (également Berthier ou Berthier-en-Bas), concédée en 1672. En 1720, le seigneur Nicolas Blaise des Bergères de Rigauville (1679-1739) fait ériger un manoir sur le domaine seigneurial. Son héritier, le chanoine Charles-Régis des Bergères de Rigauville (1724-1780), lègue en 1780 la seigneurie par voie testamentaire à l'Hôpital général de Québec, dont il est l'aumônier.

En 1811, Claude Dénéchau (1768-1836), un marchand de blé fortuné et un citoyen en vue de la ville de Québec, fait l'acquisition du manoir et du domaine. Pendant sa carrière, Denéchau est membre de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada, officier de la milice et grand maître des districts de Québec et de Trois-Rivières de la «Provincial Grand Lodge of Lower Canada».

En 1813, Dénéchau loue le reste de la seigneurie de l'Hôpital général qui en est toujours propriétaire, par un bail emphytéotique de 29 ans. Il s'engage à reconstruire le moulin, à payer une rente et à fournir du blé aux religieuses. Il habite temporairement l'ancien manoir des Rigauville avant de faire élever une nouvelle résidence seigneuriale. L'ancien manoir est annexé et transformé en cuisine. L'ensemble en pièce sur pièce est revêtu de planches verticales, chaque corps de bâtiment possédant une cheminée en pierre et un toit percé de lucarnes. Une laiterie est aussi bâtie à proximité. Le seigneur s'établit dans son manoir avec sa famille, mais conserve une maison à Québec jusqu'en 1829 ou 1830.

À la suite d'un revers de fortune, la veuve de Dénéchau, Adélaïde Gauvreau, doit rendre en 1838 la partie de la seigneurie louée des religieuses de l'Hôpital général. Quelques années plus tard, elle vend le manoir et le domaine, qui est divisé en plusieurs lots.

Le manoir passe entre les mains de nombreux propriétaires. Il appartient pendant un temps à Charles Faguy, qui y tient un hôtel et une auberge. Le commerce accueille notamment des marins de passage au quai de Berthier, aménagé en 1853.

Vers 1870, le manoir est acquis par la famille Mercier. En 1941, Clara Mercier-Buckley, de Chicago, en hérite. Elle en demeure propriétaire jusqu'au début des années 1980. Pendant cette période, la résidence tombe en ruine. La propriétaire est expropriée pour permettre l'aménagement d'un parc municipal, accessible à la population de même qu'aux visiteurs qui se rendent au lieu historique national de Grosse-Île à partir de Berthier-sur-Mer.

Le site patrimonial du Manoir-Dénéchaud est classé en 1980. Le manoir est toutefois détruit par un incendie en 1991.

En 1993, des fouilles archéologiques confirment le potentiel archéologique, historique et préhistorique, exceptionnel du lieu. Le site fait toujours partie d'un parc municipal.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Montmagny

Municipalité :

  • Berthier-sur-Mer

Adresse :

  • 101, rue de la Marina

Latitude :

  • 46° 56' 4.8"

Longitude :

  • -70° 44' 3.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmagny Paroisse de Berthier Absent 108 ptie
112 ptie

Code Borden

CfEq-3      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BEAUREGARD, Yves. « Dénéchau, Claude ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • BONNEAU, Louis-Philippe. Histoire de la seigneurie Bellechasse-Berthier. Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, Société de conservation du patrimoine de Saint-François de la Rivière-du-Sud, 1983. 459 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques. « Manoir Dénéchaud ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 374.
  • LAVALLÉE, Robert. Petite histoire de Berthier. La Pocatière, Société historique de la Côte-du-Sud, 1973. 216 p.
  • PICARD, Philippe et Alain PRÉVOST. Site du manoir Dénéchaud à Berthier-sur-Mer (CfEq-3). Intervention de sauvetage. s.l. Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 1994. 95 p.
  • SALOMON DE FRIEDBERG, Barbara. Le manoir Denechaud, Berthier-sur-Mer : recueil de photographies et de textes. Québec, Ministère des Affaires culturelles, Direction de l'inventaire des biens culturels, 1977. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013