Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Domaine Moses-Brown

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Château Cox
  • Domaine Brown

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Duhamel-Ouest

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (4)

Personnes associées (5)

Carte

Description

Le domaine Moses-Brown est un ensemble de villégiature aménagé à partir de la fin du XIXe siècle. Il comprend une maison, ses dépendances ainsi qu'un vaste terrain. La demeure en pièce sur pièce recouverte de bardeaux, érigée en 1895 et 1896, possède une architecture d'influence Shingle Style. De plan irrégulier à un étage et demi, elle est coiffée d'un toit aux pentes multiples. Sa façade principale, formant une importante avancée, est ceinturée par une galerie protégée par le prolongement de la toiture. Une annexe de deux étages est adjointe sur le côté. Les dépendances en bois comprennent une ancienne remise à bateaux, une ancienne remise à outils, un garage et un quai. Elles sont regroupées et situées en retrait de la demeure. Le domaine Moses-Brown est implanté sur l'île du Collège, sur une pointe rocheuse s'avançant dans le lac Témiscamingue, dans la municipalité de Duhamel-Ouest.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi aux intérieurs. Des sites inscrits à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec sont associés au lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-05-17

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2011-07-04
  • Résiliation de reconnaissance partielle, 2003-04-11
  • Résiliation de reconnaissance partielle, 1998-06-11
  • Reconnaissance, 1978-03-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le domaine Moses-Brown présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique. Ce lieu est représentatif du phénomène de villégiature qui se révèle au XIXe siècle. À cette époque, plusieurs citadins, désireux de s'évader de la vie urbaine, de vivre dans un environnement paisible et de s'adonner à des loisirs de plein air tels que la pêche, recherchent la campagne et les sites naturels pour y établir leurs résidences secondaires. En 1895 et 1896, Moses Brown, un riche commerçant de Philadelphie, fait ériger une villa sur une vaste propriété située à la pointe ouest de l'île du Collège, dans le lac Témiscamingue. À la demeure s'ajoutent des dépendances en bois telles qu'une glacière, un atelier, une remise à bateaux, une remise à outils, un garage et quai. La glacière et l'atelier ont aujourd'hui disparu. Le domaine Moses-Brown illustre un aspect de ce phénomène de villégiature, soit celui des domaines privés qui étaient l'apanage des gens fortunés.

Le domaine Moses-Brown présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La villa intègre des éléments du Shingle Style, un style apparu aux États-Unis, dans la région de Boston, au début des années 1880. Il s'agit en quelque sorte d'une interprétation américaine de l'architecture néo-Queen Anne, où les volumes sont simplifiés et accusent l'horizontalité. Le revêtement privilégié est le bardeau de bois naturel. Le Shingle Style est popularisé dans la construction résidentielle entre autres par Henry Hobson Richardson (1838-1886), qui conçoit plusieurs maisons de campagne et des habitations suburbaines dans cette esthétique. La résidence du domaine Moses-Brown, érigée d'après les plans de l'architecte d'Ottawa Fred J. Alexander, se rattache à ce style par sa structure apparente en billes de cèdre équarries jumelée à un parement en bardeaux de cèdre. De plus, elle présente un toit complexe aux pentes multiples, un avant-toit débordant protégeant une longue galerie, des gâbles ainsi que des lucarnes à pignon. Le décor intérieur est caractérisé par l'utilisation généralisée du bois, notamment pour les murs, les cimaises, les chambranles ainsi que pour les moulures et les caissons des plafonds. Par son intégration à son environnement naturel boisé principalement composé de conifères et de feuillus, cette résidence exprime de façon éloquente sa fonction de villégiature.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2012.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du domaine Moses-Brown liés à ses valeurs historique, ethnologique et architecturale comprennent, notamment :
- la situation dans un environnement naturel boisé composé de conifères et de feuillus, à l'ouest de l'île du Collège, sur une pointe rocheuse s'avançant dans le lac Témiscamingue;
- la présence de sites inscrits à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec;- le volume de la résidence, dont le plan irrégulier, l'élévation d'un étage et demi et le toit complexe aux pentes multiples incluant des gâbles;
- ses matériaux, dont les fondations en pierre, la structure en pièce sur pièce des murs laissée à nu (billes de cèdre équarries) et le parement en bardeaux de cèdre (des murs, des gâbles et des lucarnes);
- l'avant-corps central prolongé par une galerie protégée par un avant-toit et ceinturant la résidence sur trois côtés;
- les ouvertures rectangulaires, dont les fenêtres du rez-de-chaussée et des gâbles et les portes en bois;
- l'ornementation, dont la menuiserie décorative des lucarnes et des gâbles, les frises en bois des arêtes faîtières, les chambranles ainsi que les piliers décoratifs;
- l'imposante souche de cheminée en brique;
- l'annexe disposée en retour d'équerre, avec ses deux étages, son toit à deux versants droits, ses murs couverts de bardeaux de cèdre, ses ouvertures rectangulaires, son porche d'entrée dans-oeuvre, sa menuiserie décorative, sa souche de cheminée en brique ainsi que son appentis adossé à l'arrière;
- le foyer double;
- les éléments menuisés, dont les murs lambrissés de pin, les cimaises, les moulures de plafond, les hauts plafonds à caissons ainsi que les chambranles;
- l'ancienne remise à bateaux, avec ses deux parties en bardeaux de cèdre coiffées d'un toit à deux versants droits, ses ouvertures rectangulaires ainsi que ses éléments décoratifs (chambranles, planches cornières et dentelle de bois ornant la rive des toits);
- l'ancienne remise à outils, avec ses murs couverts de bardeaux de cèdre, ses ouvertures rectangulaires ainsi que ses éléments décoratifs (chambranles et planches cornières);
- le garage, avec ses murs en planches verticales, son toit à deux versants droits ainsi que sa porte à double vantail en bois et son chambranle;
- le quai en bois.

Haut de la page

Informations historiques

Le domaine Moses-Brown est situé sur l'île du Collège, dans le lac Témiscamingue. En 1686, l'officier Pierre de Troyes (chevalier de Troyes, mort en 1688) aurait fait halte sur cette île. Il conduisait alors une expédition vers les forts anglais de la baie d'Hudson, dans le but de s'emparer des postes de traite. Il aurait installé son campement sur la pointe ouest de l'île, bénéficiant ainsi d'une protection naturelle contre les vents du nord et d'une excellente vue dans toutes les directions.

En 1894, plusieurs lots situés à cet emplacement sont acquis par Moses Brown, un riche commerçant de Philadelphie, qui y établit sa résidence d'été. Les plans sont dressés par l'architecte d'Ottawa Fred J. Alexander, et les travaux sont amorcés dès l'année suivante, avec la construction de l'annexe destinée à abriter la cuisine. À l'exception du bois, les matériaux doivent être acheminés par bateau puisqu'aucun chemin ne relie alors l'île à la terre ferme. L'ensemble, achevé en 1896, s'inspire de l'architecture Shingle Style en vogue à la fin du XIXe siècle. Brown fait également ériger sur son domaine des bâtiments secondaires, dont une glacière, une remise à bateaux, un atelier, une remise à outils, une étable, un garage ainsi qu'un quai. Il demeure propriétaire de l'ensemble jusqu'en 1907, puis le cède à Edwin Liebfried, un homme d'affaires new-yorkais.

Au début des années 1930, une jetée en pierre relie l'île du Collège à l'une des rives du lac Témiscamingue, dans la municipalité de Duhamel-Ouest.

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le Torontois Wallace D. Cox acquiert le domaine et en demeure propriétaire pendant près de trente ans. La résidence d'été est alors désignée par les Témiscamiens sous le nom de « château Cox ».

Le domaine Moses-Brown est reconnu en 1978. De nos jours, il est encore utilisé à des fins de villégiature. Certaines dépendances ont disparu, dont la glacière et l'atelier qui ont été incendiés. Toutefois, le domaine conserve l'ancienne remise à bateaux transformée en chalet, l'ancienne remise à outils recyclée en studio, le garage ainsi qu'un quai. Des sites inscrits à l'inventaire des sites archéologiques du Québec sont associés au lieu.

En 1998 et en 2003, le périmètre du site est modifié afin de correspondre à la zone patrimoniale de la propriété.

Le domaine Moses-Brown est classé en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Témiscamingue

Municipalité :

  • Duhamel-Ouest

Lieux-dits :

  • Ile du Collège

Latitude :

  • 47° 22' 42.7"

Longitude :

  • -79° 32' 40.1"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 100 443 Ptie

Code Borden

CiGv-5 CiGv-6    

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • CÔTÉ, Marc. Inventaire archéologique: domaine Brown, île du Collège, municipalité de Duhamel-Ouest. [Rouyn-Noranda], Corporation Archéo-08, 1996. 33 p.
  • ETTER, Éric. « Le domaine Brown ». Continuité. No 54 (1992), p. 14-16.
  • LAMONTAGNE, Léopold. « Troyes, Pierre de ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • RIOPEL, Marc. De la Baie-des-Pères à Ville-Marie, 1886-1986. Ville-Marie, Québec, Comité du Centenaire de Ville-Marie, 1986. 307 p.
  • RIOPEL, Marc. « Domaine Brown ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 548-549.
  • s.a. « Shingle Style ». LACHIUSA, Chuck. Buffalo as an Architectural Museum [En ligne]. http://freenet.buffalo.edu/bah/a/archsty/shing/index.html

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013