Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Georges-De Gannes

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison De Gannes

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • vers 1756 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison Georges-De Gannes est une résidence urbaine d'inspiration française construite vers 1756 et modifiée par la suite dans l'esprit néoclassique. L'habitation en pierre crépie de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Elle est située au coeur d'un secteur ancien de Trois-Rivières.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Georges-De Gannes est comprise dans le site patrimonial de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1961-08-31
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Georges-De Gannes présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite vers 1756, cette maison urbaine d'inspiration française, aux murs coupe-feu légèrement en saillie, a été modifiée par la suite dans l'esprit néoclassique. Ce style, qui a marqué l'architecture québécoise au XIXe siècle, n'a pas touché le volume initial de la maison et se matérialise dans la composition symétrique de la façade, le portail à fronton et pilastres, le retour des corniches sur les murs pignons, les lucarnes à fronton et les planches cornières.

La maison présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Georges de Gannes (1705-1767) et Joseph-Rémi Vallières de Saint-Réal (1787-1847). Georges de Gannes, major des troupes de la marine française, ne profite que très brièvement de sa résidence trifluvienne puisqu'il retourne en France au lendemain de la Conquête britannique (1760). Toutefois, sa femme et ses deux enfants continuent d'y habiter jusqu'en 1764. Au siècle suivant, Vallières de Saint-Réal, avocat, officier de milice, homme d'affaires, homme politique, fonctionnaire, juge et juge de paix, l'habite de 1839 jusqu'en 1842. Impliqué dans les querelles soulevées par l'union des deux Canadas (1822-1841), il est aussi le premier Canadien à occuper un siège de juge en chef à la Cour du banc du roi (1842-1847).

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Georges-De Gannes liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- ses caractéristiques rattachées à la maison d'inspiration française, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits aux larmiers peu saillants;
- ses caractéristiques rattachées à la maison urbaine, dont les murs coupe-feu légèrement en saillie et le toit couvert de tôle à la canadienne;
- ses matériaux, dont les murs en pierre recouverts de crépi ou de planches de bois à clins (le mur pignon est) et les deux cheminées en brique disposées en chicane;
- ses caractéristiques néoclassiques, dont la composition symétrique de la façade, entre autres dans la disposition des fenêtres à 20 petits carreaux, les chambranles moulurés, le portail à fronton et pilastres, le retour des corniches sur les murs pignons, les lucarnes à fronton et les planches cornières;
- sa situation au coeur du site patrimonial de Trois-Rivières.

Haut de la page

Informations historiques

Cette maison porte le nom de Georges de Gannes (1705-1767), major des troupes de la marine française, qui l'a fait bâtir vers 1756. De Gannes ne profite que très brièvement de sa résidence trifluvienne puisqu'il retourne en France au lendemain de la Conquête britannique (1760). Sa femme et ses deux enfants continuent toutefois d'y habiter jusqu'en 1764.

Par la suite, la maison passe successivement aux mains de plusieurs propriétaires, dont un maître fondeur aux forges du Saint-Maurice, un chanoine, le juge Joseph-Rémi Vallières de Saint-Réal et un journaliste. Vallières de Saint-Réal (1787-1847), avocat, officier de milice, homme d'affaires, homme politique, fonctionnaire, juge et juge de paix est l'un de ses plus célèbres occupants. Il habite la maison de 1839 jusqu'en 1842. Impliqué dans les querelles soulevées par l'union des deux Canadas (1822-1841), il est aussi le premier Canadien à occuper un siège de juge en chef à la Cour du banc du roi (1842-1847).

La maison Georges-De Gannes a subi des modifications, mais la documentation ne permet pas de dater les travaux avec certitude. La partie est aurait été incendiée et les caractéristiques néoclassiques de la demeure laissent croire que des rénovations ont été effectuées au cours du XIXe siècle.

La maison Georges-De Gannes est classée en 1961.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Trois-Rivières

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Adresse :

  • 834, rue des Ursulines

Latitude :

  • 46° 20' 37.3"

Longitude :

  • -72° 32' 13.9"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 211 599

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GAMELIN, Alain. « Maison de Gannes ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 25.
  • LAMBERT, James et Jacques MONET. « Vallières de Saint-Réal, Joseph-Rémi ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013