Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Bélisle

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Terrebonne

Date :

  • 1759 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Bélisle est une demeure d'inspiration française bâtie vers 1759. Cette résidence en pierre de plan rectangulaire est coiffée d'un toit à deux versants droits aux larmiers courts. La maison Bélisle est située en bordure d'une rue étroite au coeur du Vieux-Terrebonne, dans la municipalité de Terrebonne.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il est entouré d'une aire de protection. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Cheminée
  • Perron

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Composite (Enduit et crépi)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte
  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Balustrade en bois
  • Chambranle
  • Esse

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1973-10-30
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1973-10-30
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Bélisle présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale reposant sur sa représentativité en tant qu'exemple de la maison rurale québécoise d'inspiration française. Ce type est issu du savoir-faire local qui a su adapter progressivement le modèle français aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et l'ouvrir à certaines influences stylistiques. La maison Bélisle, construite en 1759, en est une illustration par son carré en pierre crépie bas et peu dégagé du sol, son toit aigu à deux versants droits sans lucarnes couvert de bardeaux de cèdre ainsi que ses fenêtres à battants à petits carreaux. La valeur architecturale de la maison Bélisle repose également sur l'ancienneté de sa maçonnerie. L'habitation avait échappé à l'incendie de 1922 qui a détruit la plupart des demeures situées entre les rues Sainte-Marie et Chapleau au sud de la rue Saint-Pierre, mais elle a subi de graves dommages à l'occasion d'un nouvel incendie en 1999. Seule la maçonnerie a pu être conservée lors de sa restauration en 2002 et 2003.

La maison Bélisle présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation au coeur du Vieux-Terrebonne. La seigneurie de Terrebonne est concédée au sieur André Daulier Des Landes en 1673, mais sa mise en valeur tarde, car les seigneurs successifs négligent leurs devoirs. Celle-ci se développe rapidement après 1720 sous la gouverne du seigneur Louis Lepage (1690-1762), et le village compte plus de soixante habitations en 1781. Ce qu'il reste de la maison Bélisle d'origine constitue un rare témoin du noyau villageois du milieu du XVIIIe siècle, et elle évoque sa prospérité.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Bélisle liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, entre autres :
- la situation en bordure d'une rue étroite au coeur du Vieux-Terrebonne, dans la municipalité de Terrebonne;
- son volume, dont le corps de logis de plan rectangulaire bas et peu dégagé du sol, ainsi que le toit à versants droits à larmiers courts;
- les matériaux, dont la maçonnerie de pierre crépie et la couverture en bardeaux de cèdre;
- les ouvertures, dont les fenêtres à battants à petits carreaux;
- les souches de cheminée en pierre disposées en chicane dans les murs pignons.

Haut de la page

Informations historiques

La seigneurie de Terrebonne est concédée au sieur André Daulier Deslandes (1621-1715) en 1673, mais sa mise en valeur tarde, car les seigneurs successifs négligent leurs devoirs. Le bourg de Terrebonne se développe rapidement après 1720 sous la gouverne du seigneur Louis Lepage (1690-1762), et le village compte plus de soixante habitations en 1781.

Jacques Perras (1725-1786) se fait concéder une terre en 1759 et fait construire la maison peu après. Perras occupe notamment la fonction d'écrivain du munitionnaire du Roy. La résidence est considérablement modifiée entre 1830 et 1850. Des coyaux sont ajoutés aux extrémités des chevrons, et le toit présente désormais des larmiers retroussés. Une porte d'angle est aménagée au tournant du XXe siècle. En 1916, la résidence est acquise par la famille Bélisle, qui la conserve pendant une grande partie du XXe siècle.

La maison Bélisle est classée en 1973 et elle est alors entourée d'une aire de protection. Incendiée en 1999, elle est restaurée en 2002-2003 afin de lui rendre son apparence du XVIIIe siècle. L'ancienne demeure abrite « La maison de Pays », qui présente des expositions temporaires relatant l'histoire du bâtiment et fait la promotion de l'agrotourisme régional, des métiers d'art et de la musique traditionnelle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Les Moulins

Municipalité :

  • Terrebonne

Adresse :

  • 844, rue Saint-François-Xavier

Latitude :

  • 45° 41' 35.207"

Longitude :

  • -73° 38' 9.949"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 439 042 Ptie

Code Borden

BkFj-10      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Maison Bélisle ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 436.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013