Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Jacob

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Turcotte

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Boischatel

Date :

  • vers 1839 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (6)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Jacob est une maison de ferme d'inspiration française possiblement érigée en 1839. La résidence en pierre crépie, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits percé de lucarnes. La partie supérieure des murs pignons et le toit sont couverts de bardeaux de cèdre. La maison Jacob s'élève en bordure immédiate de l'avenue Royale, au coeur de la municipalité de Boischatel.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison bénéficie d'une aire de protection.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Perron

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Composite (Enduit et crépi)
  • Façade droite : Bois (Bardeau)
  • Façade gauche : Bois (Bardeau)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois massif

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1973-09-20
Prise d'effet : 1973-06-26
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-06-10
Prise d'effet : 1975-06-13

Transfert de responsabilité

  • Déclaration de transfert de responsabilité à la municipalité (Boischatel), 2015-09-30
    Prise d'effet : 2015-10-24
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Jacob présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle témoigne de la persistance de modèles et de savoir-faire traditionnels dans l'architecture résidentielle du Québec. La résidence a possiblement été érigée en 1839, mais pourrait avoir été construite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle se rattache à la maison rurale d'inspiration française, notamment par son corps de logis en pierre crépie bas et peu dégagé du sol, son toit aigu à deux versants droits aux larmiers courts, ses fenêtres à petits carreaux distribuées de manière asymétrique mais régulière en façade, sa souche de cheminée légèrement décentrée et son ornementation dépouillée. La maison Jacob rappelle des modes de construction en usage sous le Régime français, notamment par la charpente du toit à chevrons portant fermes avec faîtage et sous-faîtage, pannes et entrait. Le plafond du rez-de-chaussée, avec poutres apparentes supportant de larges planches, constitue également un élément typique des maisons anciennes. Par ailleurs, la résidence témoigne de l'utilisation des matériaux disponibles localement, comme le calcaire de Trenton utilisé pour la maçonnerie et vraisemblablement extrait de l'une des nombreuses carrières de Beauport ou de la Côte-de-Beaupré. La maison Jacob rappelle donc la persistance de modèles traditionnels issus de l'architecture française et adaptés aux conditions particulières du pays.

La maison Jacob présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique à titre de témoin de manières d'habiter au début du XIXe siècle. La cheminée en pierre centrale est percée d'un âtre. L'important socle en pierre du sous-sol rappelle que cet âtre était autrefois doublé d'un four à pain qui permettait la préparation domestique de cette denrée à la base de l'alimentation traditionnelle. La petite armoire encastrée dans la maçonnerie ainsi que les appuis-chaises et la moulure ceinturant tout le rez-de-chaussée constituent également des aménagements typiques des maisons anciennes. Dans les combles, une chambrette est aménagée contre la cheminée. La pièce ainsi chauffée était probablement utilisée par un engagé de la ferme. Les lucarnes permettent de mieux éclairer les combles, ainsi transformés en espace habitable. Au XIXe siècle, une partie de cet espace a d'ailleurs été utilisée comme école.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2013.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Jacob liés à ses valeurs architecturale, historique et ethnologique comprennent, notamment :
- sa situation en bordure immédiate de l'avenue Royale, en contrebas d'un escarpement boisé, au coeur du noyau villageois;
- son volume, dont le corps de logis rectangulaire bas et peu dégagé du sol, l'élévation d'un étage et demi, le toit aigu à deux versants droits à larmiers courts, et la souche de cheminée légèrement décentrée;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre crépie ainsi que la couverture et les pignons en bardeaux de cèdre;
- les ouvertures, dont leur disposition asymétrique (régulière en façade), la porte pleine en planches verticales et à ferrures, la porte en bois à carreaux, les fenêtres rectangulaires à battants à petits carreaux et à chambranle en bois, les fenêtres de plus petites dimensions des pignons et du côté est du mur arrière, ainsi que les lucarnes à pignon dotées de fenêtres à battants et à petits carreaux;
- la charpente du toit à chevrons portant fermes avec faîtage, sous-faîtage, pannes et entrait de base (casse-jambe);
- la galerie en bois sans garde-corps ni toit;
- les caractéristiques de l'intérieur, dont l'enduit couvrant les murs, l'âtre, le socle de pierre du sous-sol, le plafond du rez-de-chaussée fait de larges planches supportées par des poutres apparentes, l'armoire encastrée dans un mur pignon, les moulures et les appuis-chaises en bois, ainsi que la chambrette aménagée contre la cheminée à l'étage.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Jacob s'élève sur un lot défriché par Raymond Paget (Pagé) et ses enfants à partir de 1661. Cette terre, située dans la seigneurie de Beaupré, s'étend à l'origine sur 117 mètres de largeur le long du fleuve, principale voie de circulation au XVIIe siècle, et sur près d'une lieue et demie de profondeur. Elle demeure la propriété de la famille Pagé jusque vers 1750. Au début du XIXe siècle, la propriété est acquise par la famille Jacob.

La maison aurait possiblement été construite en 1839 par la famille Jacob, mais elle pourrait être antérieure à cette date. Au XIXe siècle, une partie des combles sert d'école. Vers le début du XXe siècle, la maison est acquise par la famille Bouchard. Les familles Bouchard et Turcotte, liées par mariage, en demeurent propriétaires jusqu'en 1972.

La maison Jacob est classée en 1973. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • La Côte-de-Beaupré

Municipalité :

  • Boischatel

Adresse :

  • 5361, avenue Royale

Lieux-dits :

  • Saint-Jean-de-Boischatel

Latitude :

  • 46° 53' 49.0"

Longitude :

  • -71° 8' 9.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmorency Paroisse de L'Ange-Gardien Absent Ptie 255

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • RENY, Claude. « Maison Jacob-Turcotte ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 328.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013