Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Pierre-Rousselle

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Coppenrath
  • Maison Ouimet

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Sainte-Martine

Date :

  • 1823 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Pierre-Rousselle est une résidence québécoise d'inspiration néoclassique érigée en 1823. Le corps de logis en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi et au solage dégagé, est coiffé d'un toit à deux versants retroussés aux larmiers saillants. Une cuisine d'été (vers 1890) ainsi qu'un appentis (vers 1905) sont greffés au mur pignon droit. La maison Pierre-Rousselle se situe à proximité de la rivière Châteauguay, sur un terrain paysager, dans le noyau villageois de la municipalité de Sainte-Martine.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il bénéficie d'une aire de protection.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Agrandissement
  • Cuisine d'été

Saillies :

  • Cheminée
  • Entrée de cave
  • Galerie

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (Structure apparente)
  • Façade droite : Pierre (Structure apparente)
  • Façade gauche : Pierre (Structure apparente)
  • Façade avant : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte
  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À fronton
  • Lucarne-pignon

Éléments architecturaux :

  • Balustrade en bois
  • Chaîne d'angle
  • Persienne / jalousie

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-09-10
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-05-13
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Pierre-Rousselle présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La résidence est représentative des maisons québécoises d'inspiration néoclassique. Ce type d'habitation domine le paysage bâti des campagnes et des villages au XIXe siècle. Il fait la synthèse de la tradition architecturale résidentielle d'esprit français et d'apports formels britanniques, mais découle également d'une nouvelle manière d'occuper la maison rurale. La maison Pierre-Rousselle se rattache au type de la maison d'inspiration française principalement par son élévation d'un étage et demi et son toit à pignon. L'influence britannique s'observe dans la composition symétrique de la façade principale, l'ordonnance régulière des ouvertures, les larmiers retroussés et saillants ainsi que la galerie de pleine longueur ornée d'une balustrade à colonnettes. La présence de lucarnes indique l'utilisation des combles à des fins d'habitation plutôt que comme grenier, ce qui devient plus fréquent dans la première moitié du XIXe siècle. Par ailleurs, la fonction d'entreposage de la cave s'accentue, comme en témoigne le solage dégagé. La cuisine d'été adossée au mur pignon droit remonte à la fin du XIXe siècle. La maisonnée y emménage durant la saison chaude, ce qui permet de conserver la maison propre malgré les travaux agricoles et fraîche pour la nuit. Cette demeure conserve, de plus, des détails intérieurs intéressants, dont des plafonds très bas à caissons, une armoire dissimulée sous l'escalier ainsi qu'un foyer avec son décor en bois sculpté. La maison Pierre-Rousselle est donc un exemple achevé de maison québécoise d'inspiration néoclassique.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Pierre-Rousselle liés à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- sa situation à proximité de la rivière Châteauguay, sur un terrain paysager, dans le noyau villageois de la municipalité de Sainte-Martine;
- ses éléments rattachés à la maison rurale d'inspiration française, dont le corps de logis en maçonnerie de pierre non crépie de plan rectangulaire, le toit à pignon (couvert de tôle à la canadienne et de tôle à baguettes) ainsi que les fenêtres à battants à petits carreaux;
- ses éléments d'influence britannique, dont la composition symétrique de la façade principale (ouvertures et cheminées latérales en pierre), la galerie de pleine longueur, les larmiers retroussés et saillants ainsi que la porte à carreaux à imposte vitrée;
- ses éléments reflétant une nouvelle manière d'occuper la maison rurale, dont le solage dégagé, les lucarnes (à fronton triangulaire) et la cuisine d'été (en maçonnerie de pierre avec deux cheminées en brique et couverte en tôle à la canadienne et à baguettes);
- l'appentis derrière la cuisine d'été comportant une grande lucarne triangulaire;
- les persiennes en façade principale;
- ses éléments intérieurs, dont les plafonds à caissons, l'armoire sous l'escalier, l'appui-chaise autour de la pièce principale, le manteau de cheminée en bois sculpté (avec pilastres ornés d'une fleur stylisée à chaque extrémité) du foyer encore fonctionnel.

Haut de la page

Informations historiques

Cette demeure est érigée en 1823 pour Pierre Rousselle, un cultivateur prospère. Marc-Antoine Primeau, marchand et homme d'affaires de Sainte-Martine, vient y habiter après son mariage avec la fille de Pierre Rousselle en 1827 et y réside jusqu'en 1854. Il la vend à l'hôtelier Étienne Caron en 1865. Par la suite, la maison passera entre plusieurs mains, servant d'auberge et de maison de pension avant de revenir à sa fonction initiale.

La construction de la cuisine d'été remonte aux années 1890, alors que celle de l'appentis, situé derrière la cuisine, date de 1905.

La maison Pierre-Rousselle est classée monument historique en 1974. Une aire de protection est décrétée en 1975. La maçonnerie et les fenêtres font l'objet de travaux de restauration en 2003.Cette demeure est érigée en 1823 pour Pierre Rousselle, un cultivateur prospère. Marc-Antoine Primeau, marchand et homme d'affaires de Sainte-Martine, vient y habiter après son mariage avec la fille de Pierre Rousselle en 1827 et y réside jusqu'en 1854. Il la vend à l'hôtelier Étienne Caron en 1865. Par la suite, la maison passera entre plusieurs mains, servant d'auberge et de maison de pension avant de revenir à sa fonction initiale.

La construction de la cuisine d'été remonte aux années 1890, alors que celle de l'appentis, situé derrière la cuisine, date de 1905.

La maison Pierre-Rousselle est classée en 1974. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975. La maçonnerie et les fenêtres font l'objet de travaux de restauration en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Beauharnois-Salaberry

Municipalité :

  • Sainte-Martine

Adresse :

  • 160, rue Saint-Joseph

Latitude :

  • 45° 14' 49.1"

Longitude :

  • -73° 48' 11.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Châteauguay Paroisse de Sainte-Martine Absent 241 ptie (241-1)

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ARCHAMBAULT, Diane. « Maison Coppenrath ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 360-361.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013