Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Morisset

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • 4417, chemin Royal (adresse avant novembre 2015)
  • La Brimbale
  • Maison Baucher-Dit-Morency
  • Maison Beauché-Dit-Morency
  • Maison Beaucher-Dit-Morency
  • Maison Morency-Demers

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Sainte-Famille

Date :

  • avant 1699 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (5)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Morisset est une ancienne maison de ferme d'esprit français construite avant 1699 et agrandie avant 1727. Cette habitation de pierre allongée et basse, peu dégagée du sol, est coiffée d'un toit aigu à deux versants, retroussé sur un côté. La demeure est située dans la municipalité de Sainte-Famille.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain et à ce qui s'y trouve. La maison Morisset est comprise dans le site patrimonial de l'Île-d'Orléans.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Cheminée

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1962-06-07
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Morisset présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La demeure est représentative de la maison de ferme d'esprit français. Ce type d'habitation est caractérisé, entre autres, par un carré bas et peu dégagé du sol, un toit aigu à deux versants, des ouvertures disposées asymétriquement et des fenêtres à petits carreaux. La cheminée centrale constitue un élément présent dans de nombreuses demeures anciennes de la région de Québec et des régions avoisinantes. La maison Morisset a été construite en deux étapes, comme c'est souvent le cas. Les poutres du plafond de la partie plus ancienne sont équarries à la hache et demeurent apparentes, tandis que les plafonds de la partie plus récente sont à caissons. Cette maison conserve plusieurs de ses planchers de bois d'origine. Par ailleurs, elle se distingue par ses murs pignons entièrement en pierre. Ainsi, la maison Morisset témoigne, d'une part, du savoir et du savoir-faire des maçons et charpentiers de la Nouvelle-France et, d'autre part, de modifications couramment apportées aux habitations rurales remontant à cette époque.

La maison Morisset présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. La demeure a conservé, en effet, certains éléments qui contribuent à retracer les modes de vie aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment un escalier de meunier (sans contremarches et dont l'inclinaison est presque verticale) donnant accès aux combles, des armoires encastrées, un âtre comprenant un four à pain ainsi que deux potences, l'une en fer forgé et l'autre en bois. La petite fenêtre à l'est du mur nord indiquerait l'emplacement d'une ancienne laiterie intérieure. L'âtre est conçu à la fois pour chauffer la maisonnée et pour la cuisson des aliments. Le four à pain, dont l'ouverture est percée dans l'une des parois latérales du foyer, est assez vaste pour cuire une vingtaine de miches à la fois. Il donnait ainsi la possibilité de faire une seule fournée par semaine. La potence fixe en fer, reliée à la paroi de la cheminée, servait à suspendre les chaudrons directement au-dessus du feu; celle à pivot en bois, aussi appelée brimbale, permettait de les garder au chaud près du feu et de les retirer plus facilement. Tous ces éléments témoignent donc de pratiques courantes de la vie rurale d'autrefois, aujourd'hui tombées en désuétude.

La maison Morisset présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'habitation témoigne de l'établissement des premiers colons à l'île d'Orléans. L'île est concédée en seigneurie en 1636 et accueille ses premiers colons dès 1648. Selon toute vraisemblance, la première partie de la maison aurait été construite avant 1699 par Jean Morisset (1641-1699), puis agrandie avant 1727 par son fils Jeancien (1687-1727). La demeure appartient à la famille Morisset jusqu'en 1758, moment où Joseph Beaucher dit Morency (1734-1803) en prend possession. Des membres de la famille Morency en sont ensuite propriétaires durant près de deux cents ans.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Morisset liées à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en milieu rural, loin de la voie publique;
- l'orientation de la façade principale vers le sud;
- le volume de la maison, dont le plan rectangulaire allongé, le carré bas et peu dégagé du sol, l'élévation d'un étage et demi ainsi que le toit aigu à deux versants, l'un étant légèrement retroussé;
- les matériaux, dont la maçonnerie de pierre incluant celle des pignons, la cheminée centrale en pierre, la couverture en bardeaux de cèdre et les chambranles en bois;
- les ouvertures, dont leur petit nombre et leur disposition asymétrique, les fenêtres à battants et à 24 petits carreaux, les trois lucarnes de la façade avant, la lucarne de la façade arrière, la petite fenêtre à quatre carreaux du pignon ouest et celle à l'est du mur nord;
- les éléments de la charpente du toit, dont les croix de Saint-André visibles dans les combles;
- les éléments intérieurs, dont les planchers en bois, les poutres en bois équarries à la hache (apparentes au plafond de la partie plus ancienne) ainsi que le plafond à caissons de la partie plus récente;
- l'âtre comportant un four à pain, une potence en bois et une potence en fer;
- l'escalier de meunier et les armoires encastrées.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Morisset figure parmi les plus anciennes demeures qui subsistent à l'île d'Orléans. Concédée en seigneurie en 1636, l'île accueille ses premiers colons dès 1648. Parmi ceux-ci se trouve Jean Morisset (1641-1699), qui acquiert une terre à Sainte-Famille en 1666. C'est là qu'il construit, avant 1699, la maison qui porte aujourd'hui son nom.

Jean Morisset et son épouse s'installent donc dans cette maison vers la fin du XVIIe siècle et y élèvent leurs quatorze enfants. L'un d'eux, Jeancien (1687-1727), prend possession de l'ensemble des propriétés de son père après la mort de ce dernier, en 1699, en rachetant les parts d'héritage de ses frères et soeurs sur une longue période. Il aurait ensuite agrandi la maison afin d'aménager une chambre pour sa mère. L'inventaire après décès, réalisé à la suite de la mort de Jeancien en 1727, indique en effet qu'elle comporte deux parties, l'une de 21 pieds sur 18 pieds et l'autre de 15 pieds sur 18 pieds, mesures françaises.

La maison demeure la propriété des Morisset jusqu'en 1758. Joseph Beaucher dit Morency (1734-1803) l'acquiert alors, et ses descendants l'habiteront durant plus de 200 ans.

En 1962, la peintre Suzanne Howard et son conjoint Jean-Antoine Demers achètent la demeure et la restaurent.

La maison Morisset est classée avec son terrain, circonstances et dépendances en 1962.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • L'Île-d'Orléans

Municipalité :

  • Sainte-Famille

Adresse :

  • 2831, chemin Royal

Latitude :

  • 46° 59' 40.589"

Longitude :

  • -70° 55' 32.444"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Québec Paroisse de Sainte-Famille Absent 38-13

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Michel. « Maison Morency-Demers ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 270.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DÉCARIE-AUDET, Louise, Nicole GENÊT et Luce VERMETTE. Les objets familiers de nos ancêtres. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1974. 304 p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Belles maisons québécoises. Montréal, Les Éditions de L'Homme, 2007. 191 p.
  • LAVALLÉE, Denis et René PRONOVOST. La Maison Morisset : La Brimbale : monographie. Sainte-Famille, 2007. 36 p.
  • LESSARD, Michel. L'île d'Orléans : aux sources du peuple québécois et de l'Amérique française. Montréal, Éditions de l'Homme, 1998. 415 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013