Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Théâtre Capitole

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Auditorium de Québec
  • Le Capitole de Québec

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1902 – 1903 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Cinémas)
  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Théâtres)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (1)

Groupes associés (3)

Personnes associées (9)

Voir la liste

Carte

Description

Le théâtre Capitole est un lieu de spectacle construit en 1902 et 1903. Cet édifice est composé de plusieurs sections distinctes disposées en enfilade selon un plan irrégulier, long et étroit. Inspirée de l'architecture Beaux-Arts, la façade en quart de cercle de cinq étages est coiffée d'un toit bombé percé d'oculus. Ses murs sont en brique et son ornementation est en pierre de taille. Le traitement extérieur de la section arrière logeant la salle de spectacle est plus sobre. Le théâtre Capitole est situé face à la place D'Youville, sur un terrain étroit adjacent à la porte et au bastion Saint-Jean, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Le théâtre Capitole est compris dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-05-03
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1986-01-01
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le théâtre Capitole présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce lieu demeure longtemps la principale salle de spectacle de la ville et de la région de Québec. Construit à l'instigation de Simon-Napoléon Parent (1855-1920), alors maire de Québec et premier ministre de la province, ce théâtre est inauguré en 1903 sous le nom d'« Auditorium de Québec ». Il est administré dès 1927 par la compagnie Famous Players et renommé, trois ans plus tard, le « Capitol ». Depuis ses débuts, une grande diversité d'événements artistiques y ont été présentés : cinéma muet et sonore, opéras et opérettes, music-hall, vaudevilles, concerts et galas. Des artistes de renom se sont produits sur ses planches, la première étant Sarah Bernhardt (1844-1923), en 1905. Le théâtre Capitole, qui est le plus ancien théâtre de la capitale qui subsiste, a joué un rôle important dans la vie culturelle de Québec et de la province, notamment en accueillant régulièrement l'orchestre symphonique de la ville de 1903 à 1930.

Le théâtre Capitole présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Ce théâtre est construit en 1902 et 1903 selon les plans de l'architecte américain Walter Scott Painter (1877-1957). Il est composé de plusieurs sections distinctes disposées en enfilade selon un plan irrégulier, long et étroit, déterminé par la forme du terrain. La façade, qui est inspirée de l'architecture Beaux-Arts, est remarquable par sa monumentalité. Elle présente un plan en quart de cercle et son élévation se caractérise notamment par les trois arcades du portail, les étages du milieu rythmés par des colonnes engagées soutenant un entablement et l'attique surmonté d'un toit bombé percé d'oculus. Cette façade en brique comporte plusieurs ornements en pierre de taille, dont des clés de voûte représentant une grotesque au-dessus de chaque arc surbaissé. La façade de cet édifice est devenue une image phare de Québec. Restauré en 1991 et 1992, le théâtre Capitole est l'un des rares immeubles de ce type à Québec à avoir conservé ses éléments architecturaux d'origine. Par ailleurs, le théâtre Capitole se distingue par l'intérêt de son décor intérieur. Les espaces les plus remarquables sont le foyer, avec son escalier en marbre, et la salle de spectacle. Leur décor a été réalisé initialement selon les plans de Painter, au moment de la construction du théâtre, dans l'esprit baroque. En 1927, ce décor est modifié par les architectes Thomas White Lamb (1871-1942), spécialiste nord-américain de l'aménagement et de la décoration des cinémas et théâtres, et Héliodore Laberge, architecte de Québec. Ensemble, ils l'adaptent aux exigences des « movie palaces ». Des éléments architecturaux et des ornements inspirés de l'oeuvre des frères Adam, architectes britanniques du XVIIIe siècle, sont alors intégrés au décor d'origine. Le projet de transformation de 1927 est d'ailleurs l'un des exemples les mieux réussis de la fusion de ces styles. De l'ancien aménagement, le proscenium et la voûte à caissons de la salle de spectacle, la promenade de la mezzanine ainsi que les boiseries du foyer ont été conservés, tandis que les deux balcons à colonnes ont été remplacés par un seul balcon curviligne orné de bas-reliefs en plâtre finement moulé. Au même moment, les espaces intérieurs menant de l'entrée jusqu'à la salle ont été découpés et différenciés pour en augmenter la majesté. La restauration du décor du théâtre, réalisée en 1991 et 1992, lui a redonné son éclat.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du théâtre Capitole liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation face à la place D'Youville, sur un terrain étroit adjacent à la porte et au bastion Saint-Jean, dans le site patrimonial du Vieux-Québec;
- ses sections distinctes disposées en enfilade selon un plan irrégulier long et étroit;
- ses matériaux, dont les murs en brique et les ornements en pierre de taille et en cuivre (pour le toit);
- les caractéristiques de la façade monumentale, dont le plan en quart de cercle, l'élévation de cinq étages, les trois arcades du portail, les étages du milieu rythmés par des colonnes engagées avec chapiteaux ioniques soutenant un entablement, les bandeaux et les chaînes d'angle, les ouvertures rectangulaires et cintrées ainsi que l'attique surmonté d'un toit bombé percé d'oculus;
- les ouvertures de la façade, dont leur ordonnance régulière et leur forme rectangulaire pour les trois étages inférieurs;
- les détails ornementaux de la façade, dont les clés de voûte en pierre représentant une grotesque au-dessus de chaque arc surbaissé et les épis flanqués de volutes couronnant l'entablement;
- le foyer central à deux niveaux de plan ovale, avec l'escalier en marbre blanc à rampe en fer forgé, les boiseries foncées, les pilastres et l'entablement corinthiens, les balustrades des quatre balcons au profil incurvé, en plâtre, laiton et fer forgé;
- la salle de spectacle, dont le proscenium et la voûte à caissons ornés de motifs classiques en plâtre (feuilles d'acanthe, volutes, chapiteaux composites) et d'écrans ajourés en bois, ainsi que le grand balcon sans colonnes, aux formes curvilignes, orné de bas-reliefs en plâtre aux fins motifs végétaux;
- la promenade de la mezzanine reprenant les éléments du décor comme les pilastres composites soutenant un entablement et les fenêtres cintrées à vitraux.

Haut de la page

Informations historiques

Le théâtre Capitole est construit en 1902 et 1903 par une compagnie dirigée par Simon-Napoléon Parent (1855-1920), maire de Québec et premier ministre de la province. Cette compagnie doit doter la cité d'une nouvelle salle de spectacle afin de remplacer l'Académie de musique, détruite par les flammes en 1900.

Le nouveau théâtre est construit entre le bâtiment de la Young Men's Christian Association (YMCA) et le bastion Saint-Jean. Les plans sont de l'architecte américain Walter Scott Painter (1877-1957), qui oeuvrera plus tard pour le Canadien Pacifique. La salle de spectacle, comprenant 1 600 places, longe la rue Richelieu, alors que la section des bureaux donne sur la rue Saint-Jean et accueille l'administration du théâtre ainsi que des commerces. Le nouveau théâtre est nommé « Auditorium de Québec ».

L'Auditorium est inauguré les 31 août et 1er septembre 1903 par deux concerts de la Société symphonique de Québec (actuel Orchestre symphonique de Québec), fondée l'année précédente; ce sera la salle attitrée de l'orchestre jusqu'en 1930. Sa gestion est confiée à Ambrose J. Small (1866-après 1919), de Toronto. La capitale s'inscrit alors dans le circuit des tournées nord-américaines. Par exemple, en 1905, Sarah Bernhardt (1844-1923) se produit sur la scène de l'Auditorium. L'année suivante, la soprano Emma Albani (1847-1930) y chante lors de sa tournée d'adieu. Le cinéma muet, le vaudeville, le théâtre, l'opéra et les variétés tiennent aussi l'affiche de ce théâtre qui fait l'orgueil de la ville.

En 1918, la section administrative loge le bureau d'enregistrement de l'armée, à Québec. Le 29 mars, ce bureau est saccagé et incendié lors d'une manifestation de milliers de citoyens venus protester contre le zèle de certains agents fédéraux chargés de mettre la main sur les conscrits qui refusent de se présenter au bureau d'enregistrement. Cet événement fait partie de quatre jours d'émeutes qui se soldent par quatre morts et plus de 70 blessés.

En 1927, la salle de l'Auditorium est modifiée. L'architecte Thomas White Lamb (1871-1942), qui a réalisé plusieurs salles de théâtre et de cinéma au Canada, produit les plans. Les espaces d'accueil sont réaménagés et le décor est enrichi selon l'esprit néoclassique. Les travaux sont supervisés par l'architecte Héliodore Laberge, de Québec. La compagnie Famous Players se porte garante de la nouvelle hypothèque qui est alors contractée. Un orgue Casavant est installé pour accompagner les films muets, qui deviennent l'attraction principale. Toutefois, dès 1929, on y accueille les films sonores. En 1930, l'Auditorium est renommé « Capitol ». Cinq ans plus tard, le troisième étage des bureaux est remodelé d'après les plans de l'architecte Raoul Chenevert (1889-1951) pour loger la station de radio CKCV.

Après la Deuxième Guerre mondiale, le Capitole continue de présenter des spectacles. Les chanteurs d'opéra québécois, dont Raoul Jobin (1906-1974), Richard Verreault (1926-2005) et Léopold Simoneau (1916-2006), de même que les Grand Ballets canadiens s'y produisent. Le Capitole reçoit aussi les troupes de théâtre de Gratien Gélinas (1909-1999), de Madeleine Renaud (1900-1994), de Jean-Louis Barrault (1910-1994) et de Marcel Pagnol (1895-1974), ainsi que les chanteurs populaires Maurice Chevalier (1888-1972), Fernandel (1903-1971) et Léo Ferré (1916-1993). En 1953, le cinéaste Alfred Hitchcock (1899-1980) y présente la première mondiale de son film « La loi du silence » (I Confess), tourné à Québec.

Le déclin du Capitole s'amorce vers 1970 avec la construction du Grand Théâtre, qui devient la principale salle de spectacle de Québec. En 1982, il cesse ses activités et le mobilier est vendu et déménagé.

Le théâtre Capitole est classé en 1984. Il est désigné lieu historique national du Canada en 1986. Restauré en 1991 et 1992, l'édifice retrouve sa splendeur et renoue avec sa vocation artistique. Il est aujourd'hui jumelé à une entreprise hôtelière.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 970, rue Saint-Jean
  • 972, rue Saint-Jean

Localisation informelle :

998,968 rue Saint-Jean ont déjà été identifiées pour ce bien

Latitude :

  • 46° 48' 46.407"

Longitude :

  • -71° 12' 50.475"

Désignation cadastrale :

  • Lot 4 957 435

Code Borden

CeEt-290      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BLANCHET, Danielle, Louise FORGET et Sylvie THIVIERGE. Vieux-Québec, Cap-Blanc : place forte et port de mer. Québec, Ville de Québec, 1989. 80 p.
  • BOSSÉ, Éveline. Les grandes heures du Capitol : la vie artistique et culturelle de la ville de Québec dans son théâtre le plus prestigieux . s.l. E. Bossé, 1991. 396 p.
  • DUBOIS, Martin, dir. Recyclage architectural à Québec: 60 réalisations créatives. Sainte-Foy (Québec), Les Publications du Québec, 2004. 159 p.
  • Groupe de recherches en histoire du Québec Inc. Étude d'ensemble : Sous-secteurs Des-Glacis, Redoute-Royale et Chauveau, Annexes. Québec, Ville de Québec, Service de l'urbanisme, Design urbain et patrimoine, 1995. s.p.
  • Groupe de recherches en histoire du Québec Inc. Étude d'ensemble : Sous-secteurs Des-Glacis, Redoute-Royale et Chauveau, Synthèse. Québec, Ville de Québec, Service de l'urbanisme, Design urbain et patrimoine, 1995. 192 p.
  • JOBIDON, Hélène, Luc NOPPEN et Paul TRÉPANIER. Québec monumental, 1890-1990. Sillery / Montréal, Septentrion / Ordre des architectes du Québec, 1990. 191 p.
  • POIRIER, Lucien. « Auditorium de Québec ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • ROBICHAUD, Marco. Le Théâtre Capitol à Québec : naissance et renaissances d'une salle de spectacles. s.l. 1994. 122 p.
  • SALOMON DE FRIEDBERG, Barbara. Le Théâtre Capitol (l'Auditorium de Québec), 972, rue Saint-Jean, Québec : historique et analyse . Québec, Direction régionale de Québec, Ministère des affaires culturelles, 1983. 113 p.
  • SALOMON DE FRIEDBERG, Barbara. « Théâtre Capitol ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 194-195.
  • Société du théâtre Capitol. Projet de restauration et de mise en valeur du Théâtre Capitol : document de présentation : version abrégée. Québec, La Société, 1990. 50 p.
  • THIVIERGE, Sylvie. Le décor intérieur du théâtre Capitol (Auditorium de Québec) 972, rue Saint-Jean, Québec. s.l. 1989. 119 p.
  • Ville de Québec. Regards sur l'architecture du Vieux-Québec. Québec, Ville de Québec, 1986. 124 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013