Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

École Saint-Charles-de-Hedleyville

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • vers 1863 – (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles primaires et secondaires)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

L'école Saint-Charles-de-Hedleyville est un ancien bâtiment scolaire érigé vers 1863. D'inspiration néoclassique, cet édifice en brique, de plan rectangulaire et à un étage et demi, est coiffé d'un toit à deux versants aux larmiers prolongés. L'école Saint-Charles-de-Hedleyville est située dans un ancien quartier ouvrier, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-06-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'école Saint-Charles-de-Hedleyville présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce bâtiment est un témoin du système scolaire québécois mis en place par l'État entre 1841 et 1869 et qui demeure presque inchangé jusqu'à la réforme des années 1960. Ce système est créé par une série de lois votées par la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada et par l'Assemblée législative de la province du Canada-Uni. Les plus déterminantes sont celles de 1801 (écoles neutres), 1824 (écoles confessionnelles catholiques), 1829 (écoles subventionnées), 1841 (réseau d'écoles dirigées par des commissaires élus) et 1845 (commissions scolaires). Au XIXe siècle, les écoles de village dispensent l'enseignement primaire. Elles comprennent un petit nombre de classes au rez-de-chaussée et abritent le logement des institutrices ou instituteurs à l'étage. Celle de l'ancien village d'Hedleyville, ouverte en 1863, a été d'abord sous la responsabilité de laïques, puis de la communauté religieuse des Servantes du Saint-Coeur de Marie de 1899 jusqu'à sa fermeture en 1903. Par ailleurs, cette école témoigne de la présence de l'ancien village ouvrier de Hedleyville, fondé vers 1847 par l'homme d'affaires William Hedley Anderson à proximité de son entreprise, la Compagnie des marchands de bois Anderson et Paradis. Ce village, surtout habité par des travailleurs de l'industrie du bois, compte plus de 200 familles à la fin du XIXe siècle. En tant que maison d'enseignement, l'école joue un rôle important dans la vie de la localité. En 1892, une partie du village est incendiée. L'année suivante, il est englobé dans la nouvelle municipalité de Limoilou, aujourd'hui intégrée à la ville de Québec.

L'école Saint-Charles-de-Hedleyville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les écoles de village sont des constructions modestes qui ressemblent aux maisons qui les entourent. Elles s'en différencient toutefois par le clocheton sur le toit et par leur aménagement intérieur. L'édifice en brique, construit vers 1863, s'inspire de l'architecture néoclassique comme en témoignent la composition symétrique de la façade, le toit à deux versants aux larmiers prolongés ainsi que les deux cheminées latérales. Sa fonction se reflète notamment dans son clocheton surmonté d'une croix, ses deux portes placées aux extrémités des façades avant et arrière ainsi que dans la répartition des espaces intérieurs. Le rez-de-chaussée est en effet divisé en deux pièces qui abritaient les classes, et les combles sont partagés en six petites pièces qui servaient de logement au personnel enseignant. L'école Saint-Charles-de-Hedleyville est un rare témoin des écoles de village construites au Québec au XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'école Saint-Charles-de-Hedleyville liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans l'ancien village de Hedleyville;
- son implantation dans un secteur urbain, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le solage peu dégagé et le toit à deux versants aux larmiers prolongés;
- les matériaux, dont le solage en pierre, les murs constitués de plusieurs épaisseurs de brique, les murs pignons recouverts de planches à clins, le toit et les souches de cheminée couverts de tôle à la canadienne ainsi que les chambranles en bois;
- les caractéristiques rattachées à l'architecture des écoles de village du XIXe siècle, dont les deux portes à caissons des façades avant et arrière surmontées d'une imposte vitrée, les deux pièces au rez-de-chaussée et les six petites pièces dans les combles ainsi que le clocheton surmonté d'une croix;
- les caractéristiques d'inspiration néoclassique, dont la composition symétrique de la façade, les larmiers prolongés, les cheminées dans les murs pignons ainsi que l'alignement vertical des lucarnes à croupe à petits carreaux et des fenêtres à battants à petits carreaux;
- les éléments intérieurs, dont les plafonds à couvre-joint, les planchers en bois, les revêtements muraux en planches verticales, l'escalier et les armoires.

Haut de la page

Informations historiques

La construction de l'école Saint-Charles-de-Hedleyville s'insère dans la période de mise en place du système scolaire québécois, qui demeure presque inchangé jusqu'à la réforme des années 1960. Ce système est créé par une série de lois votées par la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada et par l'Assemblée législative de la province du Canada-Uni. Les plus déterminantes sont celles de 1801 (écoles neutres), 1824 (écoles confessionnelles catholiques), 1829 (écoles subventionnées), 1841 (réseau d'écoles dirigées par des commissaires élus) et 1845 (commissions scolaires).

Vers 1847, le village de Hedleyville est fondé par l'homme d'affaires William Hedley Anderson à proximité de son entreprise, la Compagnie des marchands de bois Anderson et Paradis. À la suite de la signature d'un bail emphytéotique de 40 ans entre les religieuses de l'Hôtel-Dieu de Québec et les commissaires d'école de Saint-Roch-Nord, une école primaire est construite vers 1863. Située en bordure de la rue Anderson, l'artère principale du village, cette école dessert près de 200 familles ouvrières. Le village de Hedleyville est surtout composé de travailleurs de l'industrie du bois. L'école, qui constitue une institution importante de la localité, abrite deux salles de classe au rez-de-chaussée, tandis que les combles servent de logement au personnel enseignant.

En 1892, une partie du village est incendiée, mais l'école est sauvée. L'année suivante, il est englobé dans la nouvelle municipalité de Limoilou, constituée des villages de Hedleyville, Stadacona, Parkville, New Waterford, La Canardière et Gros-Pin.

De 1899 à 1903, année de la fermeture de l'école, l'enseignement est dispensé par les Servantes du Saint-Coeur de Marie. Par la suite, le bâtiment est acquis par Milicia Gosselin, qui en fait des logements. Résultant probablement de ce changement de fonction, un escalier extérieur est aménagé à l'arrière et une lucarne est transformée en porte pour donner accès aux combles.

L'école Saint-Charles-de-Hedleyville est classée en 1984. Elle est alors restaurée dans le respect de son aspect d'origine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • Limoilou

Adresse :

  • 699, 3e Rue
  • 701, 3e Rue

Lieux-dits :

  • Hedleyville

Latitude :

  • 46° 49' 25.19"

Longitude :

  • -71° 13' 19.288"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 570 646

Code Borden

CeEt-hh (en réservation)      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BLANCHET, Danielle. Limoilou à l'heure de la planification urbaine. Quartiers de Québec. Québec, Division du Vieux-Québec et du patrimoine, 1987. 50 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques. Ancienne maison d'école, 699-701, 3e Rue, Limoilou: étude, relevés et analyse. Québec, Ethnotech, 1982. 45 p.
  • DORION, Jacques. « École Saint-Charles-de-Hedleyville ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 219.
  • Ministère de l'Éducation, du Loisir et des Sports. « Contexte. Historique ». Ministère de l'Éducation, du Loisir et des Sports. Ministère de l'Éducation, du Loisir et des Sports [En ligne]. http://www.mels.gouv.qc.ca/rens/brochu/histori.htm

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013