Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Perrine-Charles-Cherrier

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Viger

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1813 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (10)

Images

Carte

Description

La maison Perrine-Charles-Cherrier est une demeure urbaine à fonction mixte construite en 1813 et agrandie en 1817. L'immeuble en pierre de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffé d'un toit brisé. La maison est située à proximité de la place Jacques-Cartier, dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Perrine-Charles-Cherrier est comprise dans le site patrimonial de Montréal.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2 ½

Groupement :

En rangée

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Mur coupe-feu

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (Structure apparente)
  • Façade droite : Pierre (Structure apparente)
  • Façade avant : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : Fausse mansarde
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants
  • bois, à panneaux, à battants
  • bois, à panneaux, à imposte
  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine

Lucarne(s) :

  • Rampante

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Esse
  • Portail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1966-07-14
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-01-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Perrine-Charles-Cherrier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Au début du XIXe siècle, l'usage de la voiture à cheval se répand dans les villes, et un nouveau type de lotissement se développe. Les lots sont aménagés de façon à créer des ruelles, qui rendent les propriétés accessibles par l'arrière. La maison Perrine-Charles-Cherrier n'occupe qu'une partie de la largeur du lot. L'espace à l'arrière de l'immeuble et des bâtiments voisins permet à la famille Viger de créer un passage, la « ruelle Viger » (rue Saint-Amable), qui relie la rue Saint-Vincent et la place du Marché-Neuf (place Jacques-Cartier). La maison Perrine-Charles-Cherrier témoigne ainsi de l'adaptation du lotissement aux nouveaux modes de circulation.

La maison Perrine-Charles-Cherrier présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est représentatif des maisons urbaines montréalaises de la première moitié du XIXe siècle. Ces résidences portent encore la marque des savoir-faire d'origine française, tout en intégrant des éléments issus du néoclassicisme, introduit par les architectes et les entrepreneurs d'origine britannique. La maison Perrine-Charles-Cherrier est une illustration de ce type par sa maçonnerie en moellons, ses chambranles et ses chaînes d'angle en pierre de taille, son mur coupe-feu, ses fenêtres à battants à petits carreaux ainsi que l'ordonnance régulière de ses ouvertures. Elle se distingue toutefois par son toit brisé et ses lucarnes en chien assis, qui constituent alors des composantes architecturales rares.

La maison Perrine-Charles-Cherrier présente aussi un intérêt pour sa valeur historique reposanti sur son association avec les Viger, une importante famille de Montréal apparentée aux Cherrier et aux Papineau. La demeure est construite en 1813 et agrandie en 1817 pour Périne-Charles Cherrier (1746-1823), veuve de Denis Viger (1741-1805), marchand et homme politique, et mère de Denis-Benjamin Viger (1774-1861), figure principale de cette famille. La carrière politique de ce dernier, qui est aussi avocat et journaliste, s'étend de 1808 à 1858. Il est l'un des principaux inspirateurs de l'idéologie du parti canadien, puis du parti patriote. Au moment des rébellions de 1837 et de 1838, il fait partie des chefs patriotes qui sont emprisonnés de manière préventive. Les Cherrier et les Viger possédaient de nombreuses propriétés à Montréal, et notamment dans le Vieux-Montréal.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Perrine-Charles-Cherrier liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans le site patrimonial de Montréal;
- son volume rectangulaire, étroit et profond, l'élévation de deux étages et demi et le toit brisé;
- la maçonnerie en moellons avec chaînes d'angle et encadrements en pierre de taille ainsi que le mur coupe-feu séparant les deux parties;
- la cheminée du mur ouest;
- la porte centrale de la façade de la rue Saint-Amable et la disposition régulière des fenêtres à petits carreaux et des lucarnes en chien assis.

Haut de la page

Informations historiques

Cette maison a été édifiée sur un terrain vacant acquis en 1805 par Perrine-Charles Cherrier (1746-1823). Cette dernière était la veuve de Denis Viger (1741-1805), marchand et homme politique, et la mère de Denis-Benjamin Viger (1774-1861). La famille Viger, aussi apparentée aux Papineau, est à cette époque une importante famille de Montréal. Les Viger et les Cherrier possèdent de nombreuses propriétés dans la ville, notamment dans le Vieux-Montréal.

La construction s'est effectuée en deux temps, un mur coupe-feu séparant les parties. La partie la plus ancienne, qui donne sur la place Jacques-Cartier, a été élevée en 1813. L'autre date de 1817 et est l'oeuvre du maître entrepreneur Charles-Simon Delorme (1769-1837).

Au décès de sa mère, Denis-Benjamin Viger hérite de la maison construite à des fins locatives. La carrière politique de Viger, qui est aussi avocat et journaliste, s'étend de 1808 à 1858. Il est l'un des principaux inspirateurs de l'idéologie du parti canadien, puis du parti patriote. Au moment des rébellions de 1837 et de 1838, il fait partie des chefs patriotes qui sont emprisonnés de manière préventive. Plus tard, Viger travaille à l'obtention du gouvernement responsable pour le Canada-Uni.

La maison Perrine-Charles-Cherrier n'occupe qu'une partie de la largeur du lot. L'espace à l'arrière de l'immeuble et des bâtiments voisins permet à la famille Viger de créer un passage, la « ruelle Viger » (rue Saint-Amable), qui relie la rue Saint-Vincent et la place du Marché-Neuf (place Jacques-Cartier). La proximité de la place du marché ainsi que de la rue Saint-Paul crée un bon achalandage pour les commerces qui s'établissent dans le bâtiment.

En janvier 1814, George Adam Idler loue l'édifice et l'utilise comme auberge durant au moins huit ans. À partir de 1829, Amable Mousset y tient aussi une auberge. En 1845, Joseph Berthiaume sous-loue une partie du rez-de-chaussée pour installer sa mercerie. Il succède à Mousset huit ans plus tard et réside dans la partie arrière, rue Saint-Amable. Le bâtiment est occupé par le commerce du marchand de tabac Charles Gratton entre 1880 et 1900, puis par un magasin de semences entre 1923 et 1965. Les héritiers de Côme-Séraphin Cherrier (1798-1885) se départissent de l'immeuble en 1957. Le médecin Robert Pager (1901-2006) en devient propriétaire en 1963.

La maison Perrine-Charles-Cherrier est classée en 1966. La même année, l'humoriste Yvon Deschamps (né en 1935) y ouvre le restaurant Saint-Amable au rez-de-chaussée. En 2007, le restaurant occupe toujours cette partie du bâtiment, tandis que les étages servent à l'habitation.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 410, place Jacques-Cartier
  • 188, rue Saint-Amable

Latitude :

  • 45° 30' 26.885"

Longitude :

  • -73° 33' 10.412"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 181 792

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • NOPPEN, Luc. « Maisons La Minerve, du Patriote, Cotté, Viger et Bertrand ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 42-45.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 4. Montréal, Éditions du Méridien, 1991. 504 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013