Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Christin-Dit-Saint-Amour

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Armand

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • vers 1732 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison Christin-Dit-Saint-Amour est une résidence rurale d'inspiration française bâtie vers 1732. Le bâtiment en pierre de plan presque carré, à un étage et demi, est coiffé d'un toit aigu à deux versants droits et flanqué de larges souches de cheminée, l'une étant dans l'axe faîtier et l'autre sur le versant arrière. La maison Christin-Dit-Saint-Amour se situe sur un vaste terrain paysager, en retrait du chemin public, à proximité de la rivière des Prairies, dans l'arrondissement municipal de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Christin-Dit-Saint-Amour bénéficie d'une aire de protection.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-09-16
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1976-04-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Christin-Dit-Saint-Amour présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité en tant que maison rurale d'inspiration française. Ce type est issu de savoir-faire et de modèles français qui ont été progressivement adaptés aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et à certaines influences stylistiques. Érigée vers 1732, la maison Christin-Dit-Saint-Amour en est une illustration par sa maçonnerie de pierre, son toit à deux versants droits aux larmiers peu saillants, ses cheminées disposées dans les murs pignons ainsi que ses ouvertures distribuées de manière asymétrique. L'absence de crépi et le solage dégagé, reflétant la présence d'une cave, sont des traits rencontrés fréquemment dans la région de Montréal et les régions avoisinantes.

La maison Christin-Dit-Saint-Amour présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son ancienneté. Au moment de sa construction, la résidence se situait à proximité du noyau villageois du fief de Rivière-des-Prairies. Concédé par les Sulpiciens en 1671, ce fief se développe lentement en raison de la menace iroquoise. Aussi le territoire se peuple-t-il plutôt au début du siècle suivant. La maison Christin-Dit-Saint-Amour, bâtie vers 1732, constitue donc l'une des plus vieilles demeures du secteur et l'un des derniers témoins de l'ancien fief.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Christin-Dit-Saint-Amour liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation sur un vaste terrain paysager, en retrait du chemin public;
- la proximité de la rivière des Prairies;
- son volume, dont le plan presque carré, l'élévation d'un étage et demi et le toit aigu à deux versants droits;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre des murs et des cheminées et la couverture en bardeaux de cèdre;
- la charpente du toit comportant trois fermes composées de poinçons, faux entraits, entraits, arbalétriers et jambes de force ainsi que quatre chevrons volants;
- ses ouvertures distribuées de façon asymétrique, dont les fenêtres à battants à petits carreaux, la porte principale à panneaux surmontée d'une imposte vitrée et les chambranles en bois;
- ses éléments associés à l'architecture résidentielle de la région de Montréal et des régions avoisinantes, dont le solage dégagé et la maçonnerie non crépie;
- les larges souches de cheminée, l'une étant dans l'axe faîtier et l'autre sur le versant arrière;
- ses éléments intérieurs, dont le mur de refend au sous-sol, les deux foyers en pierre de taille, les trois armoires encastrées comprenant un vaisselier à deux corps, les poutres du plancher et du plafond du rez-de-chaussée et le plancher en madriers de l'étage.

Haut de la page

Informations historiques

Cette maison aurait été érigée vers 1732 pour la famille Christin dit Saint-Amour. Par la suite, la famille Armand en est propriétaire pendant plus d'un siècle. Joseph-Flavien Armand, conseiller législatif de 1858 à 1867 et sénateur de 1867 à 1903, est le plus célèbre membre de cette famille immigrée au Canada après la Révolution française. De 1949 à 1973, la maison appartient à des promoteurs immobiliers et reste inhabitée.

La maison Christin-Dit-Saint-Amour est classée en 1974. Elle est restaurée entre 1975 et 1977 par l'architecte Bertrand Thibodeau. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1976.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Rivières-des-Prairies - Pointe-aux-Trembles

Adresse :

  • 12930, boulevard Gouin Est

Latitude :

  • 45° 41' 46.2"

Longitude :

  • -73° 31' 2.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Paroisse de Rivière-des-Prairies Absent 7-4

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • AUGERON, Mickaël, dir., Dominique GUILLEMET, dir., Alain ROY, dir. et Marc ST-HILAIRE. Les traces de la Nouvelle-France au Québec et en Poitou-Charentes. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2008. 308 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LEFEBVRE, Christiane. Maison Armand, 12930, boulevard Gouin Est, Montréal (Rivière-des-Prairies). Plan de conservation, avril 1999. Outrement, 1999. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Maison Armand ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 157.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 5. Montréal, Éditions du Méridien, 1992. 500 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013