Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin du Domaine-de-Lotbinière

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Lotbinière

Date :

  • 1799 (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le moulin du Domaine-de-Lotbinière est un moulin à eau pour moudre la farine érigé en 1799. L'imposant bâtiment en pierre de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à deux versants droits de pente moyenne. Le moulin du Domaine-de-Lotbinière se situe sur un vaste terrain, à proximité du fleuve Saint-Laurent, dans la municipalité de Lotbinière.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. Le moulin du Domaine-de-Lotbinière est entouré d'une aire de protection. Un site archéologique inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2 ½

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Cheminée

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes

Porte principale :

  • bois massif et vitrage, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-09-30
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1977-06-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin du Domaine-de-Lotbinière présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construit en 1799, ce moulin constitue un témoin de l'ancienne seigneurie de Lotbinière. Concédée à René-Louis Chartier de Lotbinière (1641-1709) en 1672 par l'intendant Jean Talon (1626-1694), la seigneurie est agrandie à deux reprises, en 1685 et en 1693. Le Domaine-de-Lotbinière, qui constituait le territoire réservé au seigneur, est le centre historique de la seigneurie au XVIIIe siècle. Les premiers colons y construisent une église en 1693 et le fief se développe lentement aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le noyau de la seigneurie se déplace ensuite dans le secteur du quai, puis plus à l'ouest, lors de l'érection du moulin du Portage (1815) et de la reconstruction de l'église Saint-Louis (1818). Le moulin du Domaine-de-Lotbinière est l'un des rares bâtiments qui évoquent le premier centre de développement de la seigneurie.
Le moulin du Domaine-de-Lotbinière présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale liées à sa représentativité en tant que moulin à eau pour moudre la farine. Un moulin tel que celui-ci est dit « moulin banal », car le régime seigneurial impose aux seigneurs l'obligation de construire un moulin à farine pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Le moulin banal occupe parfois, comme dans le cas du moulin du Domaine-de-Lotbinière, le centre de la seigneurie. Ce vaste bâtiment est représentatif des moulins à eau de la vallée du Saint-Laurent par son imposante maçonnerie en pierre et son élévation de deux étages et demi. Il témoigne d'une activité socioéconomique importante associée au régime seigneurial.
Le moulin du Domaine-de-Lotbinière présente aussi un intérêt pour sa valeur archéologique. Les fouilles effectuées sur le terrain du moulin ont révélé des traces d'une présence amérindienne préhistorique ainsi que des vestiges euroquébécois, dont ceux d'une église et d'une chapelle. Ces vestiges renseignent sur l'ancienneté et la nature de l'occupation du territoire par les Amérindiens et sur l'histoire de la seigneurie.
Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du moulin du Domaine-de-Lotbinière liés à ses valeurs historique, architecturale et archéologique comprennent, notamment :
- sa situation sur un vaste terrain, à proximité du fleuve Saint-Laurent;
- son implantation dans le secteur appelé le Domaine-de-Lotbinière, constituant le premier noyau de la seigneurie;
- son imposant volume de plan rectangulaire et de deux étages et demi;
- ses éléments d'influence néoclassique, dont le toit à deux versants droits de pente moyenne et la disposition symétrique des ouvertures;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en moellons, les chaînes d'angle et les chambranles en pierre de taille, les esses en fer forgé, la couverture en tôle à baguettes, les pignons en bardeau de cèdre et les deux cheminées en brique;
- ses ouvertures, dont le long pan arrière aveugle à l'exception d'une porte, les fenêtres à battants à petits carreaux, la lucarne arrière, les portes (une à imposte vitrée), la porte du deuxième étage donnant sur un balcon, les soupiraux et les contrevents du rez-de-chaussée;
- le balcon à rambarde à croix de Saint-André;
- la présence d'un site archéologique comprenant les traces d'une occupation amérindienne préhistorique et les vestiges d'une église et d'une chapelle.

Haut de la page

Informations historiques

La seigneurie de Lotbinière est concédée à René-Louis Chartier de Lotbinière (1641-1709) par l'intendant Jean Talon (1626-1694), en 1672. Conformément à la pratique, le seigneur se réserve un domaine, qui comporte vraisemblablement un moulin en bois dès la fin du XVIIe siècle. Le seigneur construit un nouveau moulin en 1769, qui sera remplacé par l'actuel moulin du Domaine-de-Lotbinière en 1799.

Le seigneur de Lotbinière bâtit le moulin du Portage plus à l'ouest en 1815, et l'année suivante il ferme celui du Domaine en raison de son faible rendement. En 1831, le moulin du Domaine est rétabli et doté de nouveaux mécanismes pour moudre la farine et pour fouler les étoffes. Il aurait été largement rebâti à cette époque. Tout au long du XIXe siècle, les meuniers de Lotbinière habitent et opèrent les moulins du Domaine et du Portage, même si les problèmes d'alimentation en eau subsistent et affectent leur productivité. Les installations sont abandonnées en 1942.

Le moulin du Domaine-de-Lotbinière est classé en 1964. Il est acquis en 1967 par deux amateurs d'histoire qui le restaurent et le convertissent en résidence privée. Le moulin bénéficie d'une aire de protection depuis 1977.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Lotbinière

Adresse :

  • 7218, route Marie-Victorin

Lieux-dits :

  • Saint-Louis-de-Lotbinière

Latitude :

  • 46° 38' 45.4"

Longitude :

  • -71° 53' 32.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière Absent 223

Code Borden

CdEx-2      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ADAM-VILLENEUVE, Francine et Cyrille FELTEAU. Les moulins à eau de la vallée du Saint-Laurent. Montréal, Les Éditions de L'Homme, 1978. 476 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Moulin du Domaine ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 418.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013