Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison de la Veuve-Groleau

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Arcand
  • Maison Archand

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Date :

  • vers 1715 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison de la Veuve-Groleau est une résidence d'inspiration française construite vers 1715, puis agrandie et modifiée. L'habitation en pierre en forme de « L », à un étage et demi, est composée d'un corps de logis et d'une annexe en pierre disposée perpendiculairement à l'arrière. Les deux parties sont coiffées d'un toit à deux versants retroussés. La maison de la Veuve-Groleau est située dans la municipalité de Deschambault-Grondines, le long du chemin du Roy, dans un environnement agricole.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

En «L»

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Remise

Saillies :

  • Balcon
  • Cheminée
  • Terrasse

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois massif

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1971-02-24
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison de la Veuve-Groleau présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite vers 1715, elle est une illustration de la maison rurale d'inspiration française par son corps de logis en pierre crépie bas et peu dégagé du sol, son toit à deux versants et ses cheminées massives dans les murs pignons. Par ailleurs, les larmiers retroussés qui forment un avant-toit au-dessus de la galerie de pleine largeur sont typiques de la maison québécoise d'inspiration néoclassique.

La maison de la Veuve-Groleau présente aussi un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique. L'annexe en pierre, construite dans un deuxième temps, abritait probablement une cuisine d'été. Cette pièce, souvent ajoutée à un des murs pignons du corps de logis, est un lieu où la famille s'installe durant la belle saison pour vaquer à ses occupations quotidiennes et procéder au grand ménage de la maison. Le transfert de la maisonnée dans la cuisine d'été permet aussi de garder la résidence propre puisque les travaux agricoles estivaux amènent plus de saleté à l'intérieur. Finalement, ce déménagement saisonnier permet de conserver la maison fraîche pour la nuit, car ses occupants continuent d'y dormir. L'annexe de la maison de la Veuve-Groleau, située à l'arrière du corps de logis plutôt que sur l'un des côtés, est dans un état de conservation exceptionnel.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison de la Veuve-Groleau liés à ses valeurs architecturale, historique et ethnologique comprennent, entre autres :
- sa situation dans un environnement agricole, le long du chemin du Roy, dans la municipalité de Deschambault-Grondines;
- son volume, dont le plan en « L » composé d'un corps de logis et d'une annexe ainsi que l'élévation d'un étage et demi;
- les caractéristiques associées à la maison rurale d'inspiration française, dont le corps de logis en pierre crépie bas et peu dégagé du sol, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants (couvert de tôle à la canadienne) ainsi que les souches de cheminée en pierre hautes et larges dans les murs pignons (recouvertes de tôle à la canadienne);
- les caractéristiques associées à la maison québécoise d'inspiration néoclassique, dont les larmiers retroussés prolongés à l'avant du corps de logis pour former un avant-toit au-dessus d'une galerie de pleine largeur;
- les ouvertures, dont la disposition symétrique des fenêtres de la façade, les fenêtres à grands carreaux plus petites à l'arrière et dans les combles, les trois lucarnes à pignon à l'avant et la lucarne à pignon à l'arrière du corps de logis ainsi que les chambranles en pierre de taille et en bois;
- le décor intérieur, dont les cloisons de bois renduites du rez-de-chaussée, les murs en pierre renduits et recouverts de papier peint de l'étage, les moulures et l'ornementation des portes, l'escalier de la fin du XIXe siècle, les deux foyers du rez-de-chaussée (l'un avec linteau et jambage en pierre de taille), les plafonds de planches embouvetées et moulurées ainsi que le foyer de l'annexe avec jambage et linteau en pierre de taille layée;
- l'annexe en pierre, dont les deux lucarnes à pignon sur un versant et la cheminée en pierre.

Haut de la page

Informations historiques

La maison de la Veuve-Groleau est construite vers 1715 pour Geneviève Laberge, veuve de Pierre Groleau (ou Grolo), procureur des soeurs hospitalières de Québec. Plus tard, une annexe est ajoutée au corps de logis. La résidence est habitée par les descendants de la famille Groleau pendant tout le XVIIIe siècle. Plusieurs familles l'occupent au XIXe siècle, puis elle est vendue à Georges Arcand, pilote du Saint-Laurent, au début du XXe siècle.

La maison de la Veuve-Groleau est classée en 1971.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Adresse :

  • 200, chemin du Roy

Lieux-dits :

  • Deschambault

Latitude :

  • 46° 39' 2.3"

Longitude :

  • -71° 55' 41.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Deschambault Absent 36 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LAGUEUX, Pierre et Georges LEAHY. Maison La Veuve Grolo. Relevé et analyse. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1980. s.p.
  • PAULETTE, Claude. Deschambault sur le fil du temps. Deschambault, Association du patrimoine de Deschambault / Éditions Va bene, 2002. s.p.
  • POULIN, Étienne. « Maison de la veuve Grolo ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 316.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013