Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Laurent-Dit-Lortie

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Côté
  • Maison Robert-Côté

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • après 1700 – avant 1750 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

La maison Laurent-Dit-Lortie est une maison rurale d'inspiration française érigée au début du XVIIIe siècle et agrandie vers 1780 et entre 1850 et 1860. La longue résidence de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit aigu à deux versants prolongés par des larmiers qui couvrent des galeries de pleine longueur. Sa maçonnerie en pierre et l'allonge en bois sont crépies, à l'exception du mur est qui est couvert de planches à clins. Elle occupe un terrain délimité par un muret de pierre et planté d'arbres matures. Faisant face au fleuve Saint-Laurent et à l'île d'Orléans au sud, la résidence est implantée en retrait de l'ancien chemin du Roy, dans l'arrondissement municipal de Beauport de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique à la maison ainsi qu'à son terrain. La maison Laurent-Dit-Lortie est entourée d'une aire de protection.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-10-06

Statuts antérieurs

  • Classement, 1957-01-03
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1977-10-28

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Laurent-Dit-Lortie présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La résidence illustre l'évolution de la maison rurale d'inspiration française. Le corps de logis d'origine est construit au début du XVIIIe siècle selon la tradition française : orientation de la façade vers le sud, maçonnerie en pierre crépie, angle prononcé du toit à deux versants et faible exhaussement du rez-de-chaussée. Vers 1780, alors que la vallée du Saint-Laurent connaît une forte croissance économique, la maison est agrandie au moyen d'une première allonge en pierre, témoignant d'un besoin d'accroître et d'améliorer son habitabilité. Entre 1850 et 1860, une seconde allonge, en bois cette fois, est ajoutée à l'est et donne au bâtiment ses dimensions actuelles. Certains traits reflètent l'influence anglaise sur l'architecture résidentielle au XIXe siècle. Si les portails et l'ornementation des larmiers témoignent du courant néoclassique, les galeries de pleine longueur traduisent, pour leur part, un goût pour le pittoresque et sa conception de la nature. Les lucarnes, quant à elles, reflètent un nouvel usage des combles qui se répand en milieu rural au début du XIXe siècle. Cet espace jusque-là utilisé comme grenier est transformé en pièces habitables. La résidence constitue ainsi un exemple de maison rurale d'inspiration française qui, vers la fin du XVIIIe siècle et au cours du XIXe siècle, a été adaptée aux nouveaux goûts et besoins de ses occupants.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Laurent-Dit-Lortie liées à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur l'ancien chemin du Roy et l'orientation de la façade vers le sud;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le rez-de-chaussée peu dégagé du sol du côté nord et profitant d'une légère dénivellation du côté sud ainsi que le toit aigu à deux versants;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre crépie, le revêtement de planches à clins du mur est ainsi que les deux cheminées fonctionnelles en pierre;- l'allonge en maçonnerie de pierre du côté ouest et celle en bois formant la partie est;
- les larmiers retroussés des façades nord et sud;
- les éléments décoratifs, dont la fausse cheminée contre le mur pignon ouest et les deux galeries de pleine longueur à balustrade avec aisseliers, corniche denticulée et escaliers;
- les nombreuses ouvertures disposées de manière régulière, dont les portails d'inspiration néoclassique avec pilastres et corniche, les fenêtres à battants à grands carreaux, les lucarnes et les persiennes des murs pignons.

Haut de la page

Informations historiques

Le premier corps de logis en pierre de cette maison est construit au début du XVIIIe siècle par Jean Laurent dit Lortie (né en 1693). Il est agrandi vers 1780 par une allonge, également en pierre. Entre 1850 et 1860, une seconde allonge, en bois cette fois, est réalisée contre le mur pignon est. Sur les façades nord et sud, des larmiers retroussés et des galeries ornementées sont ajoutés, et les fenêtres à battants sont dotées de six grands carreaux.

Érigée dans la seigneurie des Jésuites, cette maison faisait partie du « petit village », ainsi baptisé par les religieux. Elle se situe à proximité de leur ferme Notre-Dame-de-Bonsecours, renommée Saint-Ignace lorsque le Séminaire de Québec l'acquiert en 1863. Son environnement est demeuré agricole jusqu'à la fondation de la municipalité de village de Giffard en 1912. La maison a appartenu durant trois siècles aux descendants du propriétaire d'origine.

La maison Laurent-Dit-Lortie est classée en 1957, puis de nouveau en 1965. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1977. Le bâtiment conserve sa vocation résidentielle encore aujourd'hui.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • Beauport

Adresse :

  • 3200, chemin Royal

Lieux-dits :

  • Giffard

Latitude :

  • 46° 51' 4.5"

Longitude :

  • -71° 12' 36.7"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 217 968

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques. « Maison Laurent-dit-Lortie ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 255.
  • Ministère des Affaires culturelles / Direction générale du patrimoine. Promenade à Beauport. Québec, Ministère des Affaires culturelles, s.d. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013