Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Jacson, Antoine

Type :

Personne (Homme)

Date :

  • après 1720 – 1803‑12‑06

Occupation :

  • Milicien
  • Militaire / Paramilitaire
  • Sculpteur

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Groupes associés (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Paris, entre 1720 et 1730, Antoine Jacson est le fils de Louis Jacson et de Madeleine Fleury.

En France, Jacson s'enrôle dans une compagnie des troupes de la Marine. Il arrive à Québec en 1750. À la suite de son mariage en 1757, il s'installe à Trois-Rivières, où il vit probablement jusqu'en 1770. Il détient le grade de sergent dans la milice au moins jusqu'en 1775.

Jacson s'est surtout fait connaître à titre de sculpteur. Il se spécialise dans la décoration et produit notamment des chandeliers, des frises et des rosaces. Selon toute vraisemblance, il n'a pas oeuvré dans le domaine du statuaire. Son premier travail répertorié date de 1770, alors qu'il réalise des sculptures pour la décoration de l'église de Saint-Charles, à Lachenaie (Terrebonne). Il habite à cet endroit durant quelques mois avant de revenir s'installer à Québec en novembre 1771.

La même année, Jacson signe un contrat avec le maître-menuisier Jean Baillairgé. Il s'engage à effectuer des travaux de sculpture et à enseigner son art au fils de Baillairgé, François. De 1781 à 1784, il travaille à la décoration de l'église de Saint-Pierre à l'île d'Orléans.

En 1784, Jacson entre à l'atelier de son ancien élève, François Baillairgé, et travaille pour lui jusqu'en 1787. Il réalise notamment des travaux de décoration pour l'église de Saint-Henri-de-Lauzon (Saint-Henri), pour l'église de Notre-Dame-de-Bonsecours à L'Islet et pour l'église de Notre-Dame-de-l'Assomption à Berthier-sur-Mer. Il collabore également, à la même époque, avec Pierre Émond pour la décoration de la chapelle de Mgr Jean-Olivier Briand. De 1793 à 1796, Jacson retourne travailler avec François Baillairgé, cette fois-ci pour l'aménagement intérieur de la basilique-cathédrale de Notre-Dame-de-Québec.

Il est décédé à Québec, le 6 décembre 1803.

Il avait épousé à Québec, en 1757, Marie-Marguerite Chamberland.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CAUCHON, Michel. « Jacson, Antoine ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. www.biographi.ca
  • KAREL, David. Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes et orfèvres. Québec, Musée du Québec / Les Presses de l'Université Laval, 1992. 962 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013