Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Banque Royale du Canada

Type :

Groupe

Autre(s) nom(s) :

  • Banque des Marchands d'Halifax
  • RBC Groupe financier
  • Royal Bank of Canada

Date :

  • 1864 –

Activité :

  • Banque / caisse populaire (Finances et affaires)
  • Compagnie d'assurances (Finances et affaires)
  • Investissements (Finances et affaires)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (8)

Personnes associées (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

La Banque Royale du Canada est fondée en 1864 par un groupe de marchands d'Halifax. Elle porte alors le nom de Banque des Marchands. Le but des fondateurs est de favoriser le commerce, les activités de sylviculture et la pêche dans la région d'Halifax. Le 22 juin 1869, l'institution financière devient une banque à charte et prend le nom de Banque des Marchands d'Halifax. Elle se développe dans la région atlantique et ouvre des agences au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard. Afin d'offrir ses services à l'échelle nationale, elle ouvre, en 1887, une succursale à Montréal, qui est alors la plaque tournante du commerce au Canada. En 1901, elle adopte un nouveau nom qui correspond mieux à sa nouvelle mission nationale et devient la Banque Royale du Canada. Six ans plus tard, elle déménage son siège social sur la rue Saint-Jacques, à Montréal.

Les années 1910 représentent une période de forte croissance pour la Banque Royale du Canada. Elle fusionne avec d'autres institutions financières, dont la Banque de Québec en 1917, la Northern Crown Bank en 1918 et la Union Bank of Canada en 1925. À elle seule, la Northern Crown Bank apporte 113 succursales à la Banque Royale du Canada. En 1920, cette dernière est la plus grande banque du pays avec des avoirs qui totalisent 594,7 millions de dollars. La Banque Royale du Canada connaît également du succès sur le plan international avec 121 succursales à l'extérieur des frontières canadiennes. Après un ralentissement de ses activités dans les années 1920 et 1930, elle retrouve son essor à la fin des années 1940. Dans les années 1960, elle devient la première banque à informatiser ses opérations. En 1968, elle s'unit à trois autres banques pour lancer la première carte de crédit, la carte Chargex, qui prend le nom de Visa en 1977.

Dans les années 1990, des assouplissements aux lois bancaires permettent aux banques de diversifier leurs services. La Banque Royale du Canada fait alors l'acquisition de plusieurs compagnies de services financiers, notamment la Marcil Trust Co. en 1990, la Trust Royal en 1993 et la Dominion Securities en 1996. En 1998, elle accepte de fusionner avec la Banque de Montréal, mais le gouvernement du Canada bloque la transaction. En 2003, la Banque Royale du Canada, qui regroupe ses activités sous le nom de RBC Groupe financier, est la plus grande banque du Canada avec des actifs de 403 milliards de dollars, des revenus de 24,8 milliards de dollars et plus de soixante mille employés. En 2007, son siège social se trouve toujours à Montréal.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Banque Royale du Canada. À propos de RBC, Histoire [En Ligne]. http://www.rbc.com/
  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • PARÉ, Jean-Pierre. Les banques au Québec. Québec, Éditions GID, 2008. 413 p.
  • YUSUFALI, Sasha. « Banque Royale du Canada ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • s.a. « La Banque royale du Canada ». Biographies canadiennes-françaises (1972), p. 648-649.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013