Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Morin, Augustin-Norbert

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 13 octobre 1803 à Saint-Michel (Saint-Michel-de-Bellechasse), Augustin-Norbert Morin est le fils d'Augustin Morin, cultivateur, et de Marianne Cottin dit Dugal.

Morin commence son apprentissage du droit auprès de Denis-Benjamin Viger, à Montréal, en 1823. Pour payer ses études, il travaille comme journaliste au Canadien. En 1826, il fonde le journal La Minerve, qu'il vend à Ludger Duvernay l'année suivante. Il continue cependant de collaborer au journal pendant une dizaine d'années. Il est aussi cofondateur du Law Reporter de Montréal.

Ayant obtenu sa commission d'avocat en 1828, il exerce la profession légale à Montréal jusqu'en 1836, puis à Québec. Il est nommé juge des districts de Kamouraska, Rimouski et Saint-Thomas en 1842, puis juge de la Cour supérieure en 1855.

Député de Bellechasse de 1830 à 1838, Morin appuie le Parti patriote. En 1834, il se distingue en rédigeant les 92 Résolutions qui contiennent les griefs de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. À la demande de la Chambre, il rejoint Denis-Benjamin Viger en Angleterre pour les présenter et les défendre. Jusqu'alors considéré comme modéré, il se radicalise à partir de 1836. Chef de la rébellion de 1837 à Québec, il conserve son siège jusqu'à la suspension de la Constitution le 27 mars 1838. En 1839, il est emprisonné pour haute trahison, mais libéré peu après.

Député de Nicolet de 1841 à 1842, il fait partie du groupe canadien-français et est antiunioniste. De 1842 à 1843, il représente la circonscription de Saguenay. Au cours de cette période, il est membre du ministère Baldwin-La Fontaine, où il occupe les fonctions de commissaire des Terres de la Couronne. À nouveau député de Bellechasse de 1844 à 1851, il fait toujours partie du groupe canadien-français. De 1848 à 1851, il est orateur de la Chambre d'assemblée.

Député réformiste de Terrebonne de 1851 à 1854, il forme un ministère avec Francis Hincks et occupe les fonctions de secrétaire provincial, puis de commissaire des Terres de la Couronne. Élu député réformiste dans les circonscriptions unies de Chicoutimi et Tadoussac en 1854, il constitue un ministère avec Allan Napier MacNab. Il poursuit également son travail de commissaire des Terres de la couronne et contribue à l'abolition du régime seigneurial. En 1855, il démissionne pour des raisons de santé. Nommé membre de la Commission de codification des lois du Bas-Canada en 1859, il a participé à la rédaction du Code civil du Bas-Canada.

Il est décédé à Sainte-Adèle de Terrebonne le 27 juillet 1865. Il est inhumé dans l'église Notre-Dame-du-Rosaire, à Saint-Hyacinthe.

Il avait épousé à Québec, en 1843, Adèle Raymond, fille du marchand Joseph Raymond et de Louise Cartier.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours [En Ligne]. http://www.assnat.qc.ca/
  • PARADIS, Jean-Marc. « Morin Augustin-Norbert ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013