Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Taschereau, Elzéar-Alexandre

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 17 février 1820 à Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (Sainte-Marie), Elzéar-Alexandre Taschereau est le fils de Jean-Thomas Taschereau, homme politique et juge, et de Marie Panet.

Taschereau entreprend des études de théologie au grand séminaire de Québec en 1837. Ordonné prêtre cinq ans plus tard, il enseigne dans l'institution qui l'a formé. Directeur du petit séminaire de Québec (1851-1852 et 1856-1859), puis directeur du grand séminaire (1859-1860), il participe aussi à la fondation de l'Université Laval en 1852. Après deux années d'études à Rome, il obtient un doctorat en droit canonique en 1856. Supérieur du séminaire de Québec et recteur de l'Université Laval de 1860 à 1866 et de 1869 à 1871, il s'oppose avec vigueur à la création d'une université à Montréal. En 1870, à la mort de Mgr Baillargeon, qui n'avait pas nommé de coadjuteur, Rome choisit l'abbé Taschereau comme archevêque de Québec.

Dès le début de son épiscopat, Mgr Taschereau doit faire face aux querelles qui sévissent au sein du clergé entre les partisans des idées ultramontaines, auxquels il s'oppose, et les tenants du libéralisme catholique. Préférant administrer seul l'archidiocèse, il ne désigne pas immédiatement de coadjuteur. Ordonné et méthodique, il mène une vie bien réglée et impose la même discipline à l'ensemble de l'archidiocèse. Il organise avec les évêques des rencontres régulières qu'il préside avec autorité. Afin d'éviter les conflits entre l'Église et l'État, il adopte une attitude modérée à propos des questions controversées comme la réforme du Code civil et l'influence du clergé en politique. Son approche lui attire des critiques de la part de certains prêtres et plus particulièrement des évêques de Montréal et de Trois-Rivières, Mgr Ignace Bourget et Mgr Louis-François Laflèche. Ceux-ci s'opposent à plusieurs décisions de Mgr Taschereau, dont l'ouverture d'une succursale de l'Université Laval à Montréal, en 1878, et l'érection du diocèse de Nicolet, en 1883. Peu à peu, Mgr Taschereau réussit à rétablir une certaine unité au sein de l'archidiocèse. Pour répondre aux besoins des fidèles de plus en plus nombreux, il crée plus de quarante paroisses et plus de trente missions. Il fonde aussi le Séminaire de Chicoutimi, en 1873, et confie le sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré aux Rédemptoristes, en 1878. Il devient le premier Canadien élevé au rang de cardinal en 1886. Cinq ans plus tard, des problèmes de santé l'incitent à choisir un coadjuteur, Mgr Louis-Nazaire Bégin, à qui il confie l'administration de l'archidiocèse à partir de 1894.

Il est décédé à Québec le 12 avril 1898. Il est inhumé dans la crypte de la basilique-cathédrale de Notre-Dame-de-Québec.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LEBLANC, Jean. Dictionnaire biographique des évêques catholiques du Canada. Montréal, Wilson et Lafleur, 2002. 881 p.
  • VOISINE, Nive. « Taschereau, Elzéar-Alexandre ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013