Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Morisset, Gérard

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 11 décembre 1898 à Cap-Santé, Gérard Morisset est le fils de Gédéon Morisset, ferblantier-couvreur, et d'Ernestine Cinq-Mars, institutrice.

De 1911 à 1918, Morisset étudie au Collège de Lévis. En 1918, il entre à la faculté de droit de l'Université Laval et, en 1922, est reçu notaire. Il exerce sa profession dans la région de Québec épisodiquement durant quelques années, mais ne s'y consacrera jamais entièrement.

Morisset s'intéresse davantage à l'art et son histoire. Il dessine et joue de la musique, mais surtout, en compagnie de Jean-Thomas Nadeau, il amorce une cueillette de documents sur l'art ancien du Québec et répertorie les églises, oeuvres d'orfèvrerie, orgues, tableaux et sculptures.

Parallèlement à ces activités, Morisset pratique l'architecture en autodidacte et conçoit les plans de plusieurs bâtiments. En 1929, afin de régulariser son statut et parfaire son art, Morisset part étudier l'architecture en Europe auprès de Tony Garnier puis, change d'orientation et entre en histoire de l'art à l'École du Louvre de Paris, où il soutien sa thèse en mars 1934.

À son retour d'Europe, Morisset devient directeur de l'enseignement du dessin pour la province de Québec en 1935. Puis, en 1937, le gouvernement du Québec accepte de soutenir l'Inventaire des Oeuvres d'Art du Québec. Ce projet significatif, dirigé par Morisset, se poursuit jusqu'en 1969.

En 1951, Morisset devient le premier secrétaire de la Commission des monuments historiques du Québec, puis en 1953, directeur du Musée du Québec. Dans le cadre de ses fonctions de secrétaire, il participe à la restauration de plusieurs bâtiments patrimoniaux, dont l'église de Saint-Isidore, l'église de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie, la maison Jean-Baptiste-Chevalier, l'église de Saint-Charles-Borromée, l'église de Saint-Louis et l'église de Saint-François. Morisset, qui est alors considéré comme le grand spécialiste de l'histoire de l'art au Québec, porte une attention particulière au patrimoine religieux.

Auteur prolifique, Morisset a publié 16 livres et plus de 300 articles dans des ouvrages collectifs, journaux et périodiques. Ses ouvrages les plus marquants sont Peintres et tableaux (1936-1937), Coup d'oeil sur les arts en Nouvelle-France (1941), L'architecture en Nouvelle-France (1949) et La peinture traditionnelle au Canada français (1960).

Il est décédé à Québec le 28 décembre 1970.

Il avait épousé, en 1922, Marguerite Mignault.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • JOBIDON, Hélène, Luc NOPPEN et Paul TRÉPANIER. Québec monumental, 1890-1990. Sillery / Montréal, Septentrion / Ordre des architectes du Québec, 1990. 191 p.
  • Musée du Québec. A la découverte du patrimoine avec Gérard Morisset : exposition. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1981. 255 p.
  • ROBERT, Jacques. « Biographie de Gérard Morisset ». Musée du Québec. A la découverte du patrimoine avec Gérard Morisset : exposition. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1981, p. 15-31.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013