Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Chemin de fer Intercolonial

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Le chemin de fer Intercolonial est l'une des premières sociétés de la Couronne canadienne. Créée le 21 décembre 1867, cette compagnie développe et administre un réseau de voies ferrées reliant le Canada central au Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse. Le siège social est situé à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Au cours des premières décennies du XIXe siècle, l'essentiel du transport de personnes dans les Maritimes est assuré par des diligences à travers des routes raboteuses. Pour se rendre à Québec, les voies maritimes sont généralement privilégiées. Les conditions imposées par l'hiver rendent toutefois la liaison peu fiable et la navigation sur le Saint-Laurent est notoirement dangereuse. Pour pallier les difficultés de communication, des projets de construction de chemin de fer sont élaborés. Dès la fin des années 1820 et au début des années 1830, alors que l'emploi commercial des rails est encore embryonnaire au Royaume-Uni, un trajet est proposé entre la ville de Québec et le port de Saint-Andrews, au Nouveau-Brunswick. Ce dernier obtient l'appui des gouvernements coloniaux et de Londres, mais une dispute frontalière avec l'État du Maine complexifie le projet et force son abandon.

Déjà, au milieu du XIXe siècle, quelques tronçons de chemins de fer font leur apparition. La compagnie du chemin à lisses du Saint-Laurent et de l'Atlantique, constituée en 1845, a pour objectif de connecter Montréal à Portland, dans le Maine, négligeant la ville d'Halifax et les Maritimes. La capitale néo-écossaise est malgré tout en voie d'être reliée par des entreprises comme la Nova Scotia Railway, l'European and North Americain Railway et la compagnie du Grand Tronc de chemin de fer du Canada. Des tronçons sont complétés entre Halifax et Truro en Nouvelle-Écosse (1858), Saint-Jean et Shediac au Nouveau-Brunswick (1860), puis Fraserville (Rivière-du-Loup) et Lévis (1860).

Dans le but de rapprocher les colonies britanniques, les gouvernements coloniaux et le ministère des Colonies de Grande-Bretagne considèrent l'établissement d'un chemin de fer intercolonial. En 1863, ils nomment Sandford Fleming arpenteur en chef du projet. Deux ans plus tard, ce dernier produit un rapport offrant trois liaisons possibles entre le Canada-Uni et les Maritimes; le trajet longeant la baie des Chaleurs est retenu.

La construction de l'Intercolonial est inscrite dans le texte de la Loi constitutionnelle de 1867 et devient une condition de la Confédération canadienne. Cette année-là, le gouverneur général sanctionne la législation créant la compagnie et Fleming est engagé comme ingénieur en chef. En 1872, une première section de la voie ferrée est ouverte entre Truro et Amherst, en Nouvelle-Écosse. Suivent les connexions entre Fraserville et Sainte-Flavie (Mont-Joli) (1874), Moncton et Campbellton, au Nouveau-Brunswick (1875), puis Campbellton et Sainte-Flavie (1876). Complété, le chemin de fer, long de 1 100 km, est inauguré le 1er juillet 1876. Tous les ponts, sauf trois, sont bâtis en fer.

Au cours des années suivantes, le réseau ferroviaire prend de l'expansion. En 1879, la compagnie de chemin de fer Intercolonial fait l'acquisition de la ligne Fraserville-Lévis, propriété du Grand Tronc. De 1884 à 1887, elle intègre les sections de Pictou, en Nouvelle-Écosse, et de Cape Traverse, sur l'Île-du-Prince-Édouard. En 1891, la compagnie achète le Cape Breton Railway et assure un service de traversier dans le détroit de Canso. Sept ans plus tard, le Grand Tronc lui cède son droit de circulation à Montréal.

Le 6 juin 1919, l'Intercolonial est intégré à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, une nouvelle société de la Couronne.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Canadiana.org. Le Canada en devenir [En Ligne]. http://www.canadiana.org
  • CREET, Mario. « Fleming, sir Sandford ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • FLEMING, Sandford. The Intercolonial - A Historical Sketch of the Inception, Location, Construction and Completion of the Line of Railway Uniting the Inland and Atlantic Provinces of the Dominion. Montréal, Dawson Brothers, 1876. 260 p.
  • MARSH, James. « Chemin de fer Intercolonial ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • PELLETIER, Michel. « Rivière-du-Loup et le chemin de fer ». Fédération Histoire Québec. Histoire Québec [En ligne]. http://www.histoirequebec.qc.ca
  • UNDERWOOD, Jay. Built for War : Canada's Intercolonial Railway. Montréal, Railfare DC Books, 2005. 246 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013