Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Garneau, François-Xavier

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Personnage historique Ministre de la Culture et des Communications 2016-01-28
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 15 juin 1809 à Québec, François-Xavier Garneau est le fils de François-Xavier Garneau, aubergiste et charretier, et de Gertrude Amiot-Villeneuve.

Garneau étudie dans une école de quartier, puis dans une école mutuelle instituée par Joseph-François Perrault. Il travaille ensuite dans le bureau du greffier de la Cour du banc du roi, poste qu'occupe alors Perrault. Il fait sa cléricature dans l'étude d'Archibald Campbell à partir de 1825 et reçoit sa commission de notaire en 1830.

De 1831 à 1833, Garneau est secrétaire de Denis-Benjamin Viger, représentant à Londres de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. Il y découvre les coulisses de la politique coloniale et y publie quatre poèmes. De retour à Québec, il exerce sa profession en ouvrant sa propre étude et fait paraître plusieurs poèmes principalement dans Le Canadien. Garneau publie son premier poème d'inspiration bonapartiste en juillet 1830 : La Coupe. Jusqu'en 1845, Garneau est principalement connu comme poète en raison de ses multiples publications. Il publie également L'Abeille canadienne pendant deux mois en 1833 et 1834. Partisan des idées avancées par le Parti canadien puis par l'aile modérée du Parti patriote, il observe le conflit se développer entre la Chambre d'assemblée et le pouvoir exécutif. Il participe au mouvement réclamant le rappel de l'Union. Il s'adresse à deux reprises aux gouverneurs généraux afin de réclamer le respect des droits des Canadiens-français. En 1837, il délaisse son étude notariale et travaille à la Banque de l'Amérique septentrionale britannique et à la Banque de Québec.

En 1840, il publie son poème le plus connu : Le Dernier Huron qui traite du sort d'un peuple disparu. Il est nommé traducteur français à l'Assemblée législative de la province du Canada en 1842 et devient greffier de la Ville de Québec de 1844 à 1864. Haut fonctionnaire de l'administration municipale, Garneau devient un intermédiaire important avec l'administration coloniale. En marge de ses occupations professionnelles, il fonde L'Institut, ou Journal des étudians (sic) en 1841 et participe à de nombreuses associations, dont la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec et l'Institut canadien de Québec qu'il préside en 1852.

Au début des années 1840, Garneau amorce son travail d'historien en entreprenant la rédaction d'une histoire des Canadiens-français. Il est notamment motivé par le contexte politique de l'époque, marqué par l'union des Canadas, qui met selon lui en péril l'avenir de la nation canadienne-française. Il publie son oeuvre maîtresse de 1845 à 1852 et est consacré historien national de son vivant. L'oeuvre a fait l'objet de plusieurs rééditions et d'une augmentation par le fils de l'historien, Alfred Garneau.

Il a publié Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours (1845-1848, supplément en 1852), rééditée à neuf reprises, Voyage en Angleterre et en France dans les années 1831, 1832 et 1833 (1855), Abrégé de l'histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à 1840, à l'usage des maisons d'éducation (1856), ainsi que de nombreux poèmes pour la plupart publiés dans Le Canadien.

Il est décédé à Québec le 3 février 1866.

Il avait épousé à Québec, en 1835, Marie-Esther Bilodeau.

Il a été désigné personnage historique le 28 janvier 2016.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Ce personnage historique est désigné pour les motifs suivants:

Homme de lettres, notaire et greffier de la Ville de Québec, François-Xavier Garneau publie son oeuvre majeure, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, en quatre tomes, de 1845 à 1852. Cela lui vaut d'être proclamé historien national. Par cet ouvrage historique, Garneau vise à rétablir la mémoire de ses compatriotes de langue et de religion, à défendre leurs droits politiques et à promouvoir la culture d'expression française. Il publie des versions révisées en 1852 et 1859, auxquelles s'ajoutent six autres rééditions au XIXe et au XXe siècle. Garneau est considéré comme le plus important auteur de la littérature québécoise de son époque et est reconnu comme le fondateur des sciences historiques au Québec.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Gérard. Lire François-Xavier Garneau : 1809-1866 «historien national». Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1994. 244 p.
  • BERRÉHAR, Marie-Hélène. François-Xavier Garneau et Jules Michelet : figures du peuple. Université de Montréal, 1997. 128 p.
  • SAINT-JACQUES, Denis, dir., Gilles GALLICHAN et Kenneth LANDRY. François-Xavier Garneau, une figure nationale. Québec, Éditions Nota bene, 1998. 398 p.
  • GAUVIN, Lise, dir. François-Xavier Garneau et son histoire. Montréal, Presses de l'université de Montréal, 1995. 172 p.
  • SAVARD, Pierre. « Garneau, François-Xavier ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • SAVARD, Pierre et Paul WYCZYNSKI. « Garneau, François-Xavier ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • SAVARD, Pierre et Paul WYCZYNSKI. « Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, de François-Xavier Garneau ». LEMIRE, Maurice, dir. Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec. Tome I : Des origines à 1900. Montréal, Fides, 1980, s.p.
  • WYCZYNSKI, Paul. « Voyage en Angleterre et en France dans les années 1831, 1832 et 1833, de François-Xavier Garneau ». LEMIRE, Maurice, dir. Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec. Tome I : Des origines à 1900. Montréal, Fides, 1980, s.p.
  • WYCZYNSKI, Paul. « [Poèmes épars], de François-Xavier Garneau ». LEMIRE, Maurice, dir. Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec. Tome I : Des origines à 1900. Montréal, Fides, 1980, s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013