Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Desjardins, Alphonse

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 5 novembre 1854 à Lévis, Alphonse Desjardins (baptisé Gabriel-Alphonse) est le fils de François Roy dit Desjardins, cultivateur et journalier, et de Clarisse Miville dit Deschênes.

Desjardins entre au collège de Lévis où il suit les quatre classes du cours commercial, puis la première classe du cours de latin de 1864 à 1870.

Enrôlé dans le 17e bataillon d'infanterie de milice volontaire de Lévis en 1869, Desjardins est mobilisé l'année suivante pour repousser d'éventuels raids fenians. Il complète par la suite une formation à l'école militaire de Québec en 1870, puis est promu au grade de sergent-major en 1871. Cette année-là, il prend part à une campagne menée contre les fenians à la rivière Rouge, au Manitoba. De retour au Québec en 1872, il se retire de l'armée.

À partir de 1872, Desjardins est journaliste de L'Écho de Lévis. Après la fermeture du journal en 1876, il se joint au quotidien Le Canadien pour lequel il rapporte les débats de l'Assemblée législative de la province de Québec. Il quitte son emploi de rédacteur en 1879 pour se consacrer à l'édition des débats pour le compte du gouvernement provincial, travail qu'il remplira jusqu'en 1889. Deux ans plus tard, il fonde à Lévis un journal conservateur qui paraît durant trois mois seulement, L'Union canadienne. De 1892 à 1917, il occupe la fonction de sténographe à la Chambre des communes à Ottawa. En parallèle, l'ancien journaliste enseigne la sténographie au collège de Lévis de 1893 à 1900.

Les débats à la Chambre des communes sur la difficulté d'obtenir un crédit pour les petits emprunteurs et la pratique de taux usuraires amènent Desjardins à concevoir un modèle de caisse populaire adapté de l'expérience coopérative européenne. Le 6 décembre 1900, il fonde la Caisse populaire de Lévis. Considérée comme la première coopérative d'épargne et de crédit en Amérique du Nord, la nouvelle caisse facilite l'accès au crédit et permet aux petits emprunteurs de développer des habitudes de prévoyance et d'épargne. Afin de faire reconnaître juridiquement les caisses populaires, Desjardins prépare un projet de loi (Loi concernant les syndicats coopératifs) qui est adopté par les députés provinciaux en 1906. Son entreprise connaît alors un succès grandissant et, de 1907 à 1915, 136 caisses sont fondées au Canada. Une dizaine de caisses ouvrent également aux États-Unis. À la fin de sa vie, il milite pour créer une fédération des caisses populaires qui permettrait de gérer les surplus et de les administrer à des caisses en ayant besoin, projet qui ne se réalise qu'après sa mort.

Engagé dans sa communauté, Desjardins est membre de plusieurs organisations consacrées au développement économique local. Il préside l'Institut canadien-français de Lévis (1882) en plus de siéger notamment sur le conseil d'administration de la Chambre de commerce de Lévis (1880-1893) ainsi qu'au bureau de direction de la Société de construction permanente de Lévis (1892-1895).

Il est l'auteur de Mémoire sur l'organisation de l'agriculture dans la province de Québec (publié à titre posthume en 1950).

Il est décédé à Lévis le 31 octobre 1920.

Il avait épousé à Sorel (Sorel-Tracy), en 1879, Dorimène Roy-Desjardins, fille de Joseph Roy-Desjardins, capitaine de bateau à vapeur, et de Rosalie Mailhot.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BÉLANGER, Guy. Alphonse Desjardins, 1854-1920. Québec, Septentrion, 2012. 688 p.
  • BÉLANGER, Guy et Pierre POULIN. « Desjardins, Alphonse ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • GOULET, Pierre. Desjardins, l'argent au service des gens. Lévis, Desjardins: Éditions Dorimène, 2006. 46 p.
  • LAMARCHE, Jacques. Alphonse Desjardins, un homme au service des gens. Montréal, Éditions du jour, 1977. 173 p.
  • ST-PIERRE, Majella. Alphonse Desjardins entrepreneur. Montréal, Éditions Transcontinental, 2001. 193 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013