Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Parution du roman Le Survenant de Germaine Guèvremont

Type :

Événement

Date :

  • 1945‑04‑07

Période historique :

  • Le Québec moderne (1867 à 1960)

Thème commémoratif :

  • Arts, culture et communications

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Voir la liste

Groupes associés (1)

Personnes associées (3)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Événement historique Ministre de la Culture et des Communications 2018-08-08
 

Haut de la page

Synthèse

La parution en 1945 du roman Le Survenant de Germaine Guèvremont est un événement historique significatif de l'histoire littéraire et culturelle du Québec. Au moment de la publication de ce roman, Germaine Guèvremont, journaliste, travaille depuis 1938 comme chef du secrétariat de la Société des écrivains canadiens, présidée par Victor Barbeau, écrivain, journaliste et professeur universitaire. Ce poste lui permet de rencontrer plusieurs auteurs, dont Alfred DesRochers, journaliste, poète et animateur littéraire, qui deviendra son mentor.

Germaine Guèvremont fait paraître son premier livre, un recueil de contes intitulé En pleine terre, le 13 août 1942. Cette publication reçoit une critique sympathique. Alfred DesRochers lui suggère toutefois de penser à écrire une oeuvre qui pourrait regrouper dans une même unité d'action et de temps les personnages de ses contes. Souhaitant écrire le « roman de la vieille paroisse canadienne », elle parvient à l'état de grâce du romancier lorsqu'elle conçoit l'idée d'un étranger arrivant de manière fortuite dans une vieille paroisse.

Munie de son sujet, Germaine Guèvremont se lance ainsi le 1er novembre 1942 dans une période de rédaction intense qui dure deux ans. L'auteure rédige d'instinct, en se glissant dans la peau de ses personnages. Elle demande fréquemment conseil à DesRochers, ce qui engendre une correspondance soutenue. DesRochers commente d'ailleurs les chapitres du roman au fil de leur écriture. Germaine Guèvremont termine la rédaction de son manuscrit le 25 décembre 1944 et le soumet à Victor Barbeau pour qu'il le « passe au crible ». Le 16 février 1945, le texte arrive chez l'imprimeur.

Le roman Le Survenant est publié aux Éditions Beauchemin, à Montréal, le 7 avril 1945. Il relate le séjour d'un étranger, nomade, charismatique, libertaire et ouvert sur le monde, au Chenal du Moine, à proximité de Sainte-Anne-de-Sorel, en 1909 et en 1910. Devant durer le temps d'un soir d'automne, le passage de l'étranger s'étire sur une année et perturbe l'existence de la famille Beauchemin et de la petite communauté rurale.

Le succès de l'oeuvre est immédiat et la majorité des comptes rendus sont élogieux, incluant ceux de la presse française. Le roman reçoit le prix Ludger-Duvernay de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal en octobre 1945, puis le prix David à l'automne de 1946. Le Survenant est publié chez Plon, en France, en 1946, et reçoit le prix Sully-Olivier de Serres du ministère français de l'Agriculture. En août 1947, Germaine Guèvremont publie la suite du Survenant, intitulée Marie-Didace. L'auteure reçoit le prix du Gouverneur général du Canada en 1950 pour la traduction des deux romans.

Dans les années suivantes, le cycle du Survenant est adapté pour la radio, la télévision et le cinéma. Germaine Guèvremont rédige tous les textes et doit produire régulièrement du nouveau matériel. Ces nombreuses adaptations obtiennent un immense succès au Québec et moussent la popularité de l'oeuvre écrite. Elles propulsent le personnage du Survenant, le « grand-dieu-des-routes », au rang de véritable icône de l'imaginaire québécois

La parution du roman Le Survenant de Germaine Guèvremont donne à la littérature du terroir son ultime chef-d'oeuvre. Ce courant, encouragé par les élites politiques et ecclésiastiques, fait son apparition au milieu du XIXe siècle. Il valorise la vie dans les campagnes et l'agriculture au détriment de la vie urbaine et l'industrialisation. Cette tradition romanesque disparaît dans la décennie 1940 avec la parution des premiers romans de moeurs urbaines et de contestation de l'ordre établi. Bien que campée dans le terroir, l'oeuvre de Germaine Guèvremont comprend plusieurs éléments de nouveauté qui illustrent cette évolution de la littérature québécoise.

Cet événement historique a été désigné le 8 août 2018.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Cet événement a été désigné pour les motifs suivants:

Le Survenant de Germaine Guèvremont est publié aux Éditions Beauchemin, à Montréal, le 7 avril 1945. Le roman relate le séjour d'un étranger, nomade, charismatique, libertaire et ouvert sur le monde, au Chenal du Moine, à proximité de Sainte-Anne-de-Sorel, en 1909 et en 1910. Devant durer le temps d'un soir d'automne, le passage de l'étranger s'étire sur une année et perturbe l'existence de la famille Beauchemin et de la petite communauté rurale.

Journaliste et chef du secrétariat de la Société des écrivains canadiens, Germaine Guèvremont entreprend la rédaction de ce premier roman le 1er novembre 1942 sur les conseils d'Alfred DesRochers. Ce journaliste, poète et animateur littéraire épaule l'auteure tout au long de la période d'écriture du livre, qui s'allonge sur un peu plus de deux ans.

Le succès du roman est immédiat et la majorité des comptes rendus qui soulignent sa sortie sont élogieux, en incluant ceux de la presse française. Le Survenant est honoré de nombreuses récompenses, dont le prix Ludger-Duvernay, le prix David, le prix Sully-Olivier de Serres et le prix du Gouverneur général du Canada.

La parution de ce roman est un événement historique significatif de l'histoire littéraire et culturelle du Québec. Le Survenant est reconnu pour être le chef-d'oeuvre de la longue tradition du roman du terroir, dit aussi roman paysan ou régionaliste. Apparu au milieu du XIXe siècle, ce courant qui idéalise la vie dans les campagnes et l'agriculture disparaît dans la décennie 1940 avec la parution des premiers romans de m¿urs urbaines et de contestation de l'ordre établi. Bien que campée dans le terroir, l'histoire du Survenant comprend plusieurs éléments de nouveauté qui illustrent cette évolution de la littérature québécoise.

Dans les années 1950, Le Survenant fait l'objet de plusieurs adaptations, dont Germaine Guèvremont rédige tous les textes, pour la radio, la télévision et le cinéma. Ces adaptations obtiennent un immense succès et moussent la popularité de l'oeuvre écrite. Elles propulsent notamment le personnage du Survenant, le « grand-dieu-des-routes », au rang de véritable icône de l'imaginaire québécois.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOIVIN, Aurélien. « Le survenant ou la fin de la société rurale d'ancien régime ». Québec français. No 99 (1995), p. 90-94.
  • CIMON, Renée. Germaine Guèvremont. Dossiers de documentation sur la littérature canadienne-française. Montréal, Fides, 1969. s.p.
  • DÉCARIE, David et Lucie JOUBERT. « Germaine Guèvremont: Nouvelles survenances ». Voix et images. Vol. 33, no 3 (2008), p. 9-13.
  • GUÈVREMONT, Germaine et Yvan G. LEPAGE. Le Survenant: édition critique d'Yvan G. Lepage. Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1989. 366 p.
  • LECLERC, Rita. Germaine Guèvremont. Montréal, Fides, 1963. 188 p.
  • LEPAGE, Yvan G. « Cher Survenant...: Germaine Guèvremont-Alfred DesRochers (1942-1951) ». Voix et images. Vol. 16, no 1 (1990), p. 64-78.
  • LEPAGE, Yvan G. « Du manuscrit au livre imprimé: le cas du Survenant de Germaine Guèvremont ». MICHON, Jacques, dir. L'édition littéraire en quête d'autonomie: Albert Lévesque et son temps. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1994, p. 25-38.
  • LEPAGE, Yvan G. Germaine Guèvremont: la tentation autobiographique. Ottawa, Les Presses de l'Université d'Ottawa, 1998. 205 p.
  • MAILHOT, Laurent. La littérature québécoise. Que sais-je?. Paris, Presses universitaires de France, 1974. 127 p.
  • VANASSE, André. « Le Survenant ». LEMIRE, Maurice. Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec - 1940 à 1959. Montréal, Fides, 1995, s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013