Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Testard de Montigny, Casimir-Amable

Type :

Personne

Autre(s) nom(s) :

  • Montigny, Casimir
  • Montigny, Casimir de
  • Sieur de Montigny

Date :

  • 1787-06-02 – 1863-01-10

Occupation :

  • Député
  • Juge de paix
  • Officier
  • Personnalité d'affaires

Éléments associés

Événements associés (1)

Personnes associées (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Identification Personnage historique Municipalité (Saint-Jérôme) 2014-06-17
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 2 juin 1787 à Montréal, Casimir-Amable Testard de Montigny est le fils de Louis-Étienne Testard de Montigny, avocat, et de Louise-Archange Gamelin dit Gaucher.

Testard de Montigny fait ses études à Montréal. Il fréquente pendant un an le séminaire Notre-Dame, puis, de 1805 à 1808, le Petit Séminaire.

Suite à ses études, Testard de Montigny s'adonne au commerce de la fourrure au nord de Montréal avec les Amérindiens du lac des Deux Montagnes. Vers 1814, il s'installe sur une terre dans la concession sud de la Rivière-du-Nord, formant un petit embryon de colonie. Vers les années 1830, il se déplace avec d'autres colons vers le nord, sur le site actuel de Saint-Jérôme. Il s'adonne à des activités agricoles, d'acquisition et d'exploitation de propriétés, de spéculation foncière et de prêts. Impliqué dans le développement de la communauté, on retrouve régulièrement son nom au bas de pétitions adressées au gouvernement pour le développement de Saint-Jérôme. Il est le porte-parole de ses compatriotes auprès des autorités ecclésiastiques pour l'obtention d'une desserte religieuse permanente, une requête culminant en 1834 avec l'érection canonique de la paroisse de Saint-Jérôme.

En plus de ses activités régulières, Testard de Montigny se retrouve investi de diverses charges officielles au long de sa vie. Officier de milice, il participe à la guerre de 1812. Il porte, au cours de sa carrière de milicien, les rangs de capitaine, de major, puis de lieutenant-colonel. De 1824 à 1827, il est député du district d'Effingham à la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada. En 1837, il est nommé commissaire des petites causes et juge de paix pour Saint-Jérôme et sa commission est renouvelée en 1838. De 1849 à 1851, il représente Saint-Jérôme au Conseil de la municipalité du comté de Terrebonne.

Au cours des rébellions des patriotes du Bas-Canada de 1837 et de 1838, Testard de Montigny se range du côté des loyalistes. Il tente d'utiliser son influence et sa position comme juge de paix pour inciter ses concitoyens à rejeter la lutte contre le régime britannique. Pour son opposition au mouvement, il est fait prisonnier par les Patriotes pendant quelques jours au camp de Saint-Eustache.

En 1859, Testard de Montigny prend sa retraite et cède ses propriétés à son fils Benjamin-Antoine. Il vit à la charge de ce dernier jusqu'à sa mort.

Il est décédé à Saint-Jérôme le 10 janvier 1863. Il est inhumé dans le caveau de l'église de Saint-Jérôme.

Il avait épousé, en 1815, Marthe Godon, fille de Pierre Godon, cultivateur, et de Catherine Cardinal; puis, en 1855, Marie-Louise Allaire.

Ce personnage historique a été identifié par la Ville de Saint-Jérôme.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • AUCLAIR, Élie-Joseph. Saint-Jérôme de Terrebonne. Saint-Jérôme, L'imprimerie-photogravure J.-H.-A., 1934. 357 p.
  • Comité de toponymie de Saint-Jérôme. Répertoire toponymique : Les rues de Saint-Jérôme. Saint-Jérôme, 1989. 96 p.
  • CORNEZ, Germaine. Une ville grandit : Saint-Jérôme de 1881 à 1914. Saint-Jérôme, Éditions L'Écho du Nord, 1977. 292 p.
  • CORNEZ, Germaine. Une ville naquît : Saint-Jérôme de 1821 à 1880. Saint-Jérôme, Éditions L'Écho du Nord, 1973. 191 p.
  • LABELLE, Paul. Une ville s'épanouit : Saint-Jérôme de 1914 à 1934. Saint-Jérôme, Éditions L'Écho du Nord, 1985. 363 p.
  • PAQUIN, Michel. « Testard de Montigny, Casimir-Amable ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013