Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Caouette, Aurélie

Type :

Personne (Femme)

Autre(s) nom(s) :

  • Mère Catherine-Aurélie du Précieux-Sang

Date :

  • 1833‑07‑11 – 1905‑07‑06

Occupation :

  • Membre d'une communauté religieuse
  • Supérieur d'une communauté religieuse ou d'une société de prêtres diocésains

Éléments associés

Groupes associés (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Née le 11 juillet 1833 à Saint-Hyacinthe, Aurélie Caouette est la fille de Joseph Caouette, forgeron, et de Marguerite Olivier.

Enfant, Aurélie Caouette fréquente l'école de son village. En 1845, elle entre au pensionnat des Soeurs de la congrégation de Notre-Dame à Saint-Hyacinthe. Elle quitte l'établissement cinq ans plus tard et retourne vivre dans la maison de son père.

Se sentant une vocation religieuse, Aurélie Caouette prend conseil auprès de l'évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr Jean-Charles Prince, mais il n'y a alors aucune communauté religieuse à laquelle elle veut se joindre. Attirée par la dévotion au Précieux Sang, elle mène une vie quasi cloîtrée.

En 1859, Aurélie Caouette rencontre l'évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, qui lui suggère de fonder sa propre communauté d'adoratrices du Précieux-Sang. L'évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr Joseph La Rocque, acquiesce à sa demande. Le 14 septembre 1861 est fondée la congrégation des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang, une communauté spécialement vouée à la méditation et à l'oraison. Il s'agit de la première communauté contemplative au Canada.

En 1863, la petite congrégation déménage dans un nouveau monastère. À ce moment, Aurélie Caouette prononce ses voeux de religion. Elle adopte le nom de mère Catherine-Aurélie du Précieux-Sang et devient la supérieure de la communauté. Celle-ci se développe rapidement et des monastères sont bientôt fondés dans plusieurs villes au Canada et aux États-Unis de même qu'à Cuba. Mère Catherine-Aurélie du Précieux-Sang est présente à l'inauguration de chacun d'entre eux. En plus d'occuper la fonction de supérieure à Saint-Hyacinthe, elle est nommée supérieure générale à vie de la communauté.

Au cours de son existence, mère Catherine-Aurélie du Précieux-Sang est l'objet de nombreux phénomènes mystiques, ce qui contribue à lui donner une réputation de sainteté, réputation qui ne cesse de prendre de l'ampleur après sa mort.

Elle est décédée à Saint-Hyacinthe le 6 juillet 1905. Elle est inhumée dans la même ville, dans le monastère des Soeurs adoratrices du Précieux-Sang. Sa cause de béatification est ouverte depuis 1984.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Adoratrices du Précieux-Sang. Adoratrices du Précieux-Sang [En Ligne]. http://www.adoratricesps.net
  • DESJARDINS, Marie-Paule. Dictionnaire biographique des femmes célèbres et remarquables de notre histoire. Montréal, Guérin, 2007. 600 p.
  • JEAN, Marguerite. « Caouette, Aurélie ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013