Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Agrafe à double oeil

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Autre(s) nom(s) :

  • Crochet
  • Pince

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • après 1665 – (Contexte archéologique)
  • 2002 (Découverte)

Période :

  • Le Régime français (1534 à 1760)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Classification :

  • Bien archéologique > Objets personnels > Habillement : accessoire vestimentaire

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Images

Description

L'agrafe à double oeil est un accessoire vestimentaire provenant d'un contexte archéologique qui semble postérieur à 1665. L'objet en fer mesure 3,5 cm de longueur et 1,7 cm de largeur. L'agrafe est faite d'un fil de fer doublé replié sur lui-même à un bout pour former un « U » et courbé à l'autre bout pour former deux oeils circulaires.

Provenance archéologique :

  • BjFj-101 > Opération 3 > Sous-opération B > Lot 31 > Numéro de catalogue 223

Contexte archéologique :

  • Fort

Fonctions / usages :

L'agrafe à double oeil sert d'attache pour des vêtements. Ses deux oeils sont cousus sur un vêtement avec du fil.

Lieu de production :

  • Europe > France

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Façonné à l'aide d'outils

Matériaux :

  • Métal - métaux et alliages ferreux (Fer indéterminé)

Dimensions :

  • largeur : 1.7 centimètre(s)
  • longueur : 3.5 centimètre(s)

Intégrité :

Objet complet (75% et plus de l'objet)

Nombre de biens :

1

Nombre de fragments :

1

Numéro de l'objet :

  • CARQ : 11
  • Numéro archéologique : BjFj-101-3B31-223

Discipline :

  • Archéologie historique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Cette agrafe à double oeil est faite d'un fil de fer doublé replié sur lui-même à un bout pour former un « U » et courbé à l'autre bout pour former deux oeils circulaires. Elle constitue la partie mâle d'un système d'attache d'un vêtement. Son crochet s'insère dans une partie femelle de même format, faite dans le même matériau et cousue sur le même vêtement.

L'agrafe permet d'attacher et de détacher rapidement une pièce de vêtement. Ce modèle d'agrafe est utilisé pour attacher les capes, portées notamment par les militaires français au XVIIe siècle. Des agrafes similaires sont aussi fabriquées en fil de cuivre. Elles sont souvent de format supérieur et plus décoratives, leur valeur devait en être accrue.

Cet artéfact a été découvert en 2002 sur le site du fort de Ville-Marie, à Montréal. Ce fort est construit en 1642, agrandi en 1643 et abandonné à partir de 1665, à la suite du départ de Paul de Chomedey de Maisonneuve, l'un des fondateurs de Ville-Marie. Le contexte archéologique de l'agrafe semble postérieur à 1665, mais il demeure possible qu'elle ait été utilisée à l'époque du fort.

Des agrafes similaires comportant les parties mâle et femelle, certaines de même format et d'autres plus grandes, ont été trouvées sur le site de la mission jésuite de Sainte-Marie-au-Pays-des-Hurons, en Ontario, dans un contexte daté entre 1639 et 1649.

Une agrafe en cuivre a été trouvée sur le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain à Québec, dans un contexte postérieur à 1675.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • L'agrafe à double oeil fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'elle a été trouvée sur le site du fort de Ville-Marie.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Montréal

    MRC :

    • Montréal

    Municipalité :

    • Montréal

    Arrondissement municipal :

    • Ville-Marie

    Adresse :

    • 350, place Royale

    Localisation informelle :

    Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

    Code Borden

    BjFj-101      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • BÉLANGER, Christian et Brad LOEWEN. Fouilles archéologiques dans l'îlot Callière à Montréal, BjFj-101. Rapport d'activités de 2002. Rapport de recherche archéologique [document inédit], MCCQ/Ville de Montréal/Pointe-à-Callière/Université de Montréal, 2004. 85 p.
    • KIDD, Kenneth E. The excavation of Ste Marie I. Toronto, University of Toronto Press, 1949. 191 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013