Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Peinture (Portrait de Jean-Henry-Auguste Roux, p.s.s.)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Région administrative :

  • Montréal

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le Portrait de M. Jean-Henry-Auguste Roux, p.s.s., est une oeuvre de moyen format réalisée par le peintre Louis Dulongpré (1754-1843). Placé devant un simple fond sombre et sans ouverture, le sulpicien Jean-Henry-Auguste Roux (1760-1831) est représenté de la taille à la tête. Il est tourné de trois quarts vers la gauche, d'où provient une lumière diffuse. Son visage, au front court et au sommet légèrement dégarni, est bordé à droite de longs cheveux blancs tirés vers l'arrière. Dessinant de légères ondulations au niveau de l'oreille, les cheveux gagnent ensuite en épaisseur à la hauteur de la nuque. Sourcils arrondis, M. Roux nous fixe d'un regard insistant. Ses yeux sont soulignés de larges cernes. Il a le nez droit et fin. Des sillons profonds naissent aux narines, encadrent la petite bouche du sulpicien, et finissent leur course en rejoignant la courbe de son menton. Les traits arrondis du bas de son visage sont affirmés par des bajoues et une chair flasque qui, à la hauteur du cou, recouvre en partie le col d'un rabat noir.

De stature imposante, l'homme âgé est habillé d'un surplis blanc sans manches, placé par-dessus une soutane noire. Il porte de plus une magnifique étole brodée à fils d'or et aux lignes sinueuses de vignes. Dans la partie inférieure gauche du tableau, M. Roux nous présente la paume de sa main droite ouverte. De la main gauche, il tient une barrette noire devant lui.

L'oeuvre a été restaurée en 1980 par Robin Ashton, à Montréal.

Numéro de l'objet :

  • Numéro d'accession : 2003.0649

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Montréal

Dimensions :

  • Hauteur : 88 centimètre(s)
  • Largeur : 71 centimètre(s)

Médium :

  • Huile

Support :

  • Toile

Représentation iconographique :

  • Jean-Henry-Auguste Roux

Signature :

  • Non signé

Sujet :

  • Portrait
  • Religion

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Né à Marseille le 5 février 1760, Jean-Henry-Auguste Roux fait ses études classiques à Corrèze, en France. Il est ordonné prêtre le 5 juin 1784, puis est agrégé à la Compagnie de Saint-Sulpice. Dix ans plus tard, choisissant l'exil à la suite de la Révolution française, M. Roux fait partie du groupe des 11 sulpiciens qui acceptent l'invitation du séminaire de Saint-Sulpice à Montréal. Poursuivant sa carrière au Bas-Canada, il ne tarde pas à se démarquer dans la société de l'époque. Réputé pour ses vastes connaissances, qui touchent tant la spiritualité que le droit civil, il est d'abord nommé procureur du séminaire, puis en devient le supérieur en 1798. Son mandat est alors principalement marqué par la défense des biens de la communauté contre les multiples prétentions du gouvernement britannique depuis la Conquête. La situation l'amène notamment, en 1826, à voyager en Europe afin de trouver un accord avec le secrétaire d'État à la Guerre et aux Colonies, lord Bathurst (1762-1834).

En plus de veiller à rétablir la situation précaire de la communauté, M. Roux est confesseur à la Congrégation de Notre-Dame pendant 32 ans. Selon la tradition, il semble que ce soit lors d'un sermon, chez ces religieuses, que Louis Dulongpré (1754-1843) ait fixé les traits du sulpicien en toute discrétion, les croquis ayant servi ensuite à la création de l'oeuvre peinte en atelier. Différentes répliques de la composition vont être produites.

Les portraits de l'abbé Roux vont circuler et changer de propriétaires, bien des années après leur création. Ainsi, les Sulpiciens ont possédé un portrait peint qu'ils ont offert à la Congrégation de Notre-Dame en 1905. Il fait maintenant partie de la collection de la Maison Saint-Gabriel. Le Musée national des beaux-arts du Québec conserve aussi dans ses réserves l'effigie du sulpicien. Enfin, ce portrait, appartenant actuellement aux prêtres de Saint-Sulpice de Montréal, leur a été offert en 2003 par le Centre Marguerite-d'Youville.

Les archives de la communauté des Soeurs Grises, autrefois propriétaires du portrait, permettent de connaître l'identité du peintre. De fait, dans un document intitulé "Mémoires particuliers (1840-1860)", l'annaliste précise que le portrait « de Mr Roux et celui de notre mère Coutlée ont été faits par Mr Dulonprez ». D'origine française, Louis Dulongpré est arrivé au Canada au lendemain de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). L'artiste allait particulièrement se démarquer dans le genre du portrait, réalisant entre trois et quatre milles oeuvres du genre selon les notices parues dans les journaux à son décès. Allant dans le sens de cette attribution, le tableau conservé chez les Sulpiciens présente effectivement des similitudes avec une autre toile certaine de Dulongpré, soit le portrait de Joseph Papineau daté de 1825 (collection de Bibliothèque et Archives du Canada).

Auteur : Pierre-Olivier Ouellet, 2014

Haut de la page

Références

Gestionnaires des données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Contributeur de données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Notices bibliographiques :

  • BÉLAND, Mario, dir. La peinture au Québec, 1820-1850: nouveaux regards, nouvelles perspectives. Québec, Musée du Québec: Publications du Québec, 1991. 605 p.
  • CHAUSSÉ, Gilles. « Roux, Jean-Henry-Auguste ». s.a. Les Prêtres de Saint-Sulpice au Canada : grandes figures de leur histoire. Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 1992, p. 186-189.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013