Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Document (Ma Saberdache (rouge))

Type :

Patrimoine mobilier (Patrimoine documentaire)

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1840 – 1858 (Production)

Classification :

  • Patrimoine documentaire > Objets de communication > Objet documentaire > Archives

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Description

« Ma Saberdache » (rouge) est un ensemble de documents manuscrits constitué principalement par Jacques Viger (1787-1858) de 1840 à 1853. Le document compte trente volumes qui regroupent principalement des documents historiques annotés et des copies de manuscrits antérieurs de Jacques Viger. Un volume entier est consacré à la poésie de Joseph Quesnel (1746-1809). La Saberdache rouge contient de nombreuses cartes ainsi que des oeuvres picturales, notamment des aquarelles de James Duncan (1806-1881). Amédée Gosselin (1863-1941) est l'auteur du trentième volume.

Ce bien est classé document patrimonial.

Numéro de l'objet :

  • Cote : O-95 à O-125

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Montréal

Volume / pagination :

comprend 30 cahiers reliés

Langue :

  • Français

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Document patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2014-05-08
Prise d'effet : 2013-05-22

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2013-05-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le document « Ma Saberdache » (rouge) présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Jacques Viger (1787-1858). Lié aux influentes familles Viger, Papineau, Lartigue et Cherrier, Jacques Viger travaille d'abord comme rédacteur au journal Le Canadien. Lors de la guerre de 1812, il s'enrôle dans la milice et est promu capitaine. En 1813, il est nommé inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de Montréal, ce qui en fait le principal fonctionnaire de la ville. En 1825, Viger est nommé commissaire du recensement pour l'ensemble de l'île de Montréal. Il est le premier maire de la ville, en fonction de 1833 à 1836. Il occupe par la suite différents postes de commissaire et agit à plusieurs reprises comme directeur de scrutin. Il fait partie du comité d'organisation de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal, dont il est élu président en 1856. Il participe également à la fondation de la Société historique de Montréal en 1858. Sa réputation de grande érudition lui vaut d'être consulté sur de nombreux sujets. Il s'intéresse vivement à la société dans laquelle il vit, et ses travaux de mémorialiste sont nombreux. Collectionneur, il rassemble des documents d'archives sur l'histoire du Canada. En contact avec plusieurs artistes, Viger leur commande des illustrations pour ses écrits. « Ma Saberdache » est l'une des oeuvres les plus connues de Viger. Le terme saberdache désignait le sac en cuir carré que portaient les hussards allemands et qui contenait les dépêches. Par analogie, Viger désigne sous ce nom l'ensemble de documents historiques, de correspondance et d'observations qu'il constitue. Il considérait « Ma Saberdache » comme son « enfant de prédilection ». L'ensemble est divisé en deux parties, la bleue et la rouge. La Saberdache rouge est constituée de trente volumes. Le dernier a été ajouté par Mgr Amédée Gosselin (1863-1941). Ces volumes regroupent surtout des documents historiques annotés et des copies de manuscrits antérieurs de Viger, dont « Invasion du Canada par les Bostonnais » et « Les troubles de l'Église en Canada en 1728 ». Un volume entier est toutefois consacré à la poésie de Joseph Quesnel (1746-1809). Les documents de la Saberdache rouge ont été retranscrits par Viger entre 1840 et 1853, mais il continue d'y ajouter des notes jusqu'à son décès. Ce document rappelle les travaux de Viger portant sur l'histoire canadienne, notamment sous les angles religieux et militaire. La Saberdache rouge témoigne de certains autres intérêts de l'homme, entre autres pour la poésie. Les oeuvres picturales qu'elle renferme, dont les aquarelles de James Duncan (1806-1881), rappellent les nombreuses commandes de Viger à des artistes pour illustrer ses ouvrages.

Le document « Ma Saberdache » (rouge) présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son importance documentaire. Les documents sont en grande partie des retranscriptions de manuscrits qui, pour la plupart, ont été conservés et même publiés, mais dont le contenu permet de mieux comprendre la pensée et les intentions de Viger. En effet, dans la Saberdache rouge, les documents sont abondamment annotés. En outre, il s'agit parfois de versions modifiées plutôt que de transcriptions intégrales. Leur contenu est donc complémentaire aux autres versions, dont celles qui ont fait l'objet de publications. Les nombreuses cartes réalisées ou copiées pour « Ma Saberdache », ainsi que les diverses illustrations, participent aussi à l'enrichissement du contenu de la Saberdache rouge. La Saberdache rouge est une oeuvre considérable qui témoigne des efforts de Viger pour conserver la mémoire nationale et contribuer à la construction de l'histoire canadienne.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2014.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du document « Ma Saberdache » (rouge) liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- les 30 volumes, dont 29 manuscrits de Jacques Viger (1787-1858) et un de Mgr Amédée Gosselin (1863-1941);
- les copies annotées de documents historiques et la transcription de manuscrits antérieurs de Viger, dont « Invasion du Canada par les Bostonnais » et « Les troubles de l'Église en Canada en 1728 »;
- le volume consacré à la poésie de Joseph Quesnel (1746-1809);
- les cartes, plans et illustrations, dont des aquarelles de James Duncan (1806-1881).

Haut de la page

Informations historiques

« Ma Saberdache » (rouge) est un document manuscrit constitué principalement par Jacques Viger (1787-1858). Lié aux influentes familles Viger, Papineau, Lartigue et Cherrier, Jacques Viger travaille d'abord comme rédacteur au journal Le Canadien en 1808 et 1809. Lors de la guerre de 1812, il s'enrôle dans la milice et est promu capitaine. En 1813, il est nommé inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de Montréal, ce qui en fait le principal fonctionnaire de la ville. En 1825, il est nommé commissaire du recensement pour l'ensemble de l'île de Montréal. Viger est le premier maire de la ville de Montréal, en fonction de 1833 à 1836. Il occupe par la suite différents postes de commissaire et agit à plusieurs reprises comme directeur de scrutin. Il fait partie du comité d'organisation de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal, dont il est élu président en 1856. Il participe également à la fondation de la Société historique de Montréal en 1858.

Sa réputation de grande érudition lui vaut d'être consulté sur de nombreux sujets. Il s'intéresse vivement à la société dans laquelle il vit, et ses travaux de mémorialiste sont nombreux. Collectionneur, Viger rassemble des documents d'archives sur l'histoire du Canada. En contact avec plusieurs artistes, il leur commande des oeuvres pour illustrer ses écrits.

Le terme saberdache désignait le sac en cuir carré que portaient les hussards allemands et qui contenait les dépêches. Par analogie, Viger désigne sous ce nom, dès 1826, plusieurs de ses travaux de collection de documents historiques. Cependant, le document connu aujourd'hui sous le titre « Ma Saberdache » est réalisé à partir de 1839. Viger considérait « Ma Saberdache » comme son « enfant de prédilection ».

L'ensemble est divisé en deux parties, la bleue et la rouge. La Saberdache rouge comprend 30 volumes, soit 29 réalisés par Viger entre 1840 et 1853 et un ajouté ultérieurement par Mgr Amédée Gosselin (1863-1941). L'ensemble est constitué essentiellement de copies annotées de documents historiques et de transcriptions de manuscrits antérieurs de Viger, dont « Invasion du Canada par les Bostonnais » et « Les troubles de l'Église en Canada en 1728 ». Un volume entier est toutefois consacré à la poésie de Joseph Quesnel (1746-1809). En collectionnant ces documents, Viger désirait conserver la mémoire nationale et contribuer à la construction de l'histoire canadienne.

De nombreuses cartes réalisées ou copiées pour « Ma Saberdache » enrichissent le contenu du document. La Saberdache rouge inclut également des illustrations, dont plusieurs aquarelles de James Duncan (1806-1881). Né en Irlande où il reçoit une formation artistique, Duncan s'installe à Montréal en 1825. Ses huiles, gouaches et aquarelles ont comme principal sujet des scènes de la vie montréalaise. Il réalise aussi quelques portraits et des oeuvres sur des thèmes historiques, entre autres pour Viger. Duncan est en outre l'un des premiers dessinateurs lithographes du Canada.

Viger continue d'ajouter des notes aux manuscrits de la Saberdache jusqu'en 1858. Après son décès, beaucoup de ses papiers et de ses écrits sont acquis et classés par l'abbé Hospice-Anthelme-Jean-Baptiste Verreau (1828-1901). En 1901, ces documents sont déposés aux archives du Séminaire de Québec.

Le document « Ma Saberdache » (rouge) est classé en 2014, en même temps que la Saberdache bleue et cinq autres documents produits par Viger.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 85, rue Dalhousie

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013