Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maquettes du chantier Davie inc.

Description

Les maquettes du chantier Davie inc. forment un ensemble d'objets produits entre 1930 et 2009 environ par une entreprise de construction et de réparation de navires. L'ensemble comprend 38 modèles réduits qui représentent principalement des navires et des plateformes de forage, ainsi que 46 coques et demi-coques destinées à la conception des navires. Les modèles réduits sont constitués de divers matériaux comme le bois, le métal et le plastique. Les coques et demi-coques sont généralement faites en bois naturel ou peint. Plusieurs d'entre elles sont marquées de lignes et portent des inscriptions de mesures. Les objets de l'ensemble présentent des dimensions variées allant d'une vingtaine de centimètres à plus de trois mètres. Une partie des maquettes du chantier Davie inc. est conservée sur le site du chantier maritime, alors que l'autre est mise en réserve dans des bureaux de la Ville de Lévis.

Ces biens sont classés objets patrimoniaux.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2013-06-27
Prise d'effet : 2012-07-05

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2012-06-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Les maquettes du chantier Davie inc. présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur historique. Les objets témoignent des activités d'un des plus importants et des plus anciens chantiers maritimes spécialisés dans la construction de navires en acier au pays. Établi en 1886 par George Taylor Davie (1828-1907) près de la cale sèche Lorne, dans l'actuel secteur de Lauzon de la ville de Lévis, le chantier se spécialise d'abord dans le sauvetage et la réparation de navires en acier. À partir de 1912, l'entreprise abandonne les opérations de sauvetage pour se concentrer sur la réparation et la construction de navires. En 1914, le chantier de Lauzon adopte le nom de Davie Shipbuilding and Reparing Company. En 1920, la gestion de la compagnie est confiée à la Canada Steamship Lines, qui acquiert officiellement l'entreprise cinq ans plus tard. Après avoir été racheté par SOCONAV en 1976, le chantier diversifie ses activités en se tournant notamment vers la fabrication de plateformes pétrolières. L'entreprise connaît ensuite différents propriétaires. Après 2006, elle adopte le nom de Chantiers Davie inc. Depuis la fondation du chantier de Lauzon, un millier de navires y ont été construits. Une trentaine de modèles réduits représentant ces réalisations font partie de l'ensemble de maquettes. Parmi ces reproductions, fabriquées entre 1930 et 2009 environ, se trouvent des bateaux et des navires liés au transport de passagers (traversiers), à la pêche (chalutiers), au transport de marchandises (pétroliers, cargos et vraquiers), aux opérations militaires (frégates et destroyers), ainsi qu'à l'entretien de la voie maritime du Saint-Laurent (brise-glaces). L'ensemble comprend aussi des maquettes de plateformes de forage, une maquette du chantier, un prototype de wagon-citerne et une composante de barrage hydroélectrique. Ces modèles réduits permettaient généralement au constructeur de donner au client un aperçu du produit final. La Davie employait des maquettistes professionnels pour réaliser ces oeuvres. Elle a notamment engagé Marc Kingsley, Pierre Champagne, Charles K. Van Ryper (1891-1964), ainsi que Philippe et Yvan Desmeules. Les maquettes du chantier Davie inc. constituent des témoins privilégiés de la vaste expertise de l'entreprise et de son importance dans l'histoire maritime et industrielle du Québec.

Les maquettes du chantier Davie inc. présentent également un intérêt patrimonial pour leur valeur technologique. L'ensemble comprend 46 coques et demi-coques produites dans les années 1940 à 1970 et utilisées comme outil de travail dans la conception et la réalisation de navires. Ces objets en bois naturel ou peint sont des dessins techniques en trois dimensions qui présentent la forme de la coque ou de certaines sections comme la proue ou la poupe. Plusieurs pièces sont marquées de lignes représentant les différentes composantes de la coque (membrures et bordages) et portent l'inscription de mesures. Avant leur acquisition par la Ville de Lévis, les coques et demi-coques étaient conservées dans la salle de traçage du chantier maritime. La plupart d'entre elles sont identifiées par un numéro qui renvoie à des dossiers et à des plans de construction conservés dans le fonds d'archives Les Industries Davie inc., classé document patrimonial. Certains objets correspondent aussi à des navires qui sont représentés en modèles réduits. Les coques et demi-coques du chantier Davie inc. évoquent une technique de construction navale devenue désuète depuis l'avènement du dessin et de la conception assistés par ordinateur. Ces biens sont de précieux objets de référence pour l'architecture navale québécoise.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2013.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques des maquettes du chantier Davie inc. liés à leurs valeurs historique et technologique comprennent, notamment :
- l'ensemble composé de 84 objets produits entre 1930 et 2009 environ;
- les 38 modèles réduits qui représentent différents types de bateaux, de navires et de plateformes de forage, ainsi qu'un wagon-citerne, une barrière hydroélectrique et le chantier maritime;
- les 46 coques et demi-coques constituant des dessins techniques en trois dimensions, dont plusieurs marquées de lignes et de mesures, en plus de numéros renvoyant à des dossiers et à des plans du fonds d'archives Les Industries Davie inc., classé document patrimonial;
- les matériaux divers, dont le bois, le métal et le plastique (souvent peints);
- les dimensions variées allant d'une vingtaine de centimètres à plus de trois mètres.

Haut de la page

Informations historiques

Les maquettes du chantier Davie Inc. ont été produites pour un important chantier maritime établi près de l'anse aux Sauvages, dans l'actuel secteur de Lauzon de la ville de Lévis.

Le chantier maritime de Lauzon est établi en 1886 par George Taylor Davie (1828-1907) à proximité de la cale sèche Lorne construite par le gouvernement du Canada. George Taylor Davie dirige alors une entreprise qui possède un autre chantier maritime à la Pointe De Lévy fondé dans les années 1830 par son père Allison Davie (1796-1836). Les chantiers Davie se spécialisent alors dans le sauvetage et la réparation de navires. Le chantier de la Pointe De Lévy accueille les bateaux en bois, tandis que celui de Lauzon est destiné aux navires à coque d'acier.

En 1897, George Taylor Davie lègue ses chantiers à ses trois fils, John Leavitt, Allison Cufaude et George Duncan. L'entreprise prend alors le nom de George T. Davie and Sons. En 1912, le chantier abandonne ses opérations de sauvetage pour se concentrer sur la réparation et la construction de navires en acier. Deux ans plus tard, le chantier de Lauzon adopte le nom de Davie Shipbuilding and Reparing Company. À la même époque, le gouvernement fédéral décide de construire une seconde cale sèche à proximité des chantiers de Lauzon. La cale sèche Champlain, inaugurée en 1917, permet à l'entreprise de réparer et de construire des navires en acier encore plus longs. En 1920, la gestion de la compagnie est confiée à la Canada Steamship Lines, qui acquiert officiellement le chantier cinq ans plus tard. Différents types de bateaux et de navires y sont construits, dont des traversiers, des remorqueurs et des chalutiers. La plus ancienne maquette de l'ensemble, celle du traversier « Charlottetown » construit en 1930, date de cette période.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), le chantier maritime de Lauzon obtient de nombreux contrats de construction de navires de guerre et de cargos de ravitaillement. Près de 6 000 travailleurs participent alors à l'effort de guerre. Dans les décennies suivantes, le chantier construit plusieurs types de navires, notamment des brise-glaces, des remorqueurs, des vraquiers et des pétroliers. Les coques et demi-coques de l'ensemble sont majoritairement associées à ces types de navires.

En 1976, l'entreprise est rachetée par SOCONAV, qui lui donne pour nom Les Chantiers Davie limitée. Le chantier de Lauzon se spécialise alors dans la construction de plateformes de forage. L'entreprise réalise d'autres types d'équipements industriels, comme en témoignent les maquettes d'un prototype de wagon-citerne et d'une barrière pour barrage hydroélectrique. Dans les dernières décennies du XXe siècle, le chantier de Lauzon connaît plusieurs problèmes financiers et passe entre les mains de différents propriétaires (Dom Petrolium, Versatile Corporation, Marine Industrie limitée et Dominion Bridge Corporation). En 2006, l'entreprise est rachetée par la société norvégienne Teco Management qui lui donne le nom de Chantiers Davie inc. Deux modèles réduits sont réalisés vers 2007 ou 2009 pour représenter les navires commandés au chantier Davie par la société norvégienne Cecon.

En 2010, la Ville de Lévis acquiert les coques et demi-coques du chantier maritime. Les modèles réduits sont encore conservés sur le site du chantier de Lauzon.

Les maquettes du chantier Davie inc. sont classées objets patrimoniaux en 2013.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GAGNÉ, David. « La Davie, une gloire méconnue ». Continuité. No 116 (2008), p. 44-46.
  • MARCIL, Eileen Reid. Au rythme des marées : l'histoire des chantiers maritimes Davie. Toronto, M&S, 1997. 603 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013