Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Usine Dominion Bridge Company

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Usine Dominion Bridge

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1883 – 1885 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation des minéraux et fabrication de produits finis (Industries des métaux ferreux)

Éléments associés

Groupes associés (3)

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'usine Dominion Bridge Company est un important ensemble industriel spécialisé dans la production de structures diverses en acier puis de différents métaux, dont les activités à Lachine ont débuté en 1885. On y a produit une très grande quantité et variété de structures, utilisées notamment dans la construction de ponts et d'édifices, et dont les commandes provenaient des secteurs autant civil, qu'industriel ou militaire. L'usine de la Dominion Bridge Company, comprend une portion désaffectée, au nord du boulevard Saint-Joseph, et une portion, au sud, actuellement occupée par la compagnie Cintube. L'usine de la Dominion Bridge Company est située dans un ancien secteur industriel de l'arrondissement montréalais de Lachine qui regroupe également les anciennes usines de la Dominion Wire Rope and Cable Co., renommée plus tard Stelfil.

L'usine Dominion Bridge Company est divisée en deux parties séparées par le boulevard Saint-Joseph. La première, au nord, est située dans un quadrilatère formé par le boulevard Saint-Joseph et les rues Saint-Louis, 6e Avenue, William-McDonald et George V. La seconde, au sud, est située entre le boulevard Saint-Joseph et le canal de Lachine. L'ensemble, sise sur un terrain d'une superficie considérable, se compose d'une quinzaine de bâtiments construits entre 1883 et 1947, mais érigés pour la plupart entre 1925 et 1935. Plusieurs d'entre eux sont reliés par une série d'ajouts et de modifications.

Il ne reste que peu de traces du noyau originel datant de 1883-1885, à l'exception du mur ouest de l'atelier principal, dont l'emplacement central sur le terrain était essentiel pour permettre aux rails d'être de part et d'autre du bâtiment. Tout le complexe est organisé autour de cette construction. Tout juste à l'est de la 6e avenue se trouvent deux bâtiments intéressants dont les façades arborent un style moderniste d'influence Art Déco. Ces bâtiments faisaient autrefois partie d'un même édifice à plusieurs ailes qui formait le centre administratif de la compagnie. La partie nord comprend également des bâtiments de l'époque initiale à l'état de vestiges dont une chaufferie, située au nord-ouest de l'atelier principal, ainsi que le premier édifice administratif situé sous les nombreux ponts roulants extérieurs maintenant inutilisés. On retrouve également des ponts roulants, qui assuraient autrefois le déplacement des pièces, à l'extrémité nord du site ainsi qu'à l'intérieur des bâtiments. La partie sud intègre notamment un bâtiment remarquable, occupé en date de 2013 par la compagnie Cintube, caractérisé par deux longs pans vitrés et une charpente en acier de type Fink. La compagnie Cintube est spécialisée dans le cintrage de précision et dans la production de tubes, tuyaux, poutres et profilés.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

En 1878, John A. MacDonald (1815-1891) est élu sous un programme de politique douanière. L'année suivante, l'État canadien décide d'imposer un tarif douanier protectionniste sur un ensemble de produits. Le décret d'un mur tarifaire combiné à une demande importante de structures et de ponts métalliques pour la construction du chemin de fer transcanadien incitent un groupe d'hommes d'affaires à former, en 1879, une nouvelle entreprise sous la raison sociale de Toronto Bridge. Trois ans plus tard, le groupe obtient le droit de manufacturer, de vendre et d'ériger des ponts en fer et en acier au Canada. L'entreprise est rebaptisée Dominion Bridge Company Limited.

Dans le but de se rapprocher des sièges sociaux des principales compagnies ferroviaires canadiennes, qui se trouvent à Montréal, et en raison des moyens de transport performants et de la proximité avec le canal de Lachine et le fleuve Saint-Laurent, la Dominion Bridge opte pour implanter une usine à Lachine. Cette usine allait rapidement produire en grande quantité des structures d'acier très en demande en raison du boom ferroviaire canadien puis de l'essor des tramways urbains. Le Canadian Pacific Railway Bridge reliant Lachine à Kahnawake figure parmi les premières grandes réalisations de l'entreprise.

En 1883, l'entreprise procède à l'achat d'un vaste terrain en bordure du canal de Lachine. Un bâtiment comprenant les bureaux est d'abord construit à proximité de l'actuel boulevard Saint-Joseph. Au cours de la même année, la compagnie entreprend la construction du premier atelier d'usinage. Conçu par Job Abbot (1845-1896), cet édifice est un exemple d'architecture industrielle fonctionnaliste caractérisée notamment par le rythme des fenêtres et par l'appareillage de brique rouge. Ce bâtiment est perçu à l'époque comme l'atelier d'usinage le plus considérable et le mieux équipé du continent.

L'ensemble est structuré autour d'une voie de desserte équipée de ses propres locomotives et wagons. Les rails permettent d'amener, d'une part, les matières premières du canal à l'usine, et, d'autre part, les produits finis de l'usine au chemin de fer du Grand Tronc. Dans les années 1890, la compagnie diversifie ses activités et se lance dans la fabrication de structures d'acier utilisées pour la construction d'édifices. Conséquemment, la compagnie agrandit progressivement le complexe en ajoutant en 1897 un atelier de machinerie et en acquérant un nouveau terrain sur lequel est construit une nouvelle fabrique. Au début du 20e siècle, la compagnie poursuit sa diversification en se lançant dans la fabrication d'équipement pour les centrales hydroélectriques.

En 1910, la compagnie s'associe à la Canadian Bridge, de Walkerville, Ontario et forme la St. Lawrence Bridge Company dans le but de réaliser le pont de Québec. Une usine est érigée pour l'occasion à Rockfield, près du canal de Lachine. La St. Lawrence Bridge devient en 1919, la Dominion Engineering and Machinery Company Limited qui se spécialise dans la fabrication de machinerie industrielle notamment dans le domaine des pâtes et papiers.

Les efforts de diversification permettent à l'entreprise d'être moins affectée par la récession économique que d'autres entreprises canadiennes comme en témoigne l'autorisation en 1929 de poursuivre des travaux majeurs d'agrandissement de l'usine et ce, malgré la crise. L'usine de Lachine participe à l'effort de guerre alors qu'elle est le lieu de production de certaines parties de coques de bateaux qui sont expédiés, séparément ou assemblées, par train à l'usine d'assemblage de la United Shipyards Limited de Montréal.

À son apogée dans les années 1970, l'usine de Lachine compte une vingtaine de bâtiments. La compagnie fait faillite en 1998 et est rachetée par le Groupe ADF et le Fonds de solidarité de la FTQ, qui la vendent à leur tour en 2003 à Cintube, un ancien partenaire de la Dominion Bridge, spécialisé en cintrage de précision, tubes, tuyaux, poutres et profilés.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Lachine

Adresse :

  • 500, rue Notre-Dame

Latitude :

  • 45° 26' 5.924"

Longitude :

  • -73° 40' 7.028"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Archemi inc. Inventaire et évaluation des ressources culturelles, Canal de Lachine. Vol. 3. Québec, Parcs Canada, 1995. s.p.
  • Communauté urbaine de Montréal. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la communauté urbaine de Montréal - L'architecture industrielle. Montréal, CUM, Service de planification du territoire, 1981. s.p.
  • DESLOGES, Yvon et Alain GELLY. Le canal de Lachine : du tumulte des flots à l'essor industriel et urbain, 1860-1950. Québec, Septentrion, 2002. 214 p.
  • Dominion Bridge Company. Of tasks accomplished: the story of the accomplishments of Dominion Bridge Company Limited and its wholly owned subsidiaries in World War II. Montréal, 1945. 125 p.
  • Héritage Montréal. Montréal en quartiers [En Ligne]. http://www.memorablemontreal.com/
  • SHEARWOOD, Mary H. When came this Dominion Bridge that spans the Dominion of Canada. Montréal, 1937. 57 p.
  • Ville de Montréal. Analyse et potentiel de mise en valeur du patrimoine du secteur industriel est de Lachine, Service de mise en valeur du territoire et du patrimoine. Montréal, 2008. 112 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013