Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Aménagement hydroélectrique des Sept-Chutes

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Aménagement hydroélectrique des 7-Chutes
  • Centrale des Sept-Chutes

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Saint-Ferréol-les-Neiges

Date :

  • 1912 – 1916 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Groupes associés (4)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'aménagement hydroélectrique des Sept-Chutes est implanté le long de la rivière Sainte-Anne-du-Nord dans la municipalité de Saint-Ferréol-les-Neiges. Sa construction débute en 1912 et sa mise en service est effectuée en 1916 par la Stadacona Hydraulic Company. Propriété d'Hydro-Québec depuis 1963, elle a été fermée en 1984 puis remise en service en 1999. L'aménagement est composé d'un ensemble de deux barrages Ambursen à contreforts. D'une part, un barrage principal sur la rive droite intégrant la prise d'eau ; d'autre part, un barrage sur la rive gauche. À ces barrages s'ajoutent une conduite forcée, une centrale hydroélectrique, plusieurs bâtiments secondaires et un hameau industriel.

La centrale est située là où le lit de la rivière forme sept chutes consécutives en autant de paliers et de bassins. Elle est détachée de l'ouvrage de retenue par un dénivelé de 128 mètres. Le bâtiment est construit en acier et en béton. Les proportions des ouvertures et la composition de l'élévation sont issues du renouveau de l'architecture classique appelé le style Beaux-Arts. Cependant, l'apparence du bâtiment est davantage influencée par le mouvement fonctionnaliste. Celui-ci se traduit par l'utilisation de matériaux et de techniques révolutionnaires et par le retranchement de l'ornementation.

La centrale compte quatre groupes turbines-alternateurs à axe horizontal, disposés l'un à la suite de l'autre. Ces groupes sont placés au-dessus de la conduite forcée suivant un parcours rectiligne en sous-sol, dans un axe parallèle à celle-ci. L'arrivée d'eau par la conduite forcée s'effectue dans le sens longitudinal de la centrale. Celle-ci est répartie en deux volumes distincts : le plancher des alternateurs et la salle de commande. L'ancienne salle de commande et d'autres équipements désuets ont été laissés sur place dans un souci d'interprétation. L'aménagement des Sept-Chutes fait d'ailleurs l'objet d'une mise en valeur touristique par la Corporation du site les Sept-Chutes (CSSC) en partenariat avec Hydro-Québec. L'aménagement hydroélectrique des Sept-Chutes est le seul du genre ouvert au public dans la grande région de Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

En 1769, le territoire de Saint-Ferréol-les-Neiges tire parti pour une première fois de la force hydraulique de la rivière Jean-Larose (un affluent de la rivière Sainte-Anne) afin de doter les habitants de la côte de Saint-Ferréol-les-Neiges d'un moulin à farine. En 1885, une première centrale hydroélectrique est mise en service sur la rivière Montmorency par la Quebec and Levis Light Co., devenue en 1893 la Montmorency Electric Light Co. Elle fait partie d'un premier mouvement de mise en valeur du potentiel hydroélectrique de la région par le développement de centrales sur des affluents du fleuve Saint-Laurent à proximité de Québec. Devant l'ampleur du phénomène d'électrification, et pour satisfaire les besoins dans la région de la Côte de Beaupré, la société des Sept-Chutes est créée en 1899.

En 1908, à la suite de la demande croissante des milieux urbains en électricité, un second mouvement provoque la construction d'installations hydroélectrique sur des rivières éloignées de la ville de Québec dont l'aménagement hydroélectrique des Sept-Chutes sur la rivière Sainte-Anne.

Le premier projet d'implantation d'un barrage, d'une conduite forcée et d'une centrale sur le site des Sept-Chutes par la Quebec Electric Power Co. (QEPC) remonte à 1904. L'entreprise embauche la firme d'ingénieurs montréalais A. R. Henry pour effectuer les premières analyses du débit d'eau. Les données servent à initier le projet d'implantation qui se concrétise en 1911, lorsque la Stadacona Hydraulic Company prend le relais du projet. Celle-ci octroie le contrat de la construction du barrage et des ouvrages de retenue à la Ambursen Hydraulic Co. of Canada Ltd en 1912. La Stadacona Hydraulic Company connaît des difficultés liées à la saturation du marché de l'électricité dans la région de Québec. Pour s'en sortir, elle s'associe avec la Quebec Railway Light, Heat and Power Co. (QRLHPC), alors principal distributeur d'électricité et d'énergie motrice, et fournisseur de services d'utilité publique.

En 1913, la Stadacona Hydraulic Co. vit un problème de financement et les travaux sont ralentis. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale s'ajoute aux difficultés financières. En effet, certaines composantes technologiques se retrouvent bloquées en Europe. C'est E. A. Wallberg, ingénieur, qui en 1915 va reprendre en main le projet et le financement des aménagements hydroélectriques des Sept-Chutes. L'ingénieur A.R. Henry actualise les plans et la construction débute en juillet de la même année. En raison de l'éloignement du village de Saint-Ferréol-les-Neiges, la compagnie implante sur un plateau intermédiaire entre la centrale et le barrage plusieurs bâtiments qui abritent les ouvriers, l'administration et différents services dont la cantine. En 1916, au moment où la Stadacona Hydraulic Co. change de nom pour la Laurentian Power Company Limited, la centrale est mise en service.

En 1923, la Shawinigan Water Power Co. (SWPC), par l'intermédiaire de sa filiale Public Service Corporation of Quebec, prend le contrôle de la Quebec Railway Light, Heat and Power Co. en achetant plus de la moitié de ses actions. Cette nouvelle acquisition fait de la SWPC le principal producteur et distributeur d'électricité de la région. La QRLHPC prend désormais le nom de Quebec Power Company. En 1925, elle fait l'acquisition de la majeure partie des actions de la Laurentian Power Company alors propriétaire de l'aménagement des Sept-Chutes.

En 1963, dans une deuxième phase de nationalisation de l'électricité, Hydro-Québec devient propriétaire de la centrale. La production d'électricité cesse en 1984. Il faut attendre 1999 pour que des travaux de réfection et de modernisation soient réalisés pour sa remise en marche.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • La Côte-de-Beaupré

Municipalité :

  • Saint-Ferréol-les-Neiges

Adresse :

  • 4520, avenue Royale

Latitude :

  • 47° 8' 18.506"

Longitude :

  • -70° 49' 59.228"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Bergeron Gagnon inc. Centrale des Sept-Chutes, Inventaire du patrimoine bâti et technologique. s.l. 2008. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013