Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Poste Adélard-Godbout

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Central-1

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1901 – 1904 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Événements associés (1)

Groupes associés (3)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

Le poste Adélard-Godbout est un poste électrique situé dans le Vieux-Montréal, plus précisément dans le quadrilatère formé par les rues Wellington, Prince, Ottawa et Queen. Érigé entre 1901 et 1904 par la Montreal Light, Heat and Power Company (MLHPC), le poste, mise en service en 1901 et toujours en opération, est la propriété d'Hydro-Québec depuis 1944. Il s'agit du plus vieux poste en service au Canada. Appelé auparavant poste Central-1, il a été nommé poste Adélard-Godbout en 2007 afin de souligner le 50e anniversaire du décès du premier ministre du Québec sous lequel la première phase de nationalisation de l'hydroélectricité a été réalisée en 1944. Un buste de l'honorable Adélard Godbout, oeuvre du sculpteur Émile Brunet, a d'ailleurs été installé devant la façade principale de ce poste.

Un poste électrique comprend plusieurs appareils électriques destinés à transformer et à distribuer l'énergie. Il accueille également des équipements de protection, de commande, de surveillance et de mesure. On y trouve aussi des bâtiments de commande ou de manoeuvre. Le poste Adélard-Godbout est constitué de deux bâtiments de commande.

Dès 1901, le poste Adélard-Godbout est mis en service et le bâtiment de commande principal y est érigé. Ce poste a subi depuis plusieurs modifications au niveau des tensions d'alimentation et de distribution. Dès les premières années, il reçoit l'électricité à 12 kV de la centrale de Lachine, puis à 25 kV de la centrale de Chambly. Entre 1925 et 1940, le poste sert d'appui à la première ligne de ceinture métropolitaine, dite la « Belt Line » qui ceinturait l'espace montréalais à 66 kV. Puis entre 1945 et 1954, il sert d'appui à la seconde ceinture métropolitaine à 120 kV. C'est d'ailleurs vers 1951 que le second bâtiment de commande est mis en service afin d'accueillir l'appareillage à 120 kV; à cette même période, une ligne à 120 kV relie le poste Central au poste Saint-Maxime sur la Rive-Sud de Montréal. Cette tension d'alimentation du poste Central n'a pas changé depuis.

L'édifice principal possède trois façades sur rues dont deux sont partiellement cachées par une clôture. De forme cubique, il comprend deux étages hors-sol et un en sous-sol. D'influence néo-classique, le bâtiment de commande est revêtu de briques d'argile avec des insertions de pierre grise (corbeaux, bandeaux, corniche, etc.). Des jeux de maçonnerie dans la brique ajoutent également du relief au bâtiment. Des ouvertures à arcs cintrés sont disposées de chaque côté de l'ouverture centrale en oeil-de-boeuf sur les façades principales et arrière alors que les façades latérales possèdent chacune sept travées avec ouvertures cintrées. Les façades avant et arrière possèdent une grande symétrie.

L'édifice attenant, construit en 1951 et donnant sur la rue Queen, témoigne d'une phase de développement ultérieure du poste Adélard-Godbout. Celui-ci est en étroite relation avec son environnement et possède une volumétrie et un revêtement similaire au poste principal. Malgré son architecture plus moderne, il s'harmonise avec les lignes classiques du premier bâtiment construit sur le site.

Les bâtiments abritent la majorité des appareils et équipements; seuls des transformateurs sont localisés à l'extérieur. Les espaces intérieurs ont été réaménagés à la suite de travaux de modernisation effectués entre 2000 et 2005.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

En 1837, la compagnie Montréal Gas Light Company (MGLC) est la première à assurer l'éclairage au gaz des rues de Montréal. Dix ans plus tard, une nouvelle compagnie est créée sous la raison sociale New City Gas Company of Montreal (NCGCM) pour fournir les mêmes services. Mieux financée, cette compagnie acquiert en 1849 la MGLC.

Les progrès de la lampe à arc et de l'ampoule incandescente affectent durement la NCGCM, renommée en 1878 Montreal Gas Company. Peu après, de nouvelles compagnies sont créées pour profiter du marché de l'éclairage à l'électricité qui en est à ses débuts. En 1886, Royal Electric Company, fondée en 1884, est la première compagnie à éclairer à l'électricité les rues de Montréal grâce à une centrale thermique.

En 1901, la Royal Electric Company et la Montreal Gas Company fusionnent pour former la Montreal Light, Heat and Power Consolidated (MLHPC) marquant ainsi une étape importante dans l'électrification de la région montréalaise. Dans le but de répondre à la demande de plus en plus grande en électricité à Montréal, la MLHPC fait construire un poste à proximité de l'ancienne centrale thermique de la Royal Electric Company. La MLHPC nomme Maurice Perrault (1857-1909), architecte et arpenteur, responsable de la construction. Le poste est conçu dans le but de concentrer en un seul lieu la transformation et la distribution de l'électricité produite par les centrales de Lachine, construite en 1897, et de Chambly, construite entre 1897 et 1899.

Entre 1901 et 1924, une vingtaine de postes sont mis en service dans la région de Montréal. Parmi ceux-ci, seulement le poste Adélard-Godbout est encore en service.

Sous la direction de Hebert Samuel Holt (1856-1941), financier, ingénieur et entrepreneur d'origine irlandaise, la MLHPC s'empare en 1926 du monopole de la distribution de l'énergie de l'électricité à Montréal ainsi qu'une grande partie de la production et du transport d'électricité à différents endroits à proximité de Montréal. Ce monopole met fin à plus de 45 ans de concurrence pour le contrôle du marché montréalais de l'électricité.

Dans les années 1930 et au début des années 1940, les entreprises de production et de distribution de l'électricité sont prospères mais vivement critiquées. On leur reproche notamment des tarifs trop élevés, un service de piètre qualité, des pratiques comptables douteuses et une arrogance face aux tentatives du gouvernement de réglementer le commerce de l'électricité. C'est ainsi qu'en 1943, le gouvernement libéral d'Adélard Godbout réclame la nationalisation de la MLHPC. Celle-ci s'oppose à cette mesure et mène une virulente campagne de publicité afin de dénoncer l'expropriation de ses actifs.

Malgré tout, le gouvernement libéral adopte officiellement le 14 avril 1944 la Loi établissant la Commission hydroélectrique de Québec, loi expropriant tous les biens servant à la production, transmission et distribution du gaz et de l'électricité de la MLHPC et de ses filiales. La nouvelle société d'État, Hydro-Québec, héritera ainsi de la MLHPC un réseau de gaz et de quatre centrales hydroélectriques : les centrales de Chambly, des Cèdres, de la Rivière-des-Prairies et de Beauharnois en plus d'une série de postes électriques, dont celui d'Adélard-Godbout.

Entre 1925 et 1941, plusieurs postes de la région métropolitaine, dont le poste Adélard-Godbout, sont reliés pour créer la première ligne de ceinture à 60 kV. Vers 1951, le bâtiment de commande de 120 kV est construit afin de permettre la deuxième ligne de ceinture électrique à 120 kV. En 1967, le poste Central-2 est construit à proximité du poste Adélard-Godbout afin de répondre aux demandes croissantes d'électricité, notamment des industries à Montréal.

Enfin, Hydro-Québec réalise entre 2000 et 2004 de nombreux travaux de réfection et de restauration du poste comprenant la réparation de fissures apparentes sur la façade principale ainsi que l'ajout de blocs de verre aux ouvertures.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 744, rue Ottawa
  • 115, rue Queen

Latitude :

  • 45° 29' 51.425"

Longitude :

  • -73° 33' 19.548"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOLDUC, André, Clarence HOGUE et Daniel LAROUCHE. Québec : un siècle d'électricité. Montréal, Libre expression, 1984. 430 p.
  • Hydro-Québec. Inventaire du patrimoine bâti et technologique d'Hydro-Québec. Région Maisonneuve : Lignes de transport. Synthèse et évaluation. s.l. 1993. 102 p.
  • Hydro-Québec. Inventaire du patrimoine bâti et technologique d'Hydro-Québec. Région Maisonneuve : Postes. Synthèse et évaluation. Vol. 1. s.l. 1992. 67 p.
  • Hydro-Québec. Inventaire patrimonial des composantes architecturales et technologiques. Poste Adélard Godbout. s.l. 2010. 22 p.
  • Hydro-Québec. L'électrification de la région montréalaise. Synthèse historique. s.l. 1991. 89 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013