Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Aménagement hydroélectrique de Shawinigan-2

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Shawinigan

Date :

  • 1910 – 1911 (Construction)
  • 1928 – 1929 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Événements associés (1)

Groupes associés (2)

Inventaires associés (2)

Carte

Description

L'aménagement hydroélectrique de Shawinigan-2 est situé sur la rivière Saint-Maurice à la hauteur de la ville de Shawinigan. Il a été érigé en 1910 et 1911 par la Shawinigan Water and Power et mise en service par la même entreprise en 1911. Propriété d'Hydro-Québec, il fait partie du complexe hydroélectrique de Shawinigan, qui comprend aussi une autre centrale en service (Shawinigan-3), une désaffectée (Northern Aluminium Company), deux centrales à l'état de vestiges (Alcan et Shawinigan-1) et plusieurs ouvrages de contrôle et d'équipements secondaires dont certains désuets (passe à billes). L'aménagement de Shawinigan-2 est composé de plusieurs bâtiments : la centrale, le bâtiment de la prise d'eau, un magasin-atelier, un bâtiment des employés et deux petits bâtiments permettant le contrôle de son funiculaire toujours en service. Construite en deux phases, la centrale comprend deux parties : 2-A et 2-B.

Le site du complexe hydroélectrique de Shawinigan est situé dans la vallée de la rivière Saint-Maurice, soit le premier territoire québécois de cette envergure aménagé à des fins hydroélectriques. La centrale de Shawinigan-2 est située dans la partie inférieure du site des chutes de la rivière Saint-Maurice. Il s'agit d'une centrale au fil de l'eau avec un barrage-poids sur la rive droite. Ce type de centrale comporte des installations spécifiques : des ouvrages de contrôle et de retenue en amont, une centrale en aval et des conduites forcées reliant les deux. Construite sur de la roche, sa fondation est en béton, sa structure, en acier, et ses murs extérieurs sont en brique rouge. Elle est le résultat d'agrandissements successifs bien intégrés.

La centrale de Shawinigan-2 s'inscrit dans une période particulière du début du XXe siècle marquée par l'École de Chicago qui prône des formes architecturales reflétant la fonction des bâtiments. Le plan de l'édifice de la Shawinigan-2A relève de ce rationalisme architectural par la présence de deux volumes définis par leur fonction. Le grand volume abrite la centrale, tandis que le deuxième à l'étage, abritait initialement le poste de transformation. Son influence stylistique emprunte au style Beaux-Arts. De ce style, la centrale retient les proportions classiques des ouvertures, la composition de l'élévation (bel étage, attiques et bandeaux horizontaux) et quelques ornements exprimés par le travail de la brique (ligne d'imposte des fenêtres et motifs en losange).

La configuration intérieure de la centrale de Shawinigan-2A est parfaitement adaptée à la technologie en vigueur en 1910. Des groupes turbines-alternateurs à axe horizontal se déploient dans la suite logique de l'arrivée des conduites forcées et déterminent à leur tour la hauteur de l'édifice en fonction de l'usage du pont roulant, nécessaire dans la salle des turbines et dans la salle des alternateurs.

La centrale de Shawinigan-2B, construite en 1928 et 1929, occupe aussi un volume distinct et est construite avec les mêmes matériaux. Son style architectural est associé au style industriel rationaliste où l'enveloppe exprime clairement sa fonction : la verticalité dominante de la composition et la fenestration exprime ainsi la nouvelle orientation des groupes de production. Un oeil averti peut également apercevoir une légère influence de l'Art déco par son fenêtrage allongé. Le choix technologique pour l'agrandissement est porté sur la nouvelle turbine à axe vertical. À l'intérieur, les groupes se trouvent dans le même axe que l'ensemble des turbines, soit en rapport avec les conduites forcées. Une disposition particulière du plancher explique le décroché entre les centrales de Shawinigan-2A et 2B. Enfin, un soin particulier est apporté à la finition intérieure de la centrale. Les matériaux utilisés, jugés particulière avant-gardiste pour l'époque, sont des briques colorées et vernissées avec des coins arrondis pour les murs ainsi que des carreaux rouges pour le plancher.

Structure :

  • Maçonnerie en brique
  • Métal, ossature métallique

Fondations :

  • Béton

Élévations :

  • Toutes les façades : Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : Plat
    Matériau : Composite, multicouche

Fenêtre(s) :

  • à arc surbaissé
  • Rectangulaire

Éléments architecturaux :

  • Arcade
  • Jeu de briques
  • Plate-bande

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

La rivière Saint-Maurice joue un rôle très important dès le début de l'occupation humaine en Mauricie. D'abord voie de pénétration, puis voie de communication, elle favorise le développement forestier, industriel et commercial à partir de la première moitié du XIXe siècle. En raison d'un relief accidenté, caractérisé par une dénivellation de 44 mètres issue du contact des basses-terres et du piémont des Laurentides et par des chutes considérables, le secteur de Shawinigan est tôt exploité pour son pouvoir hydraulique.

Au début du XXe siècle, le Québec est marqué par la multiplication de petites installations hydroélectriques et par l'émergence d'importantes entreprises produisant et distribuant de l'électricité. L'une d'elle, la Shawinigan Water and Power Company (SWPC), fondée en 1897 par l'américain John Joyce, achète en 1899 à John Forman les terres entourant les chutes de Shawinigan. Avec l'acquisition de ces terrains, la compagnie s'assure de détenir un site important pour favoriser l'établissement de plusieurs industries auxquelles la compagnie prévoit vendre de l'électricité. Dès 1899, la SWPC entreprend la construction de la centrale de Shawinigan (Shawinigan-1). Elle est mise en service en 1901. La SWPC aménage une ville entièrement planifiée, nommée Shawinigan Falls. Le plan directeur de la ville est conçu par la firme d'ingénieurs Pringle and Son.

Parallèlement au développement d'entreprises exploitant le potentiel hydroélectrique dans le but de la distribuer, des entreprises dans le domaine de l'aluminium aménagent à leur tour des centrales hydroélectriques pour subvenir à leur besoin énergétique. Ainsi, en 1901, la Northern Aluminium Company met en fonction la première centrale sur le site de Shawinigan.

Une hausse constante de la demande en électricité force la SWPC à construire à partir de 1910 la première phase d'une seconde centrale à Shawinigan. La centrale de Shawinigan-2A entre en service en 1911. À ce moment, elle compte deux groupes turbines-alternateurs à axe horizontal de type Francis construits par les entreprises I.P. Morris et Dominion Engineering Works Limited. Un troisième groupe est ajouté en 1913, puis deux autres en 1914.

Dans le but d'avoir un part plus importante de la distribution de l'électricité aux grands centres urbains, la SWPC signe une entente de partage du marché montréalais avec la Montreal Light, Heat and Power Co. Pour satisfaire la demande, la SWPC agrandit en 1922 la centrale de Shawinigan-2A pour y installer un nouveau groupe turbine-alternateur. Puis, en 1928 et 1929, l'entreprise procède à la construction de la centrale de Shawinigan-2B. Celle-ci est équipée de trois groupes turbines-alternateurs à axe vertical construits par le fabricant I.P. Morris. Cette deuxième phase a nécessité l'extension de la prise d'eau no 2, qui sera agrandie une seconde fois, et l'ajout de deux conduites forcées.

Lors de la seconde nationalisation de l'électricité en 1963, la Shawinigan Water and Power est le troisième producteur d'électricité au Québec derrière Alcan et Hydro-Québec. Toutefois, elle est la deuxième en importance quant à ses réseaux de distribution. En 2013, la centrale de Shawinigan-2 constitue toujours la plus ancienne centrale d'Hydro-Québec encore en service. De plus, elle fonctionne toujours avec ses équipements d'origine malgré des travaux réalisés dans les années 1990. Ses groupes turbines-alternateurs à axe horizontal représentent de rares témoins de cette technologie datant du début du XXe siècle. L'ancienne salle de commande et d'autres équipements désuets ont été laissés sur place dans un souci d'interprétation. La centrale et le site du complexe Shawinigan font d'ailleurs l'objet d'une mise en valeur touristique par la Cité de l'énergie en partenariat avec Hydro-Québec. En 1987, l'organisme Ingénieurs Canada a désigné la centrale de Shawinigan-2 comme étant une des vingt-cinq plus grandes réalisations du génie canadien du XXe siècle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Shawinigan

Municipalité :

  • Shawinigan

Adresse :

  • 2152, rue Cascade

Localisation informelle :

Rivière Saint-Maurice. Les chutes Shawinigan. La vallée du Saint-Maurice.

Latitude :

  • 46° 32' 11.544"

Longitude :

  • -72° 46' 1.848"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ALLIANCE ENVIRONNEMENT INC. Centrale de Shawinigan-2: Inventaire du patrimoine bâti et technologique. Montréal, Hydro-Québec, 2009. s.p.
  • Almanach trifluvien 1934. Troisième centenaire trifluvien. s.l. C.-A. St-Arnaud éditeur, 1934. s.p.
  • BELLAVANCE, Claude. « Patronat et entreprise au XXe siècle: l'exemple mauricien ». Revue d'histoire de l'Amérique française. Vol. 38, no 2 (1984), p. 190.
  • BELLAVANCE, Claude. Shawinigan Water and Power (1898-1963). Formation et déclin d'un groupe industriel au Québec. Montréal, Boréal, 1994. 448 p.
  • BROUILLETTE, Normand. « Shawinigan Falls. Ville de l'électricité, ville de l'industrie ». FORTIER, Robert, dir. Villes industrielles planifiées. Montréal, Boréal / Centre canadien d'architecture, 1996, p. 56.
  • ETHNOSCOPE INC. Inventaire Patrimonial Complexe Shawinigan. Réfection des conduites forcées de Shawinigan 2 et de Shawinigan 3. s.l. Hydro-Québec, 1995. 72 p.
  • LAROCHELLE, Fabien. Shawinigan depuis 75 ans, 1900 - 1975. Shawinigan, Hôtel de ville, 1976. 747 p.
  • s.a. « Centrale hydroélectrique de Shawinigan-2 : 100 ans à livrer une énergie fiable et renouvelable ». Hydro-Québec. L'hydroélectricité québécoise, source d'avenir [En ligne]. http://www.hydrosourcedavenir.com
  • Société d'aménagement technologique Inc. (SOTAR). Inventaire du patrimoine bâti et technologique d'Hydro-Québec : évaluation comparative des installations hydroélectriques. Vol. 1. s.l. 1995. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013