Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Soeurs franciscaines missionnaires de l'Immaculée-Conception

Type :

Groupe

Autre(s) nom(s) :

  • Soeurs franciscaines de l'Immaculée-Conception
  • Soeurs missionnaires de l'Immaculée-Conception

Date :

  • 1912 –

Activité :

  • Communauté religieuse (Religion)
  • Enseignement (Éducation)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (16)

Plaques commémoratives associées (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Fondée en 1873 par Elizabeth Hayes à Belle Prairie, au Minnesota, la communauté des Soeurs franciscaines de l'Immaculée-Conception est composée de soeurs catholiques romaines qui se consacrent à l'éducation des jeunes filles ainsi qu'au secours des personnes pauvres, démunies et marginales. La maison mère est déplacée à Rome en 1881. À la suite d'une scission en 1890, la communauté prend le nom de Soeurs franciscaines missionnaires de l'Immaculée-Conception. La branche canadienne donne naissance à la province Notre-Dame-de-Lourdes en 1958.

Lors d'un voyage à Rome en 1911, l'évêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési, recrute des religieuses pour venir enseigner aux enfants d'immigrants italiens de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Défense. Quelques soeurs arrivent à Montréal à l'automne 1912 et font l'acquisition d'une propriété près de l'église paroissiale. En 1932, pour faciliter le recrutement, la supérieure générale, mère Marie-Colombe Doucet, loue une maison sur la rue Saint-Hubert à Montréal et ouvre un noviciat. Deux ans plus tard, un second noviciat est érigé dans le quartier Rosemont à Montréal. En 1940, des travaux d'agrandissement permettent l'inauguration du pensionnat Notre-Dame-des-Anges qui accueille trente-quatre pensionnaires et dix externes la première année.

Les Soeurs franciscaines missionnaires de l'Immaculée-Conception étendent leur vocation éducative ailleurs dans la province. En 1947, elles s'établissent à Longueuil et mettent en place une école dans la paroisse de Saint-Jean-Vianney (Le Bon Pasteur). Elles fondent également des écoles à Saint-Rémi-de-Tingwick en 1948, à Châteauguay en 1959 et à Kingsey Falls en 1962. La même année à Québec, elles prennent en charge l'école Saint-Sacrement puis, en 1963, l'école Sainte-Odile. Délaissant progressivement l'enseignement, la communauté s'engage davantage vers l'intervention sociale et pastorale. De 1982 à 1998, elle administre la résidence Saint-Albert-le-Grand à Québec, une maison d'accueil pour personnes âgées autonomes et, de 1984 à 1992, elle s'occupe du Carrefour Béthel, un centre de prière situé à Masson (Gatineau).

De 1990 à 2001, les Soeurs franciscaines missionnaires de l'Immaculée-Conception prennent la relève des Filles Réparatrices du Divin Coeur à Kélo, au Tchad. Leur oeuvre est tournée vers la pastorale paroissiale, la formation des jeunes filles par l'enseignement de la couture et le soin des malades, en particulier au dispensaire du village de Nangassou et à la léproserie de Bayaka.

En 2011, la communauté poursuit son oeuvre pastorale auprès des personnes âgées, des femmes violentées, des itinérantes, des prostituées, des toxicomanes et des sidéennes.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAPERRIÈRE, Guy. Les congrégations religieuses de la France au Québec 1880-1914. Vol. 3. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2005. 730 p.
  • s.a. Institut des Soeurs franciscaines missionnaires de l'Immaculée-Conception. [En Ligne]. http://www.soeursfmic.com/index1.htm

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013