Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Congrégation du Très-Saint-Rédempteur

Type :

Groupe

Autre(s) nom(s) :

  • Communauté des Rédemptoristes
  • Pères rédemptoristes
  • Rédemptoristes

Date :

  • 1878 – 

Activité :

  • Communauté religieuse (Religion)
  • Enseignement (Éducation)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (6)

Patrimoine mobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Alphonse-Marie de Liguori fonde en 1732 à Scala, en Italie, la congrégation du Très-Saint-Rédempteur, communauté de missionnaires chargés d'annoncer la Bonne Nouvelle aux gens les plus démunis de secours spirituel. Les pères sont des prédicateurs, des éducateurs, des professeurs d'université, des animateurs de pastorale et de sessions de spiritualité ainsi que des aumôniers chargés de paroisses et engagés socialement auprès des pauvres. Le pape Benoît XIV reconnaît et approuve officiellement les Rédemptoristes en 1749.

Vers 1876, à la demande du curé de Sainte-Anne-de-Beaupré, Antoine Gauvreau, Mgr Elzéar-Alexandre Taschereau cherche à intéresser une communauté religieuse à cette paroisse afin de prendre la relève des prêtres au sanctuaire de Sainte-Anne et de voir à l'organisation du pèlerinage. En 1878, il fait appel aux pères rédemptoristes de la province américaine de Baltimore à qui il vient de confier la paroisse irlandaise de St. Patrick de Québec. D'origine allemande, les pères ont du mal à s'adapter et sont remplacés l'année suivante par des congréganistes belges qui implantent la communauté au Canada. Dès 1880, ils bâtissent un monastère adjacent à la basilique puis, en 1896, ils construisent sur le même terrain leur première institution d'enseignement, le juvénat Sainte-Anne, où sont formés les nouveaux prêtres.

La congrégation du Très-Saint-Rédempteur prend en charge les paroisses montréalaises de Sainte-Anne (Saint-Patrick) en 1884, puis celle de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur en 1896. Devenu responsable de la paroisse de Saint-Alphonse-d'Youville en 1910, les pères font construire un monastère en 1914 et une église en 1921. Les Rédemptoristes canadiens, au nombre de 80 profès, deviennent autonomes en 1911 avec la création de la province de Sainte-Anne-de-Beaupré. La province possède alors trois maisons de formation, soit un juvénat à Sainte-Anne-de-Beaupré, un noviciat à Montréal, qui est transféré dans la paroisse de Saint-Alphonse-d'Youville en 1913, et un studendat à Ottawa, déménagé à Aylmer (Gatineau) en 1939. Elle comprend cinq communautés situées à Sainte-Anne-de-Beaupré, à Montréal, à Brandon au Manitoba et à Yorkton en Saskatchewan.

La mission évangélisatrice des Rédemptoristes s'accomplit notamment par la retraite paroissiale. En 1923, les pères fondent la Villa Saint-Alphonse à Sherbrooke, une maison de retraites fermées pour hommes et jeunes personnes. La congrégation étend également son oeuvre missionnaire à l'étranger à partir de 1925 lorsqu'elle s'établit au Vietnam, puis au Japon (1947), en Uruguay (1965) et en Haïti (1980).

En 1961, la province de Sainte-Anne-de-Beaupré compte 487 profès, et leurs maisons, au nombre de quinze, s'étendent de Moncton à Edmonton. Déjà responsable du séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré, les Rédemptoristes participent en 1965, avec quatorze autres communautés religieuses, à la fondation du séminaire Saint-Augustin à Saint-Félix-du-Cap-Rouge (Québec) afin d'assurer une relève sacerdotale et religieuse.

Au début du XXIe siècle, la province compte 80 religieux. Les Rédemptoristes sont présents dans les communautés paroissiales de Sainte-Anne-de-Beaupré (1878) où ils maintiennent le plus ancien lieu de pèlerinage en Amérique du Nord. Ils sont aussi présents dans les paroisses de Saint-Alphonse-d'Youville à Montréal (1910), de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours et de Saint-Émilien (1926) à Desbiens. Ils oeuvrent en pastorale à la Fraternité Saint-Alphonse à Québec et au Pavillon Saint-Rédempteur à Saint-Augustin-de-Desmaures où ils accueillent des groupes de ressourcement spirituel.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Fondation du Patrimoine laurentien. La fondation du patrimoine laurentien [En Ligne]. http://www.patrimoinelaurentien.org/
  • LAPERRIÈRE, Guy. Les congrégations religieuses de la France au Québec 1880-1914. Vol. 1. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1996. 228 p.
  • Les Rédemptoristes. Les Rédemptoristes [En Ligne]. http://www.redemptoristes.ca/
  • THÉBERGE, Rodrigue. Des rassembleurs d'hommes : la congrégation du Très-Saint-Rédempteur, les Rédemptoristes. Sainte-Anne-de-Beaupré, 1978. 380 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013