Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Manège militaire de Trois-Rivières

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Manège Général-Jean-Victor-Allard

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1906 – (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Bases d'entraînement militaire)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le manège militaire de Trois-Rivières est un bâtiment militaire érigé en 1906. Son plan rectangulaire comprend une grande partie bien dégagée coiffée d'un toit à deux versants droits. Les façades sont revêtues d'un parement de brique rouge. L'ensemble s'élève sur deux étages, possède un soubassement en pierre et comprend quatre tours à crénelage. Les deux tours situées aux extrémités de la façade principale sont rondes alors que celles encadrant l'entrée sont polygonales. L'entrée est composée d'une large porte surmontée d'une grande baie vitrée cintrée s'élevant jusqu'à l'étage supérieur au-dessus de laquelle se trouve un blason en pierre. Les ouvertures sont disposées avec régularité et participent à la symétrie de l'ensemble. Les fenêtres à guillotine en bois sont agrémentées d'appuis et de linteau en pierre à bossages. Le bâtiment est situé dans un quartier résidentiel à proximité de plusieurs institutions majeures dans le centre-ville de Trois-Rivières.

Le manège militaire de Trois-Rivières est un édifice fédéral du patrimoine reconnu depuis 1991.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Au début du XXe siècle, le gouvernement canadien entreprend la réforme des forces militaires. Une refonte de la Loi de la milice est adoptée en 1904. Cette réforme vise l'expansion et la modernisation des forces militaires par la formation au maniement des armes, l'exercice militaire et l'entraînement physique ce qui nécessite des structures permanentes. En effet, des lieux sont nécessaires afin d'entreposer les armes et les appareils d'exercices et de disposer de salles de classe et de tir. C'est dans ce contexte qu'une centaine de manèges militaires sont édifiés au Canada dans les premières années du XXe siècle. Ces travaux sont dirigés par le ministère des Travaux publics et celui de la Milice et de la Défense.

En 1904, l'unité trifluvienne demande un terrain pour l'aménagement d'une salle d'exercices. La demande étant acceptée, en juillet, les Ursulines vendent le terrain nécessaire. Un appel d'offres est lancé au début 1905 et l'entrepreneur Joseph Bourque de Hull obtient le contrat pour la construction. Les plans sont préparés par le Bureau de l'architecte en chef des Travaux publics sous la responsabilité de l'architecte T.W. Fuller. Fils de Thomas Fuller, cet architecte a dirigé la conception et la construction de toutes les salles d'exercices produites par le Bureau de l'architecte en chef de 1902 jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Le bâtiment est terminé à l'automne 1906.

Le manège militaire est la maison mère du Régiment de Trois-Rivières (actuel 12e Régiment blindé du Canada). Le général Jean-Victor Allard (1913-1996) est chef d'état-major des Forces armées canadiennes de 1966 à 1969. C'est sous son règne que le régiment est autorisé et le manège militaire de Trois-Rivières reçoit son nom en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Trois-Rivières

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Adresse :

  • 574, rue Saint-François-Xavier

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Patrimoine trifluvien. No 2 (1992).
  • Patrimoine trifluvien. No 7 (1997).
  • s.a. « Jean Victor Allard ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com
  • s.a. « Manège militaire ». Parcs Canada. Lieux patrimoniaux du Canada [En ligne]. http://www.lieuxpatrimoniaux.ca
  • WRIGHT, Janet. Les biens de la couronne, L'architecture du ministère des Travaux publics, 1867-1967. Toronto, University of Toronto Press, 1997. 337 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013