Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Hôtel de ville et centre culturel de Trois-Rivières

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Bibliothèque Gatien-Lapointe
  • Mairie de Trois-Rivières
  • Maison de la Culture de Trois-Rivières

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1964 – 1968 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Hôtels de ville et salles des habitants)

Éléments associés

Personnes associées (4)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Description

L'hôtel de ville et le centre culturel de Trois-Rivières sont deux bâtiments institutionnels et publics de style moderne, construits de 1964 à 1968. D'aspect sculptural, chaque édifice du complexe est en béton, occupe un espace rectangulaire et s'articule sur trois niveaux. La façade principale de l'hôtel de ville comporte un volume projeté vers l'avant et soutenu par de hauts pilotis. Ce volume saillant, sous lequel est aménagé le hall d'entrée vitré, est éclairé par des fenêtres disposées en bandeau sur chaque face. Un volume aveugle, légèrement plus bas, complète la façade à droite. Les murs latéraux de l'édifice sont soulignés par un jeu de pare-soleil en béton disposés en oblique. Les parois sont crépies, parfois lisses et de couleur claire, parfois texturées et plus sombres. Le centre culturel, érigé à quelques mètres et légèrement en retrait par rapport à la façade de l'hôtel de ville, partage plusieurs caractéristiques formelles avec ce dernier : parois claires, pare-soleil obliques, fenêtres horizontales. Une partie de son toit est inclinée. La façade du centre culturel n'est pas aménagée parallèlement à celle de l'hôtel de ville, mais plutôt sur une autre face du quadrilatère définissant l'îlot. L'ensemble est implanté au-dessus d'un stationnement souterrain sur une place publique aménagée en bordure d'un parc au coeur de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

L'hôtel de ville actuel de Trois-Rivières est le troisième construit sur ce site. Avant la construction du premier édifice en 1872, les élus municipaux devaient se réunir dans une salle du palais de justice ou au dernier étage du marché aux denrées. Ce premier édifice comporte aussi à l'époque une salle de spectacles au deuxième étage. C'est là que sont présentées les premières « vues animées », ou films, dans la région, à la fin du XIXe siècle. Le bâtiment muni d'une toiture mansardée, oeuvre des architectes Bourgeau et Leprohon, est rénové en 1890 et incendié en 1910. Il est reconstruit quelques mois plus tard au même endroit, en brique, sur le même plan au sol qui est doté cette fois-ci d'un haut campanile. Sa façade monumentale fait face au parc Champlain et à la cathédrale.

Au début des années 1960, l'édifice est jugé désuet et en mauvais état. Parallèlement, le besoin pressant d'une salle de spectacles et d'installations adéquates pour les organismes culturels de Trois-Rivières mène les autorités concernées à considérer l'idée d'un nouveau complexe réunissant à la fois un hôtel de ville et un centre culturel. Après plusieurs négociations, on décide de présenter ce projet à la Commission du centenaire de la Confédération canadienne. Le centenaire doit être souligné en 1967 et à cette occasion, un vaste programme de financement pour la construction d'édifices publics commémorant cet événement est mis en branle partout au Canada dès 1962.

Le projet du complexe de l'hôtel de ville est élaboré en 1964 et accepté par la Commission au début de l'année suivante. Les plans des deux édifices sont réalisés par deux firmes d'architectes associées pour l'occasion. Il s'agit de la firme Leclerc et Villemure formée de Jean-Claude Leclerc et Roger Villemure, et de Denoncourt et Denoncourt composée d'Ernest Denoncourt et de son fils Maurice. Tous ces architectes figurent parmi les acteurs importants de l'architecture trifluvienne du XXe siècle. Le projet de l'hôtel de ville et du centre culturel vaut à ses concepteurs la plus haute récompense en architecture au Canada, soit le prix Massey. Ce prix leur est décerné en 1971 pour la qualité de conception des bâtiments. Cette réalisation fait également l'objet de plusieurs articles et critiques dans les revues spécialisées en architecture.

L'hôtel de ville et le centre culturel de Trois-Rivières sont construits à la suite d'un vaste projet de réaménagement urbain comprenant la redéfinition des tracés de circulation, une nouvelle configuration du parc Champlain et la construction de la place de l'Hôtel-de-Ville. Ces travaux sont exécutés en 1966 par un comité d'architectes, d'architectes-paysagistes et d'urbanistes. L'hôtel de ville est inauguré en 1967 et le centre culturel en 1968. Un stationnement est aménagé au sous-sol du complexe. En 1985, l'agrandissement du centre culturel afin de loger une bibliothèque change légèrement la disposition originelle de la place de l'Hôtel-de-Ville. Le centre culturel est désigné aujourd'hui sous l'appellation de Maison de la Culture de Trois-Rivières. Il comprend notamment deux salles de spectacles, une salle d'exposition et la Bibliothèque Gatien-Lapointe.

Le complexe de l'hôtel de ville et du centre culturel est considéré comme une icône du modernisme dans la région.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire du patrimoine bâti de Trois-Rivières (2009 - 2010)
    Ville de Trois-Rivières


  • La valeur patrimoniale de l'hôtel de ville et du centre culturel de Trois-Rivières repose notamment sur leur intérêt historique. Si ces institutions possèdent leur genèse historique propre, les bâtiments actuels rappellent quant à eux le centième anniversaire de la Confédération canadienne. L'hôtel de ville est le troisième construit à cet endroit en moins d'un siècle. Avant la construction du premier édifice en 1872, les élus municipaux devaient se réunir dans une salle du palais de justice ou au dernier étage du marché aux denrées. Ce premier édifice est incendié en 1910 et reconstruit quelques mois plus tard. Au début des années 1960, il est jugé désuet et en mauvais état. Parallèlement, le besoin pressant d'une salle de spectacles et d'installations adéquates pour les organismes culturels de Trois-Rivières mène les autorités concernées à considérer l'idée d'un nouveau complexe réunissant à la fois un hôtel de ville et un centre culturel. Après plusieurs négociations, on décide de présenter ce projet à la Commission du centenaire de la Confédération canadienne. Le centenaire doit être souligné en 1967 et à cette occasion, un vaste programme de financement pour la construction d'édifices publics commémorant cet événement est mis en branle partout au Canada dès 1962. Le projet du complexe de l'hôtel de ville est donc élaboré en 1964 et accepté par la Commission au début de l'année suivante. L'hôtel de ville est inauguré en 1967 et le centre culturel en 1968.

    La valeur patrimoniale de l'hôtel de ville et du centre culturel de Trois-Rivières tient également à leur intérêt architectural. L'ensemble est considéré comme une icône du modernisme dans la région. Les plans sont conçus en collaboration par deux firmes d'architectes. Il s'agit de la firme Leclerc et Villemure formée de Jean-Claude Leclerc et Roger Villemure, et de Denoncourt et Denoncourt composée d'Ernest L. Denoncourt et de son fils Maurice. Tous ces architectes figurent parmi les acteurs importants de l'architecture trifluvienne du XXe siècle. Pour le projet du complexe de l'hôtel de ville, ils conçoivent des bâtiments « enveloppants », c'est-à-dire que l'intérieur et l'extérieur se confondent parfois : murs vitrés, entrées de plain-pied, allées piétonnières circulant autour et aménagement intérieur dégagé comprenant des mezzanines. Cette architecture sculpturale et complexe, inspirée des oeuvres du Mouvement moderne telles que celles réalisées par Le Corbusier, se découvre petit à petit par le visiteur lorsqu'il fait le tour des bâtiments. Ce concept de « promenade architecturale » caractérise plusieurs constructions en béton des années 1960, au Québec. Le projet de l'hôtel de ville et du centre culturel a remporté le prix Massey en 1971 pour la qualité de sa conception ; il s'agit de la plus haute distinction en architecture au Canada.

    La valeur patrimoniale de l'hôtel de ville et du centre culturel de Trois-Rivières réside en outre dans l'intérêt de leur implantation. Les bâtiments sont construits à la suite d'un vaste projet de réaménagement urbain comprenant la redéfinition des tracés de circulation, une nouvelle configuration du parc Champlain et la construction de la place de l'Hôtel-de-Ville. Ces travaux sont exécutés en 1966 par un comité d'architectes, d'architectes-paysagistes et d'urbanistes. Le site, ainsi que les bâtiments qu'il comprend, regroupe en un même endroit plusieurs fonctions de haute importance dans une ville : fonctions officielles et institutionnelles, récréatives et culturelles. Certaines artères formant le quadrilatère autour de la place sont rétrécies ou carrément interrompues pour laisser tout l'espace à la disposition des piétons. Une petite cour agrémentée d'une fontaine est aménagée entre l'hôtel de ville et le centre culturel, tandis que le hall vitré de l'hôtel de ville offre une vue sur le parc Champlain.

    Source : Municipalité de Trois-Rivières, 2010.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Mauricie

    MRC :

    • Trois-Rivières

    Municipalité :

    • Trois-Rivières

    Adresse :

    • 1325, place de l'Hôtel-de-Ville
    • 1425, place de l'Hôtel-de-Ville

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • DURAND, Daniel. « Le patrimoine architectural moderne de la région de Trois-Rivières ». Bulletin / Docomomo Québec (1994), s.p.
    • s.a. « Exercice éclectique ». Architecture, bâtiment, construction. Vol. 23, no 267 (1968), p. 27-32.
    • s.a. Le Centre culturel de Trois-Rivières, 1968-1993 : 25 ans déjà. Trois-Rivières, Service des affaires culturelles de la Ville de Trois-Rivières, 1993. 57 p.
    • s.a. « Le nouvel hôtel de ville et le centre culturel de Trois-Rivières ». Bâtiment (1966), p. 30-33.
    • s.a. Les Projets du centenaire au Québec. Québec, Secrétariat de la province de Québec, 1965. 77 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013