Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Stade Fernand-Bédard

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Stade de baseball
  • Stade de Trois-Rivières
  • Stade Maurice-Duplessis
  • Stade municipal

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1938 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Stades et autres installations pour le sport)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le Stade Fernand-Bédard est un édifice public à vocation sportive et récréative construit en 1938. Le vaste bâtiment en béton recouvert de crépi s'inspire du courant de l'architecture moderne américaine dit streamline. Il présente un plan en « V » tronqué et une élévation de trois étages; il est coiffé d'un toit plat. La façade comporte un avant-corps central dans lequel est aménagée l'entrée principale, protégée d'une marquise. Cet avant-corps est surmonté d'un parapet et orné de bandeaux gris verticaux; ces détails se retrouvent également aux angles de l'édifice. Les murs du stade sont percés de fenêtres rectangulaires disposées de façon régulière. Certaines ouvertures, telles que les portes et les fenêtres de la partie supérieure du bâtiment, sont rouges. Des bandeaux horizontaux et une mince corniche soulignent les volumes et les surfaces lisses. Enfin, des mâts et des structures métalliques sont visibles au niveau de la toiture. Le Stade Fernand-Bédard comprend un terrain clôturé qui se déploie en éventail à l'arrière. Il est situé sur le Terrain de l'Exposition, au coeur d'un complexe voué au sport et aux divertissements, au nord-ouest du centre-ville de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

L'histoire du Stade Fernand-Bédard du Terrain de l'Exposition à Trois-Rivières est liée à celle de l'engouement local pour le baseball, aux mesures gouvernementales du temps de la Grande Crise des années 1930 et au célèbre homme politique Maurice L. Duplessis (1890-1959).

Pratiqué dans les collèges de la ville à partir des années 1880, le baseball gagne en popularité au début du XXe siècle et se voit de plus en plus financé par des compagnies. La Ville de Trois-Rivières joint les rangs du baseball professionnel pour la première fois en 1922, avec l'équipe des « Trios ». L'année suivante, un terrain voué à la pratique de ce sport et des estrades en bois sont aménagés par la ville non loin de l'emplacement du stade actuel.

En 1937, le premier ministre du Québec et député de Trois-Rivières, Maurice L. Duplessis (1890-1959), visite ces installations et remarque leur désuétude. Lui-même étant un grand amateur de ce sport, il promet alors l'érection d'un « temple moderne » du baseball, qui sera réalisé l'année suivante avec la construction du Stade sur le Terrain de l'Exposition. À l'instar du Colisée et des autres bâtiments du site, le stade s'inscrit dans un vaste projet de réaménagement des lieux nécessitant l'embauche de milliers de travailleurs alors au chômage. Le projet est financé par un programme gouvernemental visant à doter les municipalités québécoises de nouvelles infrastructures et ainsi stimuler l'économie.

Nommé à ses débuts « Stade Maurice Duplessis », l'édifice ne portera jamais véritablement cette appellation, d'autant plus que Duplessis et son parti perdent les élections provinciales à peine quelques semaines après l'inauguration du stade en septembre 1939. Simultanément au stade de Trois-Rivières, Duplessis a également fait construire un stade similaire à Québec, au parc Victoria, selon les plans des mêmes architectes.

Alors que les autres bâtiments du site sont réquisitionnés par l'armée pendant toute la durée de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), le Stade demeure ouvert au public pendant cette période trouble.

Le stade a depuis été l'hôte de manifestations sportives d'envergure, comme le Championnat canadien de baseball en 1984 et le Championnat mondial de baseball junior en 1989 et en 1998. L'édifice est rebaptisé Stade Fernand-Bédard en 2001, puis restauré en 2009, à l'occasion du 375e anniversaire de la ville.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire du patrimoine bâti de Trois-Rivières (2009 - 2010)
    Ville de Trois-Rivières


  • La valeur patrimoniale du Stade Fernand-Bédard repose notamment sur son intérêt historique. Le bâtiment est associé au baseball, sport très prisé à Trois-Rivières depuis la fin du XIXe siècle. Il témoigne également des mesures prises par le gouvernement pour contrer la Grande Crise des années 1930. Pratiqué dans les collèges de la ville à partir des années 1880, le baseball gagne en popularité au début du XXe siècle et se voit de plus en plus financé par des compagnies. La Ville de Trois-Rivières joint les rangs du baseball professionnel pour la première fois en 1922. L'année suivante, un terrain voué à la pratique de ce sport et des estrades en bois sont aménagés par la Ville non loin de l'emplacement du stade actuel. En 1937, le premier ministre du Québec et député de Trois-Rivières, Maurice L. Duplessis (1890-1959), visite ces installations et remarque leur désuétude. Il promet alors l'érection d'un « temple moderne » du baseball, ce qui sera réalisé l'année suivante avec la construction du stade sur le Terrain de l'Exposition. À l'instar du Colisée et des autres bâtiments du site, le Stade Fernand-Bédard s'inscrit dans un vaste projet de réaménagement des lieux nécessitant l'embauche de milliers de travailleurs alors au chômage. Le projet est financé par un programme gouvernemental visant à doter les municipalités québécoises de nouvelles infrastructures et ainsi stimuler l'économie. Alors que les autres bâtiments du site sont réquisitionnés par l'armée pendant toute la durée de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), le stade demeure ouvert au public. Il a depuis été l'hôte de manifestations sportives d'envergure, et conserve encore aujourd'hui sa vocation initiale.

    La valeur patrimoniale du Stade Fernand-Bédard réside également dans son intérêt architectural et par le fait même, dans ses concepteurs, les architectes Ernest L. Denoncourt (1888-1972) et Jules Caron (1885-1942) qui se sont associés pour mener ce projet. Denoncourt et Caron figurent parmi les architectes les plus prolifiques de Trois-Rivières. Leurs réalisations, qui s'élèveraient à plusieurs centaines, marquent le paysage bâti de la ville au XXe siècle. Connus pour leurs oeuvres modernistes, ces architectes sont notamment les auteurs à titre individuel des plans de plusieurs écoles et églises à Trois-Rivières, ainsi que de nombreux édifices commerciaux, résidentiels et institutionnels. Pour le stade du Terrain de l'Exposition, ils s'inspirent du courant de l'architecture moderne américaine dit streamline ou streamline moderne. Ce style se répand en Amérique du Nord à partir de la fin des années 1920. Il est influencé par les formes du design industriel, ainsi que par la vitesse et le mouvement des nouveaux moyens de transport comme les paquebots transatlantiques. Il est notamment caractérisé par des lignes continues, des ouvertures horizontales, des surfaces lisses et claires et des toitures plates soulignées d'une mince corniche. Le Stade Fernand-Bédard est représentatif du courant streamline par ses bandeaux et ses corniches qui marquent les façades et définissent les volumes, par son toit plat, et par ses murs en béton recouverts de crépi blanc. Avec ses garde-corps métalliques au sommet et sa forme particulière, le bâtiment fait d'ailleurs penser à un paquebot. Son style architectural s'harmonise avec celui du Colisée, édifice voisin conçu dans le même esprit.

    La valeur patrimoniale du Stade Fernand-Bédard tient en outre à l'intérêt de son implantation. L'édifice fait partie d'un complexe voué aux manifestations sportives, aux expositions agricoles et aux rassemblements populaires. Il est entouré de bâtiments construits à cette fin, dont l'aréna Claude-Mongrain du Pavillon de la Jeunesse et le Colisée. Situé sur le Terrain de l'Exposition, le stade est associé au vaste projet de réaménagement de ce site à la fin des années 1930.
    Source : Municipalité de Trois-Rivières, 2010.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Mauricie

    MRC :

    • Trois-Rivières

    Municipalité :

    • Trois-Rivières

    Adresse :

    • 1550, avenue Gilles-Villeneuve

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • PARADIS, Jean-Marc. 100 ans de baseball à Trois-Rivières. Trois-Rivières, Championnat mondial de baseball junior 1989, 1989. 164 p.
    • Patrimoine trifluvien. No 13 (2003).
    • Patrimoine trifluvien. No 2 (1992).
    • Patrimoine trifluvien. No 9 (1999).

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013