Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Aérogare de Trois-Rivières

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1963 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Aéroports, champs d'aviation et hangars)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Description

L'aérogare de Trois-Rivières est un édifice public construit en 1963. De facture moderne, l'édifice en béton, en brique et en verre présente un plan rectangulaire et est coiffé d'un toit ondulant. Ce toit déborde du volume du bâtiment et est soutenu par des piliers de béton formant deux « W » sur chaque façade. Il est orné de trois mâts où flottent un drapeau. La façade où se trouve l'entrée, qui donne sur un stationnement, est en brique vernissée de bleu. Les portes, aménagées au centre, ainsi que la partie supérieure du mur sont vitrées. L'autre façade, entièrement vitrée, offre une vue sur la piste d'atterrissage. Toutes les parties en béton sont crépies et peintes en blanc. Cette aérogare est située dans un parc industriel aéroportuaire implanté un peu en périphérie du noyau de la ville de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

La construction de l'aérogare de Trois-Rivières constitue une des étapes du projet d'aéroport figurant parmi les grands dossiers qui occupent la chambre de commerce de la ville durant les années 1950.

À l'époque, plusieurs acteurs de l'économie locale constatent l'absence de projets d'envergure depuis la période de prospérité du début du siècle. Le passage de Maurice Duplessis à titre de premier ministre du Québec (de 1936 à 1939, puis de 1944 à 1959) interrompt cet essor industriel. Un aéroport pourrait inciter à l'implantation de nouvelles industries, notamment en facilitant le transport des chefs d'entreprises.

En 1955, la chambre de commerce trouve un terrain approprié et entame des démarches auprès du ministère des Transports. L'année suivante, un comité de mobilisation régionale est mis sur pied. En 1961, une piste de 6 000 pieds est inaugurée sur le terrain acquis par la ville et cédé au gouvernement fédéral. L'aérogare est construite deux ans plus tard, soit en 1963.

En 1995, la Ville de Trois-Rivières devient propriétaire de l'aéroport et l'aérogare est rénovée. Depuis, le site se développe pour devenir un parc industriel aéroportuaire. Il héberge aujourd'hui plusieurs compagnies et travailleurs de l'aéronautique. On y trouve la plus grande concentration d'entreprises liées à l'aviation au Québec, à l'extérieur de Montréal. En 2009, la piste est allongée de 3 000 pieds pour une longueur totale de 9 000 pieds.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire du patrimoine bâti de Trois-Rivières (2009 - 2010)
    Ville de Trois-Rivières


  • La valeur patrimoniale de l'aérogare de Trois-Rivières repose notamment sur son intérêt historique. Elle témoigne du développement économique de Trois-Rivières dans la deuxième moitié du XXe siècle. Durant les années 1950, le projet de construire un aéroport constitue un des grands dossiers de la chambre de commerce de la ville. À l'époque, plusieurs acteurs de l'économie locale constatent l'absence de projets d'envergure depuis la période de prospérité du début du siècle. Un long hiatus, souligné par les législatures dirigées par le premier ministre Maurice Duplessis (de 1936 à 1939, puis de 1944 à 1959), suit cet essor industriel. Un aéroport pourrait inciter à l'implantation de nouvelles industries, notamment en facilitant le transport des chefs d'entreprises. En 1955, la chambre de commerce trouve un terrain approprié et entame des démarches auprès du ministère des Transports. L'année suivante, un comité de mobilisation régionale est mis sur pied. En 1961, une piste de 6 000 pieds est inaugurée sur le terrain acquis par la ville et cédé au gouvernement fédéral. L'aérogare est construite deux ans plus tard, soit en 1963. Elle est rénovée en 1995, alors que la Ville de Trois-Rivières devient propriétaire de l'aéroport. Depuis, le site se développe pour devenir un parc industriel aéroportuaire. Il héberge aujourd'hui plusieurs entreprises du domaine de l'aéronautique. Cette aérogare demeure au coeur de cette activité et rappelle une des importantes initiatives de développement économique à Trois-Rivières.

    La valeur patrimoniale de l'aérogare de Trois-Rivières tient également à son intérêt architectural. Il s'agit d'un édifice aux formes résolument modernes et novatrices pour l'époque. La simplicité du volume et l'absence d'ornements superflus laissent toute la place à la force d'expression que dégagent le contraste des matériaux et le modelage dynamique du béton. La forme ondulée du toit et les piliers en « W » évoquent le mouvement associé au voyage et aux avions. Le bleu de la brique vernissée, juxtaposé à la transparence du verre, se fond avec le ciel. Les surfaces vitrées offrent aux voyageurs une vue sur l'activité de l'aéroport et le va-et-vient des avions. Par ses qualités sculpturales, esthétiques et fonctionnelles, ce bâtiment constitue un des monuments du patrimoine moderne de Trois-Rivières, au même titre que l'hôtel de ville (1967-1968). Les plans de l'aérogare sont conçus par la firme d'architectes de Trois-Rivières Caron, Juneau et Bigué, connue pour ses réalisations modernistes, notamment dans le domaine de l'architecture religieuse. Dans la région, cette firme conçoit entre autres les plans de l'église de Sainte-Famille (1966-1967) à Cap-de-la-Madeleine et ceux de l'église de Sainte-Bernadette (1969-1970) et de plusieurs succursales des Caisses populaires Desjardins à Trois-Rivières. L'aérogare, encore isolée sur son site et mise en valeur par une restauration récente, figure parmi leurs oeuvres les mieux conservées.
    Source : Municipalité de Trois-Rivières, 2010.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Mauricie

    MRC :

    • Trois-Rivières

    Municipalité :

    • Trois-Rivières

    Adresse :

    • 3500, rue de l'Aéroport

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • BEAUDOIN, René. Rencontrer Trois-Rivières : 375 ans d'histoire et de culture. Trois-Rivières, Éditions d'art Le Sabord, 2009. 225 p.
    • DURAND, Daniel. « Le patrimoine architectural moderne de la région de Trois-Rivières ». Bulletin / Docomomo Québec (1994), s.p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013