Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site du patrimoine d'Eaton Corner

Description

Le site du patrimoine d'Eaton Corner est un secteur institutionnel et résidentiel établi au XIXe siècle. Le périmètre irrégulier du site comprend une ancienne église congrégationaliste, construite en 1840 et en 1841, une ancienne académie érigée en 1864, ainsi que deux résidences bâties entre les années 1820 et 1860. L'ensemble inclut également les dépendances. Les bâtiments en bois ou en brique présentent des plans rectangulaires et des toits à deux versants droits. Ils sont érigés de part et d'autre d'une route régionale. L'ensemble est situé dans le noyau villageois d'Eaton Corner, dans la ville de Cookshire-Eaton.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains. L'église et l'académie d'Eaton Corner sont classées immeubles patrimoniaux et cette protection s'applique à l'intérieur et à l'extérieur des deux bâtiments.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Cookshire-Eaton) 2010-07-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine d'Eaton Corner présente un intérêt pour sa valeur historique. L'ensemble témoigne du développement de la localité au XIXe siècle. Le secteur d'Eaton Corner est colonisé au tournant du XIXe siècle par des anglophones originaires de la Nouvelle-Angleterre. L'endroit devient rapidement le centre économique du canton d'Eaton grâce à sa situation à l'intersection des deux principales routes desservant le territoire. Un relais de diligence est rapidement implanté dans la localité. Des résidences s'établissent de part et d'autre de la route suivant l'axe nord-sud. La plus ancienne maison subsistante sur le site est érigée dans les années 1820 ou 1830 pour Joshua Foss (1795-1881). Le bâtiment, situé sur une propriété agricole, sert également de magasin général un certain temps. La seconde résidence aujourd'hui comprise dans le site du patrimoine est construite dans les années 1850 ou 1860 pour l'agriculteur Asa Alger (1796-1882). Ces deux maisons ont vraisemblablement abrité le service postal d'Eaton Corner au cours du XIXe siècle. Deux édifices institutionnels s'ajoutent au site au milieu du XIXe siècle. Joshua Foss offre un terrain près de sa résidence pour la construction d'un lieu de culte destiné à la communauté congrégationaliste d'Eaton Corner. L'église est érigée en 1840 et elle est ouverte au culte le 4 février 1841. Dans les années 1860, plusieurs habitants s'associent afin de doter la localité d'un établissement d'enseignement. Le groupe acquiert un terrain en face de l'église pour y établir une académie. L'institution, consacrée à la formation d'enseignants, ouvre ses portes en 1864. Le siège du conseil municipal occupe le second étage du bâtiment à partir de 1872. Le site du patrimoine d'Eaton Corner témoigne de l'établissement de communautés anglophones de foi réformée dans le sud du Québec et rappelle les origines d'un des plus anciens noyaux de peuplement de la région des Cantons-de-l'Est.

Le site du patrimoine d'Eaton Corner présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. L'ensemble se compose de quatre bâtiments principaux témoignant de l'influence de l'architecture de la Nouvelle-Angleterre sur les constructions des Cantons-de-l'Est, au XIXe siècle. L'église et l'académie d'Eaton Corner rappellent la popularité du style néogrec. Ce courant, qui s'inspire de l'architecture des temples grecs, est particulièrement populaire en Nouvelle-Angleterre au milieu du XIXe siècle. Les deux édifices institutionnels présentent plusieurs caractéristiques de ce style, dont l'aménagement de leur façade sur un mur pignon, la disposition symétrique des ouvertures ainsi que l'emploi de frontons, de retours de corniche, de portails classiques et de pilastres. Les deux maisons de l'ensemble présentent quant à elles des éléments associés aux petites résidences de la Nouvelle-Angleterre érigées entre la fin du XVIIe siècle et le début du XIXe siècle. Ce type de maison, parfois nommé « Cape Cod House » dans la littérature américaine, se caractérise par un plan rectangulaire, une élévation d'un étage, un toit à deux versants droits et une souche de cheminée centrale. Les maisons Foss et Alger reprennent les principales composantes de ce type d'habitation et possèdent toutes deux un portail central flanqué de deux baies latérales à mi-hauteur. La maison Alger se distingue toutefois du modèle le plus répandu par son parement en brique plutôt qu'en planches à clins. Les différents bâtiments du site du patrimoine d'Eaton Corner témoignent ainsi de l'influence américaine sur l'architecture de la région.

Source : Ville de Cookshire-Eaton, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site du patrimoine d'Eaton Corner liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau villageois d'Eaton Corner;
- la présence d'une ancienne église, d'une ancienne académie, de deux résidences et de bâtiments secondaires;
- l'implantation des bâtiments de part et d'autre d'une voie publique ancienne;
- les caractéristiques des édifices institutionnels, notamment leur volume, dont les plans rectangulaires, les élévations de deux à trois étages, les toits à deux versants droits ainsi que le campanile et le clocher à base carrée surmontant le faîte avant des toits, les matériaux, dont le solage en pierre, les parements en planches à clins, les toitures en plaques de tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures disposées symétriquement, dont les portes à panneaux (une à double vantail), les fenêtres à guillotine et à petits carreaux (une encadrée de baies latérales), les contre-fenêtres à bascule, la fenêtre en éventail et les contrevents, l'ornementation, dont les portails composés de pilastres et d'un entablement, les pilastres cannelés, les pilastres corniers, le fronton, les retours de corniche, la corniche moulurée ainsi que les chambranles, ainsi que les souches de cheminées en brique;
- les caractéristiques des résidences, notamment leur volume, dont les plans rectangulaires, les élévations d'un étage à un étage et demi ainsi que les toits à deux versants droits, les matériaux, dont le parement en brique, le parement en planches à clins, les toitures en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois ou en brique, les ouvertures, dont les portes encadrées de baies latérales à mi-hauteur, les fenêtres rectangulaires, la lucarne à pignon ainsi que les plates-bandes et les appuis, l'ornementation sobre, constituée essentiellement des planches cornières et des chambranles, les souches de cheminées en brique, ainsi que les annexes et les dépendances (certaines adossées ou juxtaposées), dont les plans rectangulaires, les élévations d'un étage, les toits à deux versants droits ou en appentis, l'avant-toit, la galerie couverte, les parements en planches verticales ou horizontales, les couvertures en tôle, les portes (certaines à double vantail), les fenêtres rectangulaires, les chambranles et les planches cornières.

Haut de la page

Informations historiques

Le site du patrimoine d'Eaton Corner est situé sur le territoire du canton d'Eaton, proclamé en 1800. Le secteur est colonisé dès le tournant du XIXe siècle par des anglophones en provenance de la Nouvelle-Angleterre. Quelques hameaux, dont Eaton Corner, se développent sur ce territoire. Cette localité apparaît à l'intersection des deux principales routes qui traversent alors le canton, correspondant aujourd'hui aux routes 210 et 253. Un relais de diligence est implanté à Eaton Corner au début du XIXe siècle et l'endroit devient rapidement le centre économique du canton.

Joshua Foss (1795-1881) fait construire, dans les années 1820 ou 1830, une des deux résidences aujourd'hui comprises dans le site du patrimoine d'Eaton Corner. La maison en bois sert également de magasin général un certain temps. Un bureau de poste est vraisemblablement aménagé dans cette résidence, puisque Joshua Foss est maître de poste entre 1854 et 1863. Dans les années 1850 ou 1860, l'agriculteur Asa Alger (1796-1882) fait ériger une maison en brique qui correspond à la seconde résidence du site du patrimoine. La demeure abrite également le service postal au cours du XIXe siècle.

En 1835, une communauté congrégationaliste se forme à Eaton Corner. Le révérend Edwin Jenner Sherrill (1806-1877) devient, en 1838, le premier pasteur résident. L'homme se consacre au recrutement de nouveaux membres et cherche à faire construire un lieu de culte pour la communauté. Joshua Foss fait don d'un terrain adjacent à sa maison à cet effet. Il participe également aux travaux qui débutent en 1840. L'église est ouverte au culte le 4 février 1841.

En 1863, plusieurs habitants du secteur s'associent dans le but de fonder un établissement d'enseignement dans la localité. Les promoteurs du projet cherchent probablement à rivaliser avec les autres villages du canton qui prennent de plus en plus d'importance. Le groupe acquiert un terrain situé en face de l'église. L'académie, destinée à la formation d'enseignants, ouvre ses portes en 1864. Le second étage de l'édifice accueille le siège du conseil municipal à partir de 1872.

Dans les années 1870, l'importance économique d'Eaton Corner décline rapidement, le chemin de fer passant à l'écart de la localité. L'académie ferme ses portes et l'édifice est racheté par la municipalité en 1889. Le bâtiment servira de salle du conseil pendant plus d'un siècle. Le nombre de fidèles de la communauté congrégationaliste diminue également au tournant du XXe siècle. En 1928, les fidèles se joignent à l'Église unie du Canada, formée trois ans plus tôt. Le lieu de culte prend alors le nom d'Eaton United Church. L'église ferme finalement ses portes en 1959. Le bâtiment est vendu à la Société du musée historique du comté de Compton (Compton County Historical Museum Society). L'ancienne église, transformée en musée, est classée en 1961. Deux ans plus tard, l'académie est également classée. À partir de 1965, la Société du musée historique du comté de Compton utilise une partie de l'académie pour ses réserves muséales. L'édifice demeure occupé en partie par la municipalité jusqu'en 2003, année où Eaton Corner est intégré à la nouvelle ville de Cookshire-Eaton.

En 2007, la société muséale entreprend de recréer une ferme du XIXe siècle près de son musée. Pour réaliser le projet, nommé Ferme d'antan d'Eaton Corner (Eaton Corner Homestead), elle acquiert la maison Alger en 2008.

Le site du patrimoine d'Eaton Corner est constitué en 2010. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

En 2012, la société muséale acquiert la maison Foss.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Haut-Saint-François

Municipalité :

  • Cookshire-Eaton

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Compton Canton d' Eaton Rang 5 7-8
7-90
7-91-P
7-94
7-99-P

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CARON, Fernand. « Hôtel de ville et vieille église d'Eaton ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 483-484.
  • HYMAN, Jackie. « Architectural styles in Eaton Corner ». s.a. Township Heritage Web Magasine [En ligne]. http://townshipsheritage.com
  • LABEREE, Waymer S. Eaton et ses débuts. Sherbrooke, Publications Progressives, 1980. 24 p.
  • LAVOIE, Barbara. « Foss House - centrepiece of future historical centre in Eaton Corner ». The Record, 17 octobre 2012, p. 4.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013