Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Passerelle Armand-Vaillancourt

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Plessisville

Date :

  • 1991 – (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Ponts et ouvrages de génie)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Description

La passerelle Armand-Vaillancourt est un pont piétonnier construit en 1991. La structure métallique, longue d'environ 60 mètres, est composée de pièces métalliques entrecroisées dégageant un espace central en losange. Elle est dotée d'un tablier en bois et elle repose sur des culées en béton. Des escaliers en bois donnent accès à la passerelle à chaque extrémité. Le pont permet de franchir la rivière Bourbon, dans un parc urbain, au coeur de la ville de Plessiville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Plessisville) 2010-05-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La passerelle Armand-Vaillancourt présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et architecturale reposant sur son association avec Armand Vaillancourt (né en 1929), l'artiste qui l'a conçue. Né à Black Lake dans une famille d'agriculteurs, le jeune Vaillancourt s'engage dans la marine marchande dès l'âge de 17 ans. Il étudie ensuite à l'École des beaux-arts de Montréal, à partir de 1951, où il s'intéresse particulièrement à la sculpture. Rapidement, il se fait connaître par ses oeuvres réalisées dans la rue ou dans des lieux publics. Ainsi, à partir de 1953, il offre une véritable performance publique en sculptant directement un arbre de la rue Durocher, à Montréal. L'artiste s'est démarqué par de nombreuses oeuvres monumentales réalisées à travers le monde, dont la sculpture-fontaine « Québec libre! » (1969-1971) de l'Embarcadero Plaza à San Francisco, ainsi que « El Clamor » (1985), à Santo Domingo, en République dominicaine. La carrière de Vaillancourt est aussi marquée par son engagement social et les nombreuses causes qu'il a défendues, suscitant parfois la controverse. Au tournant des années 1990, Madeleine Dussault, mairesse de Plessisville, lance le projet de relier par une passerelle piétonnière les deux rives de la rivière Bourbon. Elle confie la conception de la passerelle à Armand Vaillancourt, qui travaille avec l'ingénieur Clément Vigneault pour sa réalisation. La nature publique de l'oeuvre, ses dimensions imposantes et les matériaux utilisés, soit le métal, le béton et le bois, sont des caractéristiques répandues dans la production du sculpteur.


Source : Ville de Plessisville, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la passerelle Armand-Vaillancourt liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont la structure ajourée et composée de pièces métalliques entrecroisées dégageant un espace central en forme de losange, ainsi que ses dimensions d'environ 20 m de haut, 20 m de large et 100 m de long;
- le tablier en planches transversales supporté par des poutres métalliques;
- le garde-corps métallique;
- les culées en béton supportant la travée unique;
- les escaliers en bois disposés à chaque extrémité de la passerelle, dont les volées droites inférieures placées perpendiculairement à la passerelle, le repos, la volée droite supérieure disposée dans l'axe de la passerelle ainsi que les garde-corps.

Haut de la page

Informations historiques

La passerelle Armand-Vaillancourt porte le nom de l'artiste qui l'a conçue. Originaire de Black Lake, Vaillancourt (né en 1929) s'engage dans la marine marchande dès l'âge de 17 ans. Il étudie ensuite à l'École des beaux-arts de Montréal, à partir de 1951, où il s'intéresse particulièrement à la sculpture. Rapidement, il se fait connaître par ses oeuvres réalisées dans la rue ou dans des lieux publics. Ainsi, à partir de 1953, il offre une véritable performance publique en sculptant directement un arbre de la rue Durocher, à Montréal. Cette oeuvre est considérée comme une pièce majeure de l'histoire de la sculpture moderne au Québec.

L'artiste s'est démarqué par de nombreuses oeuvres monumentales produites à travers le monde, dont la sculpture-fontaine « Québec libre! » (1969-1971) de l'Embarcadero Plaza à San Francisco, ainsi que « El Clamor » (1985) à Santo Domingo, en République dominicaine. La carrière de Vaillancourt est aussi marquée par son engagement social et les nombreuses causes qu'il a défendues, suscitant parfois la controverse.

Au tournant des années 1990, Madeleine Dussault, alors mairesse de Plessisville, lance le projet de relier par une passerelle piétonnière les deux rives de la rivière Bourbon. Elle confie la conception de la passerelle à Armand Vaillancourt. L'oeuvre est réalisée malgré la vague d'opposition que soulève d'abord le projet dans la population locale.

Vaillancourt conçoit la passerelle avec l'ingénieur Clément Vigneault. Les entrepreneurs Les Équipements Vibrotech inc. et Construction F. G. N. inc. en assurent la construction. Le pont, qui enjambe la rivière Bourbon, près de l'île Louis-Philippe-Hébert, au coeur d'un parc urbain, est inauguré le 27 octobre 1991.

La passerelle Armand-Vaillancourt est citée en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • L'Érable

Municipalité :

  • Plessisville

Lieux-dits :

  • Enjambe la rivière Bourbon en amont de l'île Louis-Philippe Hébert

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 774 372
  • Lot 3 774 399

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LECLERC, Yvon. « La culture, facteur de développement ». L'Action nationale. Vol. LXXI, no 1 (s.d.), p. 435-453.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013