Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Domaine Van Bruyssel

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • La Tuque

Date :

  • vers 1905 – (Construction)

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Camps forestiers, drave et transport du bois)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (7)

Groupes associés (2)

Personnes associées (1)

Carte

Description

Le domaine Van Bruyssel est un ensemble de villégiature et un ancien village forestier aménagé au début du XXe siècle et qui comprend trois résidences et quatre dépendances. Les demeures en bois présentent un plan rectangulaire, une élévation d'un étage ou un étage et demi ainsi que des toits à deux versants droits. Certaines sont dotées d'annexes, de galeries couvertes, de balcons ou de vérandas. Les dépendances incluent une remise, un atelier-entrepôt, un garage et un hangar à bois. Le domaine Van Bruyssel est implanté à proximité d'une voie ferrée reliant Québec au Lac-Saint-Jean, sur un terrain dénivelé planté d'arbres matures. L'ensemble est situé à la jonction de deux cours d'eau, entre le lac Kiskissink et le Grand lac Bostonnais, sur le territoire de la ville de La Tuque.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique au vaste terrain boisé ainsi qu'à l'enveloppe extérieure des bâtiments qui s'y élèvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (La Tuque) 2010-04-20
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le domaine Van Bruyssel présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le domaine constitue un témoin important de l'exploitation forestière du Haut-Saint-Maurice. En 1900, l'ingénieur et ancien consul général de Belgique au Canada, Ferdinand-Charles van Bruyssel (1856-1935), fonde la Belgo Canadian Pulp and Paper Company. L'entreprise obtient du gouvernement des concessions forestières situées aux limites des bassins versants de la rivière Saint-Maurice et du lac Saint-Jean. Van Bruyssel décide d'y installer le centre des opérations de sa compagnie. L'homme prône l'exploitation responsable des ressources naturelles et est considéré comme l'un des précurseurs de la foresterie scientifique au Québec. Le chef-lieu de la Belgo est aménagé en bordure de la voie ferrée reliant Québec et le Lac-Saint-Jean, à la jonction de deux cours d'eau situés entre le lac Kiskissink et le Grand lac Bostonnais. En 1905, l'endroit est doté d'un bureau de poste nommé Van Bruyssel en l'honneur du fondateur de la compagnie. Plusieurs travailleurs s'installent avec leurs familles sur le lieu d'exploitation et un hameau apparaît. Dans les années 1920, la Consolidated Paper Corporation rachète la Belgo. L'exploitation forestière se poursuit jusqu'au milieu du XXe siècle. Le développement des réseaux routiers dans les années 1950 et 1960 entraîne d'importants changements dans l'industrie. La forêt devient plus accessible et les travailleurs n'ont plus à résider sur les lieux d'exploitation. La compagnie Consolidated ferme le village de Van Bruyssel en 1967. Certaines constructions sont alors démantelées tandis que d'autres bâtiments sont laissés à l'abandon. En 1972, un particulier acquiert le domaine et entreprend la restauration des bâtiments subsistants. L'endroit devient alors un lieu de villégiature. Le domaine Van Bruyssel témoigne ainsi de la présence d'un ancien village forestier dans le Haut-Saint-Maurice et rappelle le rôle important de van Bruyssel dans l'histoire de la foresterie québécoise.

Le domaine Van Bruyssel présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les bâtiments du site présentent une architecture vernaculaire adaptée à leurs fonctions respectives. L'architecture vernaculaire est propre à une région; elle est réalisée à partir des ressources locales disponibles et perpétue les modes de construction traditionnels. Les bâtiments du domaine Van Bruyssel sont représentatifs de ce type par leur plan rectangulaire, leur élévation d'un étage ou un étage et demi ainsi que par leur toit à deux versants droits. Plusieurs constructions sont dotées de parements en bois, un matériau très abondant dans la région. Les deux maisons principales subsistantes servaient autrefois de résidences aux cadres de la compagnie. Celles-ci possèdent des caractéristiques des bâtiments de villégiature. Elles sont implantées en léger retrait du village, à proximité de la rivière. Les maisons sont dotées d'annexes, de balcons, de galeries couvertes et de vérandas permettant aux occupants de profiter de la nature environnante. Par ailleurs, ces deux bâtiments présentent une ornementation plus élaborée témoignant de leur fonction de résidence pour les dirigeants de la compagnie. Un des bâtiments est doté de retours de corniche tandis que l'autre possède une tourelle polygonale couronnée d'une crête en fer forgé. Ces éléments témoignent des formes architecturales populaires au début du XXe siècle. Les bâtiments du domaine Van Bruyssel sont donc représentatifs des constructions de cette époque, érigées selon les savoir-faire traditionnels.

Source : Ville de La Tuque, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du domaine Van Bruyssel liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain dénivelé planté d'arbres matures à la jonction de deux cours d'eau, entre le lac Kiskissink et le Grand lac Bostonnais;
- sa situation à proximité d'une voie ferrée reliant Québec et la région du Lac-Saint-Jean;
- les caractéristiques des résidences, entre autres leurs volumes, dont le plan rectangulaire des corps de logis principaux, le plan irrégulier ou rectangulaire des annexes, l'élévation d'un étage ou d'un étage et demi, les toits à deux versants droits ou plats ainsi que les galeries couvertes, les balcons, les vérandas et la tourelle polygonale, les matériaux, dont les soubassements en béton, les parements en planches horizontales, les couvertures en bardeaux de cèdre ou en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois ou en fer forgé, les ouvertures, dont les portes à carreaux et à panneaux, les portes vitrées (une à double vantail), les fenêtres rectangulaires à guillotine, les lucarnes à pignon (certaines engagées) et les lucarnes à croupe, l'ornementation, dont les chambranles, les planches cornières, les corniches moulurées, les retours de corniche, les garde-corps, les volets, le mât de faîtage et la crête en fer forgé, les souches de cheminées en brique et les escaliers en bois;
- les caractéristiques des dépendances, entre autres leurs volumes, dont les plans rectangulaires, les élévations d'un étage, les toits à deux versants droits et les annexes en appentis, les matériaux, dont les poutres en bois, les murs en blocs de béton, les parements en planches horizontales ou verticales, les couvertures en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les portes (une à double vantail) et les fenêtres rectangulaires, l'ornementation sobre constituée essentiellement des chambranles, des linteaux, des appuis et des planches cornières, les souches de cheminées en brique et les lanternons de ventilation.

Haut de la page

Informations historiques

Le domaine Van Bruyssel est situé sur le territoire de l'actuelle ville de La Tuque, aux limites des bassins versants de la rivière Saint-Maurice et du lac Saint-Jean. En 1900, l'ingénieur et ancien consul général de la Belgique au Canada, Ferdinand-Charles van Bruyssel (1856-1935), fonde la Belgo Canadian Pulp and Paper Company. L'entreprise belge obtient du gouvernement des concessions forestières dans le Haut-Saint-Maurice. Van Bruyssel décide d'installer le chef-lieu de sa compagnie sur ce territoire. Il choisit un emplacement situé à proximité de la voie ferrée reliant Québec et la région du Lac-Saint-Jean, à la jonction de deux cours d'eau, entre le lac Kiskissink et le Grand lac Bostonnais. L'homme, considéré comme l'un des précurseurs de la foresterie scientifique du Québec, prône l'exploitation responsable des ressources naturelles. Le bois de la région est coupé puis acheminé par voie d'eau à l'usine papetière située à Shawinigan.

En 1905, l'endroit est doté d'un bureau de poste nommé Van Bruyssel en l'honneur du fondateur de la Belgo. Le service postal était vraisemblablement situé dans l'une des maisons des cadres de la compagnie. Plusieurs travailleurs s'installent avec leurs familles sur le lieu d'exploitation où apparaît un hameau. La Consolidated Paper Corporation rachète la Belgo dans les années 1920. L'exploitation forestière se poursuit jusqu'au milieu du XXe siècle. Le développement des réseaux routiers dans les années 1950 et 1960 entraîne d'importants changements dans l'industrie. La forêt devient plus facilement accessible et les travailleurs n'ont plus à résider sur les lieux d'exploitation. Le bureau de poste cesse ses activités en 1965 et la compagnie Consolidated ferme le village de Van Bruyssel en 1967. Certaines constructions sont alors démantelées tandis que d'autres bâtiments sont laissés à l'abandon.

En 1972, un particulier acquiert le domaine et entreprend la restauration des bâtiments subsistants, soit trois résidences et quatre dépendances. L'endroit devient alors un lieu de villégiature.

Le domaine Van Bruyssel est cité en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • La Tuque

Municipalité :

  • La Tuque

Lieux-dits :

  • Van Bruyssel

Localisation informelle :

Près de Kiskissink

Latitude :

  • 47° 56' 24.0"

Longitude :

  • -72° 9' 9.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
La Tuque Canton de Rhodes Absent P-bloc G
P-bloc K

Haut de la page

Références

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013