Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Cimetière de Saint-Victor

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Victor

Date :

  • 1848 –  (Ouverture)

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Cimetières)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

Le cimetière de Saint-Victor est un lieu de sépulture de tradition catholique aménagé à partir de 1848 puis agrandi en 1904. Ce cimetière de taille moyenne se compose d'un terrain dégagé au relief peu accusé planté de quelques arbres matures en périphérie et ceinturé d'une clôture. Il comporte des stèles disposées en rangées ainsi qu'un calvaire. Adjacent à l'église paroissiale, le cimetière de Saint-Victor est localisé au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Victor.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Victor) 2007-04-02
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le cimetière de Saint-Victor présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le lieu témoigne des débuts de la paroisse. Le peuplement du canton de Tring commence vers 1834 par l'établissement des premiers colons sur des terres concédées par le gouvernement. Le territoire est bientôt organisé en mission et une chapelle est élevée vers 1844. Les registres sont ouverts en 1848. Les premières sépultures sur le territoire de la localité s'effectuent également à partir de 1848 sur un terrain adjacent à la chapelle et prévu à cet effet dès la construction de celle-ci. La paroisse de Saint-Victor-de-Tring est érigée canoniquement en 1852. Les travaux de construction de la première église paroissiale sont entrepris en 1855. Quelques dépouilles sont ensevelies sous le choeur dans les années suivantes. L'église est toutefois ravagée par un incendie en 1897. Elle est reconstruite sur le même emplacement à partir de l'année suivante. En 1900, l'espace commence à manquer dans le cimetière. La fabrique envisage alors d'acheter un nouveau terrain et de procéder à l'exhumation des corps. Puisque les paroissiens s'y opposent avec véhémence, il est plutôt décidé d'agrandir le cimetière existant. Cette décision va toutefois à l'encontre des prescriptions du Conseil d'hygiène qui exige alors que les lieux de sépulture soient éloignés des noyaux villageois. De nouveaux terrains sont proposés mais l'opposition persiste. En 1904, le Conseil d'hygiène autorise finalement l'agrandissement du cimetière à la suite de discussions avec le curé et un paroissien. Aménagé dès les origines de la paroisse, le cimetière de Saint-Victor rappelle aussi l'attachement des paroissiens à ce lieu et leur volonté de le conserver.

Le cimetière de Saint-Victor présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère reposant sur sa représentativité par rapport à ce type de lieu de sépulture, le cimetière paroissial catholique. Les monuments funéraires en pierre, leur alignement en rangées droites, la plantation d'arbres, la présence d'un calvaire ainsi que d'un charnier sont tous des éléments typiques des cimetières catholiques de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe en milieu rural. Le cimetière de Saint-Victor se distingue néanmoins de plusieurs lieux de sépulture de cette époque par son aménagement à côté de l'église. Cette pratique courante sous le Régime français est peu à peu délaissée au cours du XIXe siècle, notamment en raison de la montée des préoccupations hygiénistes et de la popularité croissante du cimetière-jardin.

Source : Municipalité de Saint-Victor, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du cimetière de Saint-Victor liés à ses valeurs historique et paysagère comprennent, notamment :
- son implantation sur un terrain dégagé au relief peu accusé bordé de quelques arbres matures et ceinturé d'une clôture en fer;
- sa localisation adjacente à l'église, au coeur du noyau villageois;
- les monuments funéraires en pierre, dont les croix, les monuments rectangulaires ainsi que les stèles composées d'une base rectangulaire et d'une croix;
- l'alignement des stèles en rangées droites;
- la présence d'un charnier, dont son plan rectangulaire, le toit à deux versants droits, le parement en brique et la porte en bois à double vantail;
- la présence d'un calvaire à trois personnages.

Haut de la page

Informations historiques

Le cimetière de Saint-Victor est aménagé sur un territoire situé dans l'ancien canton de Tring et dont le peuplement débute vers 1834. Le gouvernement concède des terres à des colons qui s'y établissent et amorcent l'exploitation de celles-ci. Le territoire est organisé en mission et une chapelle est élevée vers 1844. Les registres sont ouverts quatre ans plus tard. Les premières sépultures sur le territoire de la localité s'effectuent également à partir de 1848 sur un espace adjacent à la chapelle et prévu à cet effet dès la construction de celle-ci. Les défunts étaient auparavant enterrés dans la paroisse de Saint-François. La paroisse de Saint-Victor est érigée canoniquement en 1852. Il s'agit de la première à être fondée dans le canton. Trois années plus tard, la construction de la première église paroissiale est entreprise. Quelques dépouilles sont d'ailleurs inhumées sous le choeur dans les années suivantes. L'église est ravagée par un incendie après avoir été frappée par la foudre en 1897. Elle est reconstruite sur le même emplacement en 1898 et en 1899.

En 1900, l'espace commence à manquer dans le cimetière. La fabrique envisage alors d'acheter un nouveau terrain à l'extérieur du village et de procéder à l'exhumation des corps. Puisque les paroissiens s'y opposent avec véhémence, il est plutôt décidé d'agrandir le cimetière existant. Cette décision va toutefois à l'encontre des prescriptions du Conseil d'hygiène qui exige alors que les lieux de sépulture soient éloignés des noyaux villageois. De nouveaux terrains hors du village sont proposés, mais l'opposition persiste. En 1904, le Conseil d'hygiène autorise finalement l'agrandissement du cimetière à la suite de discussions avec le curé et un paroissien.

Le cimetière nouvellement agrandi est ceinturé d'une clôture en 1905. Les inhumations s'y poursuivent. Un calvaire est installé dans le lieu de sépulture plusieurs années plus tard. En 1986, le curé de la paroisse entreprend de réaménager le cimetière. Le déplacement des monuments funéraires soulève alors de nouvelles discussions.

Le cimetière de Saint-Victor est cité en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Robert-Cliche

Municipalité :

  • Saint-Victor

Latitude :

46° 8' 50.4"

Longitude :

-70° 54' 18.23"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DUVAL, Raymond et Marie-Paule HOULE. Saint-Victor, 1852-2002: 150 ans de fierté. Saint-Victor, Trajectoire 150, Comité du volume, 2001. 736 p.
  • s.a. Album-souvenir: centenaire de Saint-Victor de Beauce, 3 au 10 août 1952. Québec, Imprimerie Royale Enr., 1952. 209 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013