Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de la Maison-Fleury

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Fleury

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Victoriaville

Date :

  • 1855 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Carte

Description

La maison Fleury est une résidence construite en 1855. La demeure, de plan rectangulaire, présente une élévation d'un étage et demi. Elle est coiffée d'un toit à deux versants droits surmonté de deux souches de cheminées en brique. Une galerie couverte longe la façade, un mur latéral ainsi qu'une partie du mur arrière. Deux annexes sont construites contre le mur arrière du bâtiment. Une grange est implantée derrière la maison. Le bâtiment secondaire en bois, de plan rectangulaire à un étage, est coiffé d'un toit à deux versants droits. Le site patrimonial de la Maison-Fleury est situé en bordure de la voie publique sur un terrain rectangulaire planté d'arbres matures, dans le secteur d'Arthabaska de la ville de Victoriaville.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection inclut l'enveloppe extérieure de la maison et de la grange ainsi que le terrain sur lequel s'élèvent les bâtiments.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Victoriaville) 2009-12-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de la Maison-Fleury présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. La demeure est érigée en bordure d'une importante voie de communication qui a contribué au développement de la région. C'est en 1844 que les autorités gouvernementales décident d'aménager le chemin provincial d'Arthabaska, devenu par la suite la rue de l'Église, puis la rue Laurier, pour favoriser la colonisation du secteur et relier le canton aux régions situées près du fleuve. L'arrivée du chemin de fer en 1854 et la construction d'un palais de justice en 1860 sur une rue perpendiculaire à la route provinciale, favorisent l'établissement, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, d'institutions et de résidences bourgeoises le long du chemin d'Arthabaska. Construite en 1855, la maison Fleury est l'une des plus anciennes demeures érigées en bordure de cette artère et elle constitue un témoin important du développement du secteur d'Arthabaska.

Le site patrimonial de la Maison-Fleury présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Louis-Ovide Pépin (1840-1901), un important marchand de la région. Né à Gentilly, Pépin s'établit à Arthabaskaville en 1870. Il acquiert alors la maison Fleury pour y ouvrir son premier magasin. Quatre ans plus tard, il déménage son commerce et transforme la résidence en boulangerie. Pépin devient rapidement un commerçant prospère et l'un des plus importants propriétaires de la région. Il occupe plusieurs postes prestigieux, dont ceux de président de la commission scolaire et de préfet du comté. Il est élu maire du village d'Arthabaskaville à trois reprises, de 1889 à 1891, de 1891 à 1896 et de 1898 à 1899. La résidence demeure la propriété de la famille Pépin jusqu'en 1911. La maison Fleury rappelle donc le rôle de ce commerçant dans l'histoire de la municipalité et la place importante de ce bâtiment dans l'économie locale.

Le site patrimonial de la Maison-Fleury présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La résidence est représentative des habitations vernaculaires. L'architecture dite vernaculaire est celle qui est propre à une région. Elle est réalisée à partir des ressources locales disponibles et perpétue les modes de construction traditionnels. La maison Fleury présente plusieurs caractéristiques des maisons du milieu du XIXe siècle, notamment le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi et le toit à deux versants. La résidence rappelle également des modifications couramment apportées aux demeures afin de répondre aux nouveaux besoins des occupants. La présence de deux souches de cheminées, l'une à une extrémité du faîte et l'autre vers le centre, témoigne possiblement d'un agrandissement. Des annexes sont aussi ajoutées au cours du XIXe siècle, puis supprimées dans la première moitié du XXe siècle. D'autres sont érigées après les années 1950. Restaurée au tournant du XXIe siècle, la maison Fleury présente un volume et une ornementation simples qui contrastent avec les résidences bourgeoises érigées à proximité à la fin du XIXe siècle, telles que la maison Wilfrid-Laurier et la maison Marc-Aurèle-Plamondon. Par ailleurs, la grange implantée derrière la résidence est caractéristique des dépendances agricoles construites au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, notamment par son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits et son parement en planches horizontales.

Source : Ville de Victoriaville, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de la Maison-Fleury liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation en bordure d'une voie publique ancienne, sur un terrain rectangulaire planté d'arbres matures, dans le secteur d'Arthabaska;
- sa situation à proximité de la maison Wilfrid-Laurier, classée immeuble patrimonial, ainsi que de la maison Marc-Aurèle-Plamondon, citée site patrimonial;.
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la galerie couverte et les annexes situées à l'arrière;
- les matériaux, dont le solage en pierre, le parement en planches horizontales, la couverture en tôle, ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires, les portes et les soupiraux;
- les éléments ornementaux, dont les chambranles menuisés, les planches cornières, les supports menuisés et les aisseliers;
- les souches de cheminées en brique (une à l'extrémité du faîte et l'autre au centre du toit);
- les caractéristiques de la grange, entre autres son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage ainsi que le toit à deux versants droits, les matériaux, dont le solage en pierre, le parement en planches horizontales, la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à petits ou à grands carreaux, la porte à double vantail en planches posées en diagonale et les portes en larges planches horizontales, l'ornementation sobre essentiellement constituée des chambranles, des planches cornières et des motifs de la porte principale, ainsi que le lanterneau de ventilation.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Fleury est aménagée sur le territoire du canton d'Arthabaska, proclamé en 1802. Les premiers colons s'établissent dans la région vers 1830. Afin de faciliter le développement de ce secteur et de relier le canton aux régions situées près du fleuve, les autorités gouvernementales font aménager, en 1844, le chemin provincial d'Arthabaska, devenu par la suite la rue de l'Église, puis la rue Laurier. Le secteur connaît une croissance importante après la désignation d'Arthabaska comme chef-lieu du district judiciaire de Drummond-Arthabaska en 1857. Le chemin provincial devient alors un axe majeur le long duquel s'implantent plusieurs institutions et des résidences bourgeoises.

Le lot où est située la maison Fleury connaît plusieurs propriétaires dans la première moitié du XIXe siècle. En 1855, le marchand Pierre-Onésime Triganne acquiert le terrain où il fait ériger une résidence en bordure du chemin provincial. Une étable est construite derrière la maison à la même époque. En 1870, Louis-Ovide Pépin (1840-1901), marchand prospère de la région et futur maire d'Arthabaskaville, achète la propriété qu'il convertit en magasin. Quatre ans plus tard, le bâtiment est transformé en boulangerie, fonction qu'il gardera jusqu'en 1911.

La propriété est vraisemblablement modifiée dans la première moitié du XXe siècle. Des annexes sont ajoutées derrière l'édifice principal et sont ensuite retirées, alors que le bâtiment agricole est modifié. En 1917, le cultivateur Philias Fleury acquiert la propriété. Celle-ci demeure dans la famille Fleury jusqu'en 1989. Les annexes actuelles sont probablement construites dans la seconde moitié du XXe siècle.

La maison Fleury, voisine de la maison Wilfrid-Laurier, est acquise en 1989 par la Société du Musée Laurier, qui en fait un centre d'activités pour les jeunes. D'importants travaux sont effectués sur la grange en 1992. Elle abrite maintenant, en période estivale, un théâtre pour enfants. La résidence est, quant à elle, transformée en lieu d'exposition et d'animation destiné aux jeunes. La maison est complètement restaurée au tournant du XXIe siècle.

La maison Fleury est constituée site du patrimoine en 2009. Elle est devenue un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Arthabaska

Municipalité :

  • Victoriaville

Adresse :

  • 18, rue Laurier Ouest

Latitude :

  • 46° 2' 13.48"

Longitude :

  • -71° 54' 55.2"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 476 507

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Ville de Victoriaville. Circuit patrimonial des personnages célèbres de la rue Laurier Ouest, Victoriaville. Guide du promeneur. Victoriaville, Ville de Victoriaville, 2009. 27 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013