Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun

Date :

  • 1910 – 1911 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est un lieu de culte de tradition catholique érigé en 1910 et 1911. Le bâtiment est doté d'un parement en bardeaux d'amiante et il présente un plan en croix latine composé d'une nef, d'un haut transept et d'un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés. L'église est coiffée d'un toit à deux versants droits. Deux tours-clochers surmontées d'une flèche encadrent la façade. Celle-ci est percée de fenêtres et d'un portail cintrés ainsi que d'un oculus. L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est implantée en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé, dans le noyau villageois de la municipalité de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun) 2010-09-17
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le lieu de culte témoigne de l'importance de ce pôle religieux dans le développement de la municipalité de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun. Le secteur, situé sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Sainte-Croix, est vraisemblablement peuplé au cours des XVIIIe et XIXe siècles. En 1903, les habitants de l'endroit entreprennent des démarches pour qu'un lieu de culte y soit érigé. Plusieurs propriétaires offrent des terrains pour la construction des bâtiments paroissiaux. Les terrains de Désiré Houde et d'Édouard Cayer sont retenus pour le site de la future église. Cette dernière influencera l'emplacement du noyau villageois de la municipalité. Le 17 septembre 1903, les autorités diocésaines confirment la création de la paroisse nommée Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun en l'honneur des missionnaires du Sacré-Coeur arrivés à Québec en 1900 et originaires de la ville d'Issoudun, en France. Le premier curé résident, Jean-Baptiste-Arthur Poulin (né en 1869), organise des corvées pour la construction de l'église, qui est ouverte au culte en 1904. En 1908, la paroisse est érigée canoniquement et, l'année suivante, son territoire est reconnu comme municipalité. L'église est détruite par un incendie causé par la foudre le 4 août 1910. Le curé Poulin organise de nouvelles souscriptions volontaires pour ériger rapidement un nouveau lieu de culte sur le même emplacement. Les fondations du bâtiment actuel sont réalisées en novembre 1910. La première messe y est célébrée le 10 septembre 1911. Au cours du XXe siècle, d'autres bâtiments institutionnels, dont une école et un hôtel de ville, sont érigés à proximité du lieu de culte. L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur rappelle ainsi le rôle central que le lieu de culte a joué dans l'organisation territoriale municipale.

L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte rappelle l'influence de l'éclectisme sur l'architecture religieuse catholique du début du XXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles et associés plus librement dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. À partir de la fin du XIXe siècle, l'Église catholique québécoise recourt souvent à l'éclectisme pour la construction de ses lieux de culte. L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est représentative de ce courant, notamment par son volume imposant ainsi que par ses éléments architecturaux et ornementaux variés tels que les hauts clochers, les fenêtres cintrées, les oculus, le bandeau, la corniche moulurée et les frises à denticules. Le bâtiment intègre également des matériaux nouveaux à cette époque, comme le bardeau d'amiante qui permet de créer un parement original constitué de losanges. L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur constitue ainsi un exemple représentatif de l'architecture religieuse du début du XXe siècle.

Source : Municipalité de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau villageois, en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé, dans un ensemble institutionnel comprenant un ancien presbytère, un cimetière, une ancienne école et un hôtel de ville;
- son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef, d'un haut transept et d'un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés, les absidioles à pans coupés flanquant les bras du transept, ainsi que le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont les fondations en béton, le parement en bardeaux d'amiante, la couverture en tôle du choeur et des absidioles, ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les caractéristiques de la façade, dont les deux tours carrées (dotées de portails cintrés, percées de fenêtres rectangulaires, de grandes fenêtres cintrées et surmontées d'un clocher composé d'une base polygonale, d'une chambre des cloches, d'une flèche et d'une croix), le portail central (composé d'une porte à panneaux à double vantail surmontée d'un tympan vitré cintré), les ouvertures cintrées groupées par trois, l'oculus, le pignon central, le bandeau, la corniche moulurée, la frise à denticules ainsi que les chambranles (ornés de clés décoratives);
- les caractéristiques des longs-pans et du choeur, dont les portails cintrés, les grandes fenêtres cintrées (certaines groupées par trois ou dotées d'une rose quadrilobée), les oculus, les soupiraux, la corniche moulurée, le retour de corniches, la frise à denticules, les amortissements, les consoles, les croix surmontant les pignons du transept et l'arrière du faîte, ainsi que les chambranles (ornés de clés décoratives);
- la souche de cheminée couverte de tôle.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est située dans la région de Lotbinière, sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Sainte-Croix. Les terres situées près du fleuve sont colonisées dès la fin du XVIIe siècle. Celles qui se trouvent plus au sud sont graduellement peuplées au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

En 1903, les habitants du secteur situé entre les paroisses de Sainte-Croix et de Saint-Flavien entreprennent des démarches pour qu'un lieu de culte y soit érigé. Plusieurs résidents offrent des terrains pour la construction des bâtiments paroissiaux. Le curé de Lotbinière est chargé d'examiner les terres et de choisir un emplacement approprié. Dans son rapport daté du 8 juin 1903, il indique que les terrains de Désiré Houde et d'Édouard Cayer ont été choisis pour l'église et que celui de Joseph Charest a été retenu pour le cimetière.

La future paroisse est nommée Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun en l'honneur des missionnaires du Sacré-Coeur arrivés à Québec en 1900 et originaires de la ville d'Issoudun, en France. La première messe de l'endroit est célébrée dans une résidence privée le 15 juillet 1903 par le prêtre desservant Joseph-F. Thibaudeau (né en 1867). Le 17 septembre suivant, le diocèse de Québec confirme la création de la nouvelle paroisse et la nomination de Jean-Baptiste-Arthur Poulin (né en 1869) comme premier curé résident.

Le curé Poulin organise des corvées pour la construction d'une première église conçue par l'architecte J. A. Giroux. Les travaux débutent à l'automne 1903 et se poursuivent l'année suivante. La pierre angulaire est bénite le 7 août 1904, et le bâtiment est ouvert au culte en octobre de la même année. La paroisse est érigée canoniquement en 1908. L'année suivante, le territoire de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun est reconnu comme municipalité. Le 4 août 1910, l'église est détruite par un incendie provoqué par la foudre.

Les autorités de la paroisse décident rapidement de reconstruire une nouvelle église sur le même emplacement. Contrairement à l'ancien lieu de culte implanté parallèlement à la voie publique et disposé dans un axe est-ouest, la nouvelle église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est érigée dans un axe nord-sud. Les fondations en béton sont réalisées en novembre 1910, et le bâtiment actuel est ouvert au culte en septembre 1911. Le décor intérieur de l'église, fait notamment de tôle embossée, est réalisé en 1914 et en 1915.

En 1994, les fenêtres du lieu de culte sont restaurées. Les formes des remplages de certaines d'entre elles sont alors modifiées.

L'église de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est citée en 2010. Elle est désacralisée en 2013.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-d'Issoudun

Adresse :

  • 266, rue Principale

Lieux-dits :

  • Issoudun

Latitude :

  • 46° 34' 42.3"

Longitude :

  • -71° 37' 26.3"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 591 863

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • s.a. 75ième anniversaire de la paroisse Notre-Dame du Sacré-Coeur d'Issoudun, 1903 à 1978. Issoudun, Comité des fêtes, 1978. 299 p.
  • s.a. La récolte des souvenirs... un vent de fierté ! : Notre-Dame-du-Sacré-Coeur d'Issoudun. Issoudun, Comité du livre du 100e anniversaire, 2003. 494 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013