Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Monument de C.-E. Bélanger
  • Monument Messire C. E. Bélanger

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Plessisville

Date :

  • 1932 – (Installation du bien commémoratif)

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Monuments et lieux commémoratifs)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger est une oeuvre commémorative érigée en 1932. La structure pierre artificielle peinte en blanc est composée d'une représentation grandeur nature de l'abbé Charles-Édouard Bélanger, marchant avec un bâton et tenant dans sa main gauche un livre, ainsi que d'un socle à gradins gravé d'inscriptions sur ses quatre faces. Le monument est implanté sur un terrain aménagé au relief peu accusé, devant l'église de Saint-Calixte, légèrement en retrait de la voie publique, dans la ville de Plessisville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Plessisville) 2010-05-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son caractère commémoratif. L'oeuvre rappelle la présence dans la région du missionnaire Charles-Édouard Bélanger (1813-1845) ainsi que sa fin tragique. Né à Beauport, Bélanger est ordonné prêtre en 1841 et exerce son ministère à Sainte-Luce durant trois ans. En 1844, il est nommé missionnaire du canton de Somerset, où se trouve aujourd'hui Plessisville. Desservant un vaste territoire alors peu peuplé, l'abbé Bélanger doit fréquemment parcourir des distances importantes à pied. Le 23 novembre 1845, après les vêpres chantées dans la chapelle de Somerset, l'homme se dirige vers Saint-Louis-de-Blanford. Il est accompagné d'Olivier Cormier, notaire, et d'Ambroise Pépin, agriculteur. Les trois hommes, retardés dans leur progression par divers incidents, sont toujours dans une zone marécageuse surnommée « la savane » à la tombée de la nuit et s'égarent. Affamé, mouillé et épuisé, Pépin cesse le premier de marcher. Bélanger et Cormier tentent de continuer pour aller chercher des secours, puis l'abbé, à bout de forces, doit aussi s'arrêter. Le notaire continue un moment puis s'effondre à son tour. Le lendemain matin, deux autres hommes qui suivent le sentier de la savane découvrent le notaire Cormier, vivant mais très faible. Ils donnent l'alarme au village. Quinze hommes partent alors à la recherche de Bélanger et de Cormier, qui sont retrouvés morts. Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger est inauguré à l'occasion du 50e anniversaire de l'ordination de Mgr François Dupuis, en juin 1932. Il est élevé en hommage aux missionnaires et aux curés de la paroisse de Saint-Calixte de Plessisville, et plus particulièrement à l'abbé Bélanger dont la présence a marqué les débuts de la localité.

Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique et artistique reposant sur son association avec Alfred Laliberté (1878-1953), l'artiste qui l'a réalisé. Originaire des Bois-Francs, Laliberté étudie les beaux-arts au Conseil des arts et manufactures, à Montréal, puis à l'École des beaux-arts de Paris. À son retour à Montréal, il obtient de nombreuses commandes de monuments pour des édifices publics. Il est notamment l'auteur de plusieurs statues ornant la façade de l'Hôtel du Parlement, à Québec. Élu à l'Académie royale canadienne en 1912, nommé professeur à l'École des beaux-arts de Montréal en 1922, Laliberté est l'une des figures marquantes de la sculpture québécoise dans les premières décennies du XXe siècle. L'artiste est surtout connu pour son abondante production de monuments représentant des personnages historiques canadiens et québécois, des légendes et des métiers traditionnels. Sa représentation de l'abbé Charles-Édouard Bélanger, héros de la région natale du sculpteur, s'inscrit dans cette production.

Source : Ville de Plessisville, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger liés à ses valeurs historique et artistique comprennent, notamment :
- son volume, dont la hauteur d'environ 3 mètres;
- les matériaux, dont la pierre artificielle, faite de ciment et d'agrégats de marbre et peinte en blanc;
- la représentation grandeur nature de l'abbé Charles-Édouard Bélanger, marchant en tenant un bâton dans sa main droite, un livre dans sa main gauche et portant un sac en bandoulière;
- le socle à gradins de plan carré;
- les inscriptions « Messire C. E. Bélanger Missionnaire 1844-1845 » et « Érigé en 1932 » sur l'avant du socle;
- l'inscription « L'abbé Bélanger second missionnaire de Somerset et autres lieux mourut de misère et de froid dans la savane de Stanfold avec son compagnon Ambroise Pépin dans la nuit du 24 novembre 1845 » sur un côté du socle;
- l'inscription « Ce monument oeuvre du sculpteur Laliberté un fils de notre sol rappelle le départ du missionnaire partant pour Somerset pour ses rudes courses apostoliques dans les Bois-Francs » sur l'autre côté du socle;
- l'inscription « Ce monument en hommage à nos missionnaires et curés a été inauguré au jour du jubilé d'or sacerdotal de Mgr F. Dupuis P.D.V.F. Juin 1932 » à l'arrière du socle;
- la localisation du monument devant l'église de Saint-Calixte, légèrement en retrait de la voie publique.

Haut de la page

Informations historiques

Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger rappelle la présence dans la région du missionnaire Charles-Édouard Bélanger (1813-1845) ainsi que sa fin tragique. Né à Beauport, Bélanger est ordonné prêtre en 1841 et exerce son ministère à Sainte-Luce durant trois ans. En 1844, il est nommé missionnaire du canton de Somerset, où se trouve aujourd'hui Plessisville. Desservant un vaste territoire alors peu peuplé, l'abbé Bélanger doit fréquemment parcourir des distances importantes à pied.

Le 23 novembre 1845, après les vêpres chantées dans la chapelle de Somerset, l'homme se dirige vers Saint-Louis-de-Blanford. Il est accompagné d'Olivier Cormier, notaire, et d'Ambroise Pépin, agriculteur. Les trois hommes, retardés dans leur progression par divers incidents, sont toujours dans une zone marécageuse surnommée « la savane » à la tombée de la nuit et s'égarent. Affamé, mouillé et épuisé, Pépin cesse le premier de marcher. Bélanger et Cormier tentent de continuer pour aller chercher des secours, puis l'abbé, à bout de forces, doit aussi s'arrêter. Le notaire continue un moment puis s'effondre à son tour. Le lendemain matin, deux hommes qui suivent le sentier de la savane de Stanfold découvrent le notaire Cormier, vivant mais très faible. Ils donnent l'alarme au village. Quinze hommes partent alors à la recherche de Bélanger et de Cormier, qui sont retrouvés morts. L'abbé est inhumé dans le cimetière de Saint-Calixte, dans l'actuelle ville de Plessisville.

Un monument rendant hommage à l'abbé Bélanger est commandé vers 1932 au sculpteur Alfred Laliberté (1878-1953). Originaire des Bois-Francs, cet artiste étudie d'abord les beaux-arts au Conseil des arts et manufactures, à Montréal, puis à l'École des beaux-arts de Paris. À son retour à Montréal, il obtient de nombreuses commandes de monuments pour des édifices publics. Il est notamment l'auteur de plusieurs statues ornant la façade de l'Hôtel du Parlement, à Québec. Élu à l'Académie royale canadienne en 1912, nommé professeur à l'École des beaux-arts de Montréal en 1922, Laliberté est l'une des figures marquantes de la sculpture québécoise dans les premières décennies du XXe siècle. L'artiste est surtout connu pour son abondante production de monuments représentant des personnages historiques canadiens et québécois, des légendes et des métiers traditionnels.

L'oeuvre est dévoilée en juin 1932, à l'occasion du 50e anniversaire de l'ordination de Mgr François Dupuis, et se veut un hommage aux missionnaires et aux curés de la paroisse.

Le monument Messire-Charles-Édouard-Bélanger est cité en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • L'Érable

Municipalité :

  • Plessisville

Adresse :

  • rue Saint-Calixte

Lieux-dits :

  • Devant l'église de Saint-Calixte

Latitude :

  • 46° 12' 58.67"

Longitude :

  • -71° 46' 33.31"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 774 341

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BELLEVILLE, Denis. Rappelons-nous Plessisville 1835-1985. Plessisville, [Publicité L. V. L. Ltée], 1984. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013