Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Plessis, Armand Jean du

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Cardinal de Richelieu
  • Du Plessis, Armand-Jean
  • Duc de Richelieu

Date :

  • 1585‑09‑09 – 1642‑12‑04

Occupation :

  • Ministre / conseiller exécutif / commissaire
  • Évêque / cardinal

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (3)

Événements associés (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Paris, le 9 septembre 1585, Armand Jean du Plessis est le fils de François du Plessis, capitaine des gardes d'Henri IV, et de Suzanne de La Porte.

Du Plessis étudie au collège de Navarre et à l'académie Pluvinel à Paris. Il consacre également deux ans à la théologie puis est sacré évêque de Luçon en 1607, à l'âge de 22 ans.

Après avoir conclu quelques traités d'importance, Du Plessis est rapidement reconnu comme un fin négociateur. Il reçoit le chapeau de cardinal en 1622 et l'année suivante, il entre au Conseil du roi grâce à la protection de la reine mère Marie de Médicis. Il est ensuite le principal ministre de Louis XIII avec lequel il gouverne la France en accord parfait pendant 18 ans. Il réforme les finances, l'armée, la législation, en plus de s'ingérer dans tous les secteurs de l'activité politique, économique et culturelle. Il participe au développement de la flotte marchande, soutient les manufactures royales et la constitution de compagnies à monopole qui posent les bases du premier empire colonial français. Il joue un rôle primordial dans la politique française et la restauration de l'autorité royale. Durant toute sa vie, il poursuivra trois principaux objectifs : enrayer le pouvoir politique des protestants, abattre l'orgueil et l'esprit factieux de la noblesse française et abaisser la maison d'Autriche.

En 1627, Richelieu fonde la Compagnie de la Nouvelle-France ou Compagnie des Cent Associés, qui bénéficie du monopole du commerce des fourrures et du peuplement de la colonie. L'objectif est d'établir un empire français en Amérique du Nord. Le projet est suspendu lorsque les frères Kirke s'emparent de Québec en 1629. En 1632, Richelieu entérine le traité de Saint-Germain-en-Laye qui rend la Nouvelle-France aux autorités françaises. Après cette éclipse de trois ans, la compagnie ne se remet jamais vraiment sur pied et est forcée de sous-louer au Canada et à la Communauté des Habitants ses droits et obligations en 1645. Elle est finalement dissoute en 1663. Richelieu favorise également l'établissement de l'Hôtel-Dieu de Québec en 1637, interdit aux protestants l'immigration permanente au Canada et est également responsable de l'instauration de la charge d'intendant. Sa politique économique et colonialiste sera poursuivie par Jules Mazarin et Jean-Baptiste Colbert.

Richelieu écrit quelques ouvrages théologiques et mémoires qui sont publiés à titre posthume, tels que Testament politique (1764) et Mémoires relatifs à l'histoire de France (1823).

Il est décédé à Paris, le 4 décembre 1642.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • MIQUELON, Dale. « Compagnie des Cent-Associés ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • Ville de Montréal. Répertoire historique des toponymes [En Ligne]. http://ville.montreal.qc.ca/
  • Ville de Québec. Répertoire des toponymes [En Ligne]. http://www.ville.quebec.qc.ca/
  • s.a. « Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu ». L'Encyclopédie de L'Agora. [En Ligne]. http://agora.qc.ca/dev/2006e.nsf

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013